Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont de chemin de fer dit viaduc de Bréhec (Plouézec)

Dossier IA22001063 inclus dans Ancienne voie ferrée d'intérêt local Plouha-Paimpol-Tréguier, deuxième réseau (Plouézec) réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination Pont de chemin de fer
Appellations Viaduc de Bréhec
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Paimpol
Adresse Commune : Plouézec
Lieu-dit : Bréhec
Cadastre : 1982 214 E non cadastré ; domaine public

Le viaduc de Bréhec, situé à la limite des communes de Plouézec et de Plouha, était le plus important ouvrage d'art du deuxième réseau ferroviaire du département des Côtes-du-Nord. Construit entre 1913 et 1918 par l'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées Louis-Auguste-Marie Harel de la Noë, il a fait l'objet de travaux de consolidation en 1922 (contreventement à mi-hauteur). Mis en service cette même année, il a été détruit en 1972.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Harel Louis-Auguste-Marie, ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source

Ouvrage composé de 12 travées identiques de 12 mètres d'ouverture chacune, d'une longueur total de 203,25 mètres et d'une hauteur de 32,30 mètres, contreventé à mi-hauteur. Le rapport de l'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées dressé le 20 décembre 1921 en vue du contreventement de l'ouvrage offre une description détaillée du viaduc : "Le viaduc de BREHEC, établi sur la ligne PLOUHA-PAIMPOL-TREGUIER a une longueur totale de 203 m 25. Il comprend 12 travées d'arc en béton armé supportées par des piles en maçonnerie au mortier de ciment espacées de 13 m 75 d'axe en axe. Sa hauteur en élévation est de 32 m 30 et la profondeur maximum atteinte dans la fondation des piles est de 7 m 50. La plus grande hauteur des piles en élévation atteint 27 m 40. Les six plus hautes piles de l'ouvrage sont contreventées entre elles à la base par une poutre en béton placée à 1 m 00 environ au-dessous du terrain naturel ; mais sur toute la hauteur en élévation elles ne sont pas contreventées (...) ". Les arches de 12 mètres d'ouverture étaient constituées d'arc en béton armé préfabriqué. L'ensemble était couronné par un tablier en béton armé avec plancher à voutelles pourvu de garde-corps en encorbellement.

Murs ciment
fer
béton armé
maçonnerie
Typologies pont sur piles en maçonnerie, à travées d'arc et garde-corps en encorbellement. Type Bréhec
États conservations détruit
Mesures l : 20325.0
h : 3230.0

Le pont de chemin de fer de Bréhec est un ouvrage de référence, tant par les procédés de mise en oeuvre choisis par Harel de la Noë, que par sa structure. A ce titre, il constitue, pour le département des Côtes d'Armor, un type de viaduc bien précis nommé pour la circonstance "type Bréhec".

Intérêt de l'œuvre à étudier

Annexes

  • 20022215364NUCB : , Coll. Part.

    20022215409NUCB : , Coll. Part.

    20022215365NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S. Supplément 307.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Côtes-d'Armor : S. Supplément 307, 419 ; 85 S 119/120.

Bibliographie
  • SIOC'HAN-MONNIER, Françoise. En empruntant "le petit tortillard", les ouvrages d'art d'Harel de la Noë pour le chemin de fer secondaire dans les Côtes-du-Nord. Mémoire maîtrise : Histoire de l'Art : Rennes II, Université de Haute-Bretagne : 1984.

    p. 37-45
  • CORNU, Alain. Petits trains des Côtes-du-Nord. Le Mans : Editions Cénomane, 1987.

    p. 93