Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pensionnat de la congrégation des Dames des Sacrés-Coeurs de Jésus et Marie et pension de famille dite Villa d'Arc, 7 rue Jeanne d'Arc (Saint-Quay-Portrieux)

Dossier IA22008711 inclus dans La ville de Saint-Quay-Portrieux réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

Genre de soeurs du Sacré-Coeur de Jésus et de Marie
Appellations dit de la congrégation des Dames des Sacrés-Coeurs de Jésus et Marie et villa d'Arc
Parties constituantes non étudiées mur de clôture, portail, chapelle
Dénominations pensionnat
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Etables-sur-Mer
Adresse Commune : Saint-Quay-Portrieux
Lieu-dit : le Bourg
Adresse : 7 rue Jeanne d'Arc
Cadastre : 2004 C 1569, 1613

Autorisée par l'évêque de Saint-Brieuc et Tréguier le 18 juin 1821, l'implantation à Saint-Quay-Portrieux de l'établissement des Dames des Sacrés-Coeurs de Jésus et Marie, dites également soeurs de Saint-Louis de Gonzague ou soeurs maîtresses d'école, a été officialisée par ordonnance royale le 17 janvier 1827. Edifié pour l'instruction des jeunes filles, cet établissement était à la fois un pensionnat et un couvent, puis, à partir de 1841, une pension de famille accueillant les baigneurs durant la saison estivale. Les bâtiments actuels datent du 3ème quart du 19ème siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) Personnalité : Congrégation des Dames des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie,
Congrégation des Dames des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source

L'établissement de la congrégation des Dames des Sacrés-Coeurs de Jésus et Marie est implanté au coeur du bourg de Saint-Quay-Portrieux, à proximité de la plage du Casino, entre l'église paroissiale au sud-est et le presbytère au nord-ouest. Edifié en granite sur un îlot de parcelles délimité par un mur de clôture ouvert d'un portail à l'est (rue Jeanne-d'Arc), il présente, au nord-nord-ouest, deux corps de bâtiment disposés en équerre et, à l'est, un corps de bâtiment prolongé par une chapelle occupant une position centrale. Chaque corps de bâtiment est construit sur un plan double en profondeur à couloir, comprend deux étages carrés, un étage de comble et un comble abrités par un toit brisé à croupes. Les élévations sont rythmées par des travées de baies régulières couronnées de lucarnes en maçonnerie couvertes d'un linteau cintré. Le corps de bâtiment situé à l'est est une construction de type ternaire à onze travées, avec travée axiale en ressaut affirmée par une niche à statue sur chaque façade. Cette niche à statue est placée entre deux tabatières à l'avant et deux oeils-de-boeuf à l'arrière.

Murs granite
enduit
moellon
Toit ardoise
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans brisés
noue
croupe brisée
Typologies type ternaire, variante à onze travées. Plan double en profondeur à couloir
États conservations remanié
Techniques ferronnerie

L'établissement, dont la fonction des différents bâtiments reste à préciser, a joué un rôle important dans le développement de la villégiature balnéaire à Saint-Quay-Portrieux.

Statut de la propriété propriété d'une association
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : V 4242.

  • AD Côtes-d'Armor : V 4244.

  • AD Côtes-d'Armor : V 4245.

Bibliographie
  • LE SAULNIER DE SAINT-JOUAN, Régis. Dictionnaire des communes du département des Côtes-d'Armor : éléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc : Conseil Général des Côtes-d´Armor, 1990.

    p. 711