Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ouvrage de Beausoleil, enceinte urbaine (Le Palais)

Dossier IA56132104 inclus dans Fortification d'agglomération dite enceinte urbaine (Le Palais) réalisé en 1974

Fiche

Á rapprocher de

Dernier ouvrage de fortification achevé dans la place du Palais à la veille de la guerre de 1870, l'ouvrage de Beausoleil est un témoin de la transition dans l'architecture militaire française entre le tracé bastionné et le tracé polygonal. Il mériterait mieux que l'abandon dans lequel il se trouve actuellement.

AppellationsBastion 22
Parties constituantes non étudiéescourtine, fossé, bastion, mur défensif, poterne, poudrière, casemate
Dénominationsouvrage fortifié
Aire d'étude et cantonBretagne Sud - Belle-Ile-en-Mer
AdresseCommune : Palais (Le)
Lieu-dit : Adresse : Beausoleil
Cadastre : AE 233

La hauteur de Beausoleil, donnant des vues sur la citadelle, le port et la ville du Palais, est occupée par une des redoutes construites en 1761 et améliorées en 1794. Son occupation par un nouvel ouvrage n'est pas prévue dans les projets de 1803 et 1809.

Lors de la reprise des projets de l'enceinte du Palais dans les années 1820, certains ingénieurs militaires proposent la construction d'ouvrages sur les hauteurs au nord-ouest de la ville, dont Beausoleil. Le projet pour 1823 y prévoit une lunette organisée à la d'Arçon, de même celui pour 1829. Le projet pour 1831 l'englobe même dans un vaste camp retranché courant sur les hauteurs jusqu'à Château-Fouquet et le village de Roserière.

La présentation systématique du projet d'un ouvrage sur la colline de Beausoleil à partir de 1838 est liée au choix pour la courtine reliant le bastion 21 au bassin de la Saline d'un tracé aboutissant dans les environs de l'hôpital. Cette branche de fortification, dont l'orientation la rend prenable en enfilade depuis la campagne, nécessite en effet d'être couverte sur sa droite. C'est le rôle de l'ouvrage de Beausoleil - ou bastion 22 -, qui bat aussi le terrain en avant des glacis de la citadelle et contrôle la communication entre celle-ci et la ville à travers le port.

Les excavations du nouvel ouvrage commencent à l'occasion de la crise européenne de 1840. Ces travaux déterminent le tracé général de l'ouvrage dans les projets présentés pour son achèvement au cours des années 1840, 1850 et 1860. La position particulière de l'ouvrage et la topographie accidentée de sa position rendent compliquée la détermination des détails de son organisation. Celle-ci est globalement celle d'un ouvrage à corne, bien que fermé à la gorge et démuni de son demi-bastion de droite dans la plupart des projets - hormis celui pour 1845. Le projet présenté en 1867 est celui qui s'écarte le plus de ce schéma : le front a un tracé tenaillé flanqué par une caponnière casematée centrale. Le Comité des fortifications ne retient pas cette proposition.

L'ouvrage de Beausoleil est achevé sous sa forme actuelle en 1868-1870. Le retranchement devant le relier à la citadelle n'est jamais construit.

Il sort du domaine militaire après la Seconde Guerre mondiale et est actuellement propriété privée.

Période(s)Principale : 2e moitié 18e siècle , daté par travaux historiques , (détruit)
Principale : 2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Dates1761, daté par travaux historiques
1794, daté par travaux historiques
1840, daté par source
1870, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Génie

L'ouvrage de Beausoleil s'inscrit dans un losange de 150 mètres sur 100. Son tracé au sol se rapproche de celui d'un ouvrage à cornes. Les deux demi-bastions sont de taille inégale. Celui de droite est un simple bastionnet casematé. Les escarpes maçonnées de cinq mètres de haut sont surmontées d'imposantes masses terrassées. L'ouvrage est entouré d'un fossé à contrescarpe en partie revêtue en maçonnerie, en partie taillée dans la roche sur ses trois côtés sud-ouest, nord-ouest et nord-est. Sur le côté sud-est, le fossé prend la forme d'une simple berme.

L'accès à l'intérieur de l'ouvrage se fait par une tranchée à ciel ouvert, interrompue par un haha. Il n'y a pas d'ouvrage d'entrée. L'espace intérieur est presque entièrement occupé par les épais parapets et deux grandes traverses terrassées rendus nécessaires par la position de l'ouvrage qui rend son défilement difficile. Une galerie s'ouvrant dans la traverse de gauche permet d'accéder à la galerie crénelée du flanc du demi-bastion de gauche. Une autre galerie s'ouvrant dans la deuxième traverse donne accès au magasin à poudre situé sous la traverse, et aux deux casemates à canon du flanc du bastionnet de droite. Deux escaliers partant de la galerie desservent le terre-plein de la partie droite de l'ouvrage pour l'un, et les dessus du bastionnet pour l'autre. Ces dessus sont organisés en petite position d'infanterie avec parapet en mur à bahut complétant l'action des casemates d'artillerie.

L'ouvrage apparaît actuellement fortement végétalisé. Son état actuel n'est pas connu.

Mursschiste
granite
terre
Toitterre en couverture
Planssystème bastionné
États conservationsenvahi par la végétation
Statut de la propriétépropriété privée
Protectionsclassé MH, 2004/11/03
Précisions sur la protection

Classement de l'ensemble de l'enceinte urbaine du Palais.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 8, Places françaises et d'Algérie : 1 VH 290, Place de Belle-Île-en-Mer, projets et dépenses annuels, 1837-1842. Direction du Génie de Nantes, Place de Belle-Ile, Mémoire des ouvrages exécutés aux fortifications et aux bâtimens militaires de la place pendant l'exercice 1840, 31 octobre 1840.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VH 290
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 8, Places françaises et d'Algérie : 1 VH 297, Place de Belle-Île-en-Mer, projets et dépenses annuels, 1862-1875. Direction du Génie de Brest, Place de Belle-Ile, Mémoire du chef du Génie sur les projets pour 1866-1867, 7 mars 1866.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VH 297
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 8, Places françaises et d'Algérie : 1 VH 297, Place de Belle-Île-en-Mer, projets et dépenses annuels, 1862-1875. Direction du génie de Brest, Place de Belle-Ile, Mémoire du Chef du Génie sur les projets pour 1868-1869, 22 avril 1868.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VH 297
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 8, Places françaises et d'Algérie : 1 VH 297, Place de Belle-Île-en-Mer, projets et dépenses annuels, 1862-1875. Direction du génie de Brest, Place de Belle-Ile, Mémoire du Chef du Génie sur les projets pour 1870-1871, 5 février 1870.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VH 297
Bibliographie
  • LE POURHIET-SALAT, Nicole, La défense des îles bretonnes de l´Atlantique, des origines à 1860, Vincennes, Service Historique de la Marine, 1983, 2 vol. : XLV-375 p. XXV pl.

  • FAUCHERRE, Nicolas, PROST, Philippe, CHAZETTE, Alain (sous la dir. de), Les Fortifications du littoral, La Bretagne Sud, Chauray-Niort, 1998, 279 p., collection : les fortifications du littoral. ISBN 2-910137-24-4.

Périodiques
  • CHAURIS, Louis, Nature et provenance des pierres mises en œuvre dans les ouvrages défensifs à Belle-Île (Morbihan), Bulletin de l'association bretonne, 2011, CXX, p. 285-302.