Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ornement blanc : chape, chasuble, bourse de corporal, étole, manipule, voile de calice, église Saint-Pierre-Saint-Paul (Ruffiac)

Dossier IM56008248 réalisé en 2010

Fiche

L'ornement blanc conservé dans l'église de Ruffiac s'inscrit dans la tradition de la broderie pratiquée par les ateliers monastiques d'Ursulines qui ont porté cet art "mineur" à son sommet dans le courant du 17e siècle. Il a pu être commandé aux Ursulines de Malestroit. La chape est en satin brodé, le reste de l'ornement - chasuble, dalmatique, deux étoles, manipule et voile du calice - est en gros de Tours moiré et brodé.

Le décor sur fond de satin blanc, parsemé de vases d'iris, œillets, tulipes, pervenches ou pivoines, brodés en fils d'or, d'argent ou de soie polychromes, tous différents, destine l'ornement aux offices de la Vierge. Sur la chaperon de la chape, on a illustré un dogme dont l'iconographie s'est fixée à la fin du 16e siècle : l'Immaculée Conception. Marie, assise au-dessus du croissant, les mains jointes, la tête couronnée d'étoiles, foule le serpent. Elle est entourée de symboles des litanies, sortis tout droit du Cantique des Cantiques de la Bible et qui sont destinés à rappeler sa pureté, sa beauté ou son rôle de médiatrice entre les hommes et Dieu : elle est belle comme la lune, resplendissante comme le soleil, pure comme le miroir sans tache ; c'est elle la tour de David, le temple de Jérusalem, le puits d'eau vive, la fontaine, l'échelle de Jacob, l'Arche de l'Alliance, la porte du ciel.

L'ornement est peut-être celui offert en 1751 à la paroisse par le marquis de la Bourdonnaye, comme l'indique le registre des délibérations du général de la paroisse. Il a été réparé en 1883 à la suite du vote d'une somme de 500 F. par le conseil de fabrique de Ruffiac.

(M. -D. Menant)

Dénominationschape, chasuble, bourse de corporal, étole, manipule, voile de calice
Aire d'étude et cantonCommunes riveraines du canal de Nantes à Brest - Malestroit
AdresseCommune : Ruffiac

Ornement blanc créé vraisemblablement au 17e siècle dans un atelier monastique d'Ursulines auquel s'adressaient très souvent les confréries du Rosaire. Celui-ci est peut-être celui offert en 1751 à la paroisse par le marquis de la Bourdonnaye, comme l'indique le registre des délibérations du général de la paroisse. Il a été réparé en 1883 à la suite du vote d'une somme de 500 F. par le conseil de fabrique de Ruffiac.

Période(s)Principale : 17e siècle , (?)

La chape est en satin de soie brodé ; le reste de l'ornement est en gros de Tours moiré et brodé.

Catégoriestissu
Matériauxsoie, blanche satin, gros de Tours, moiré, brodé, polychrome, application sur textile, adjonction d'éléments
fil métal, doré, argenté
États conservationsoeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le drap d'argent qui constituait le fond des différentes pièces de l'ornement a été remplacé par du satin de soie blanche.

Statut de la propriétépropriété publique
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé MH, 1979/04/23

Références documentaires

Bibliographie
  • MENANT, Marie-Dominique, RIOULT, Jean-Jacques. Canton de Malestroit, Morbihan. Rennes : Institut culturel de Bretagne, 1989. (Images du Patrimoine ; n° 60).

    p. 23, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)