Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulins à vent et moulin à eau sur la commune de Saint-Jacut-de-la-Mer

Dossier IA22010571 réalisé en 2008

Fiche

Aires d'études Communes littorales des Côtes-d'Armor
Dénominations moulin
Adresse Commune : Saint-Jacut-de-la-Mer

D'après les recherches des érudits locaux rassemblés autour de l'association "Les Amis du Vieux Saint-Jacut", la présence d'un meunier à Saint-Jacut est attesté dès 1210. Cinq moulins ont été repérés dans les archives sur la commune de Saint-Jacut-de-la-Mer, dont deux moulins dépendant de l'abbaye de Saint-Jacut (attestés au 11ème siècle) : le moulin à mer de la Manchette, mentionné par Auguste Le Masson dans la réédition de "Histoire du Royal Monastère" de Don Noël Mars et le moulin à vent primitif du Chef de l'Isle (daté au moins du 17ème siècle) et reconstruit en 1721 à l'emplacement du précédent (affermé jusqu'à la Révolution) ; ces deux moulins ont disparu. Le moulin du tertre Biord, construit en 1845-47 par Marc Guillard sur la pièce de terre B 445 du cadastre napoléonien, a été détruit en 1891. Les moulins à vent de la Ville-Manuel (1816), de la Guérinais (1721) et des Ecluses (le moulin Guiard ou Guillard, 1850, peint par Edouard Vuillard en 1909) ont été transformés en résidences secondaires. Ces trois derniers moulins ont pu être étudiés dans le cadre de cet inventaire. D'après les archives écrites conservées aux Archives départementales des Côtes d'Armor, dans la série E772, le premier afféagement d'un emplacement pour la construction d'un moulin à eau ou à vent, pour une rente de 2 pesées de seigle, date de 1576, au bénéfice de Jean Le Bocenit, sans autre précision de lieu. Le plan de Saint-Gegu, daté du début du 17ème siècle, conservé à la Bibliothèque nationale de France, indique seulement le moulin de Saint-Jacut. Sur la carte des Ingénieurs Géographes datée de 1776, seul le moulin de Saint-Jacut est mentionné. Le moulin à vent de Buglais en Lancieux a été construit par les moines de Saint-Jacut au 16ème siècle (aujourd'hui restauré par la commune). Le moulin à marée de Bellanray en Saint-Lormel (attesté en 1767 pour afféagement) - qui existe toujours en état - et le moulin à eau de Quatre Vaux en Saint-Cast (attesté en 1730 pour afféagement) - aujourd'hui disparu - dépendaient tous deux de l'Abbaye de Saint-Jacut, ainsi que le moulin à vent de L'Epine en Trégon. Le cadastre napoléonien de 1827 nous renseigne davantage sur la localisation du moulin de Saint-Jacut ou moulin de l'Isle et sur le moulin de la Ville-Manuel. Les statistiques de l'arrondissement de Dinan, datées de 1848, indiquent le moulin de Saint-Jacut (meunier Marc Guillard), le moulin du Tertre et le moulin de la Ville Bonnual (meunier Gautier). Dans la série 6 M 927-931, concernant l'état des moulins en 1848, sont cités le moulin à vent de la Ville Bamel (ou Ville Manuel ?) avec son meunier Jean Gaultier, le moulin du Tertre, avec pour meunier, Charles Guillard, le moulin de l'Ile, avec pour meunier, Marc Guillard. En 1853, Jollivet et Ogée citent encore les deux moulins de la Ville-Manuel et de Saint-Jacut.

Période(s) Principale : 11e siècle , (?)
Principale : 13e siècle
Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 3
étudiées 3

Annexes

  • Les moulins de Saint-Jacut

    Extraits de l'article de Michel le Chapelier, de Jean-Pierre Julienne-Guillard et de Dominique Brisou, publié dans la revue "Les Amis du Vieux St-Jacut", n° 44 décembre 2003 et n° 45, juin 2004.

    Les premiers moulins de la presqu'île de St-Jacut ont été construits au cours du 13ème siècle, avec une première datation en 1210 et plus tard en 1346 (charte monastique). Ils dépendaient de l'abbaye royale de St-Jacut et étaient affermés aux meuniers. Le moulin à vent primitif était bâti sur le point culminant de la presqu'île, sur le site du chef de l'Isle. En 1751, ce moulin était affermé par Michel Bouget et Jeanne Héry, son épouse, avec un bail de 6 ans. Puis il vendu comme bien national en 1791. En 1815, il est acquis par Marc Guillard et restera dans cette famille jusqu'en 1882. Le moulin était situé sur la parcelle A 232.

    Le moulin de la Ville-Manuel a été construit en 1816 sur la parcelle B 253. Il est la propriété de Jean Gautier. Reconstruit en 1867 par Joseph Gautier, il est vendu en 1882 à Marie-Ange Carré. En 1886, c'est un nouveau acquéreur, Auguste Oléron, qui le conserve un an, puis le cède à un autre meunier Charles Guillard (décédé en 1887). Son fils Charles, blessé par les ailes du moulin, le délaisse et le vend à en 1889 à Jean-Marie Gueguen, résidant au moulin de la Guihernie en Courseul. Le moulin est de nouveau vendu en 1894 à François Clozier de Trégon, qui le désaffecte en 1897. Le moulin sera transformé par la suite en résidence privée.

    Le moulin de la Guérinais est cité par Dom Noel Mars, à propos d'un accident qui tua le meunier en 1648 à cause de la foudre qui était entrée dans le moulin. En 1899, il a perdu ses ailes et deviendra le "le Vieux moulin", qui aura d'autres destinées en qualité d'hôtel- restaurant.

    Sur la carte marine levée en 1829, rectifiée en 1899, le moulin Belle-Vue ou des Ecluses, est nommé Moulin Nord de Saint-Jacut, le moulin Sud est celui de Biord.

    Il existait aussi à la fin du 17ème siècle un moulin à mer sur la façade sud-est de la presqu'île, appelé le moulin de la Manchette, à proximité de l'ancienne digue des moines, devant l'îlot de la Justice. Ce moulin se trouvait en 1758 à l'emplacement de la "maison de l'Arigueux". Le moulin à eau de la Manchette est cité pour la première fois par le religieux F.N. Noël Mars dans l'édition datée de 1649 de son ouvrage "Histoire du royal monastère de Saint-Jacut-de-l'Isle-de-la-Mer, rééditée en 1917. L'emplacement de ce moulin est justifié sur la carte l'ingénieur Mazin, daté de 1758, sous le nom de "maison de l'Arrigueux", rapporté par J.C. Ménès. Ce moulin aurait pu, selon M. Chapelier, être alimenté par des réserves d'eau, retenues grâce à la digue des moines.

    Les premiers moulins de St-Jacut ont fonctionné entre le 12ème et le 16ème siècle selon Auguste Lemasson ; "de construction très rustique, avec une petite "chapelle de bois" orientable par-dessus, ils s'usaient très vite".

  • Le moulin de la Manchette

    Le moulin à eau de la Manchette est cité pour la première fois par le religieux F.N. Noël Mars dans l'édition datée de 1649 de son ouvrage "Histoire du royal monastère de Saint-Jacut-de-l'Isle-de-la-Mer, rééditée en 1917. Il est situé près du lieu de justice. L'emplacement de ce moulin est justifié sur la carte l'ingénieur Mazin, daté de 1758, sous le nom de "maison de l'Arrigueux", rapporté par J.C. Ménès.

    Ce moulin aurait pu, selon M. Chapelier, être alimenté par des réserves d'eau, retenues grâce à la digue des moines.

  • Extraits des sources archivistiques conservées aux Archives départementales sur les moulins de St-Jacut

    Saint-Jacut-de-la-Mer : AD 22 H 393 : extrait du "Rolle rentier du revenu annuel des messieurs les religieux de l'abbaye Royale de St-Jacut", daté de 1751

    Page 19 : En tête : "Du moulin à vent de St-Jacut". "Le moulin à vent de St-Jacut, vulgairement appelé le moulin de l'Isle est affermé à Michel Bourbet et Jeanne Hery, sa femme, par bail de 6 ans du 30 mars 1747 au 1er novembre 1750".

    Page 23 : "Le 11 février 1789, reçu pour 1786 terme échu à Noël dernier, le 24 décembre 1789, reçu pour 1789 terme à échoir à Noël prochain, 44 boisseaux de froment".

    Saint-Jacut-de-la-Mer : AD 22 : 1 Q 544, cahier, état des biens nationaux estimés 1ère origine

    - "Le moulin à vent provenant de l'abbaye dans l'Isle de St-Jacut, paroisse de Landouard, est estimé à 1800 fr, soit 120 livres de revenu, fermier Julien Macé."

    Saint-Jacut-de-la-Mer : AD 22, 3-0 :

    - En 1856, le plan établi par les Pont-et-Chaussées pour la baie du Guildo et le port de St-Jacut, indique le moulin de la Ville-Manuel et le moulin de St-Jacut.

    - "extrait plan du moulin de St-Jacut", daté de 1870.

    - En 1921, le plan cadastral indique la construction du chemin rural n° 5 qui doit passer à côté du moulin de l'Ecluse.

    Saint-Jacut-de-la-Mer : AD 22 11 S 7 (3)  :

    - Construction d'une jetée au port en 1849 : le moulins de St-Jacut à l'Isle et le moulin de la Ville-Manuel sont indiqués.

    Saint-Jacut-de-la-Mer : AD 22 : S Suppl. 164

    - En 1885, sur place, sont mentionnés le moulin de St-Jacut et le moulin de la Ville-Mannet (Manuel)

    Saint-Jacut-de-la-Mer : AD 22 : S Suppl. 179

    - En 1884, le moulin de la l'Isle est mentionné avec une élévation de 36 mètres au-dessus des basses mers.

  • Extrait du Pilote de Thomassin, 1875

    Les principaux points de la presqu'île de Saint-Jacut, que l'on distingue du large, sont :

    du Nord-Ouest : une maison à deux étages et trois fenêtres, très apparente ; le moulin Nord ; les têtes des deux arbres du clos Jacquet ; le couvent ; l'église qui est adossée à un pli de terrain ; le château de Mme de Nercy, maison à croupe à quatre fenêtres de façade exposée au Nord ; le village de l'Isle Saint-Jacut qui est étendu ; le moulin de l'Ecluse ; le moulin de Biord et le moulin Neuf (sic).

  • 20082206619NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 3 P 302.

    20082206038NUCB : Collection particulière

    20082206063NUCB : Collection particulière

    20082206040NUCB : Collection particulière

    20082206044NUCB : Collection particulière

    20082206042NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor. Extrait de plan cadastral, 1827. AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/16, plans cadastraux parcellaires de 1827.

  • Archives départementales des Côtes-d'Armor. E 772. Premier afféagement d'un emplacement pour la construction d'un moulin à eau ou à vent, daté de 1576.

  • Archives départementales des Côtes-d'Armor. 6 M 927-931 . Etat des moulins de Saint-Jacut en 1848.

Bibliographie
  • AUBLET, Robert. Saint-Jacut de la Mer au temps jadis. Dinard : Editions Les Mouettes, 1997.

    p. 36
  • BRISOU, Dominique, JULIENNE-GUILLARD, Jean-Pierre. Meuniers de Saint-Jacut et leurs moulins, Les Amis du Vieux Saint-Jacut, décembre 2003, n° 44.

    p. 21
  • BRISOU, Dominique. Moulins de Saint-Jacut et alentours, Les Amis du Vieux Saint-Jacut, décembre 1999, n°36.

    p. 13-17
  • JOLLIVET, Benjamin. Les Côtes-du-Nord, histoire et géographie de toutes les villes et communes du département. Guingamp : B. Jollivet, 1854, tome 1.

  • LE CHAPELIER, Michel. Le mystère du moulin à eau de la Manchette, Les Amis du Vieux Saint-Jacut, juin 2004, n° 45.

    p. 4
  • MAHO, Henri. Les moulins, Les Amis du Vieux Saint-Jacut, décembre 1995, n°28.

    p. 24
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nantes : 1778-1780, rééd. Marteville et Varin, Molliex, Rennes, 1843, rééd. Res Universis, Paris, 1993.

  • PIGUEL, Yves. Les moulins endormis, Les Amis du Vieux Saint-Jacut, décembre 1997, n°32.

    p. 25
  • THOMASSIN, Anastase. Pilote côtier, Côtes Nord de la France, troisième partie : Des Héaux de Bréhat au cap de la Hague. Paris : Challamel aîné, 1875.