Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin, le Lupin (Saint-Coulomb)

Dossier IA35004255 réalisé en 1999

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Cancale
Adresse Commune : Saint-Coulomb
Lieu-dit : le Lupin
Cadastre : 1982 V
Moulin à marée attesté par des actes et des vérifications de possession de propriété (notamment en 1742) depuis 1181 ; les vestiges avec deux emplacements de roues peuvent dater du 17e siècle ou du 18e siècle ; remaniement au 19e siècle ; cessation d'activité au début du 20e siècle ; destruction après 1920.
Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 18e siècle , (?)

Digue amont de l'étang, appelée "chaussée verte", en grand appareil de granit sur 120 m ; elle dispose d'une vanne à clapet se soulevant selon le débit du ruisseau ; digue aval du moulin sous forme de vestiges. La retenue bénéficiait d'un remplissage mixte : l'eau de la marée montante et les eaux de ruissellement provenant aujourd'hui de l'étang de Sainte Suzanne.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
États conservations détruit

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
MURS1 granite ; moellon
SCLE1 12e siècle ; 17e siècle (?) ; 18e siècle (?)
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP unicum
ICONTX intégré
SEL sélectionné
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Les procès concernant la propriété des étangs, presque toujours disputés par le Domaine Maritime aux propriétaires des moulins, sont souvent des sources intéressantes pour l´histoire de ces constructions. Les recherches effectuées par les propriétaires débouchant généralement sur la production de pièces originales, ont permis de regrouper des données qui n´auraient souvent pu être retrouvées sans ces procès.

    Les possesseurs de la terre du Lupin eurent à répondre plusieurs fois de leur prétention sur l´étang de marée en 1630, 1742, 1836, 1855 et 1864. Le constat le plus important étant celui de 1742 car je cite :

    « Après vérification de pièces et contrats, de titres constatant une possession à titre de propriétaire non équivoque ni interrompue depuis 1181, les juges ont maintenu le sieur Robiou du Lupin dans la possession de deux moulins de mer et d´un étang salé et d´eau douce faisant défense de troubler sa jouissance ».

    Cet acte prouve que l´emplacement du moulin du Lupin est l´un des trois plus anciens existant en France. Lors de sa création et jusqu´à la Révolution, le moulin du Lupin dû servir de moulin banal dépendant du fief du Lupin ; depuis il a toujours été conservé dans le patrimoine des propriétaires du château.

    Les plus anciens propriétaires connus sont les Uguet, seigneurs de Lupin et de la Ville Gablun, mentionnée aux anciennes réformations et montres de Saint-Coulomb en 1478 et 1513. Le fief et son moulin passèrent en 1611 aux du Chastellier puis au Robiou en 1709. Se succédèrent ensuite les Goret, les Lefer et les Méric enfin les actuels propriétaires les de Possesse.

    Les ruines existant actuellement ne remontent évidemment pas à l´origine, on s´en aperçoit aisément en observant la mise en oeuvre.

    Sans être précis, les jugements rendus en 1686 et 1792 nous éclairent sur le nombre de roues.

    La sentence du 15 février 1686 émanant d´un conseiller du Roi évoque les moulins du Lupin et le jugement du 25 juillet 1742 maintient le sieur Robiou en possession de deux moulins de mer. Le terme moulin étant employé dans son sens premier « mola » : la meule, comme il était encore courant à cette époque.

    Le bâtiment, que nous font découvrir les illustrations anciennes, pouvait remonter à ces périodes (XVIIe/XVIIIe siècle) tout en ayant subi des modifications partielles, plus récemment.

    Comme pour certains moulins mer de Rance, la guerre de 1914 allait signer son arrêt de mort. Quelques années après en 1920, il s´écroulait. L´exploitation du site avait duré plus de sept siècles ce qui est tout de même considérable. (A comparer avec les 106 ans de Montmarin).

    Christophe Amiot, à l'occasion de l'étude thématique "Les moulins à marée d'Ille-et-Vilaine".

Références documentaires

Documents figurés
  • Feuille cadastrale de la section E1 dite de Saint-Vincent. Levée par Demolon, géomètre, [1828], échelle 1/2500e. (A.D. Ille-et-Vilaine : 3 P 5487).

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927.

    p. 368 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)