Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à tan, puis tannerie Bouin, actuellement immeuble à logements, 28 rue Pasteur (Vitré)

Dossier IA35000648 réalisé en 1998

Fiche

Appellationsmoulin à tan, puis tannerie Bouin, actuellement immeuble à logements
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bâtiment d'eau, séchoir à peaux
Dénominationsmoulin à tan, tannerie
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine
HydrographiesVilaine (la)
AdresseCommune : Vitré
Adresse : 28 rue
Pasteur
Cadastre : 1994 BO 131, 132

Un moulin à tan est construit en 1823. Il se trouve à l'origine de la création de la tannerie Auguste Bouin qui ouvre ses portes postérieurement. En 1855, le moulin est reconstruit. L'atelier de fabrication de la tannerie semble avoir été surélevé. Au rez-de-chaussée est effectué le tannage, tandis que l'atelier de corroierie occupe le premier étage et le séchoir à peaux les deux derniers niveaux. La date de cessation d'activité est inconnue. Aujourd'hui, le bâtiment, propriété de la ville de Vitré depuis 1995 et inscrit dans un programme de restauration et de réhabilitation, est destiné à accueillir un immeuble à logements. En 1858, Paul Bouin est autorisé à utiliser une machine à vapeur locomobile pour mouvoir l'outillage du moulin. La chaudière à vapeur, tubulaire, en tôle, possède vingt-quatre tubes en cuivre de forme cylindrique et présente une capacité de 893 l. Elle est alors chauffée au bois, au charbon de terre, au coke et avec des résidus de la tannerie. La machine à vapeur, d'une puissance de 9 ch, est timbrée à une pression de six atmosphères.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1823, daté par source, daté par travaux historiques
1855, daté par source

Atelier de fabrication en L. Construit en schiste, le corps de bâtiment principal a trois étages carrés couverts d'un toit à longs pans en ardoises. Les niveaux supérieurs, anciens séchoirs, sont percés de claies qui s'inscrivent, au dernier étage, dans un comble ouvert comportant des poteaux à l'aplomb des murs gouttereaux. L'atelier principal est flanqué d'une petite aile en retour d'équerre, formée d'un petit portique, d'un étage et d'un comble ouvert, servant de séchoir, surmonté d'un toit à longs pans en ardoises.

Mursschiste
moellon
Toitardoise
Plansplan régulier en L
Étages3 étages carrés
Couverturestoit à longs pans
Énergiesénergie hydraulique
énergie thermique
produite sur place
produite sur place
États conservationsétablissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ille-et-Vilaine 7S 59. Fonds préfecture. Service hydraulique, moulins et usines : réglementation (an XIII-1934).

  • AD Ille-et-Vilaine 5M 290. Logements et établissements insalubres. Tanneries, Vitré (1829-1897).

  • AD Ille-et-Vilaine 5M 299. Logements et établissements insalubres : divers, moulin à tan, Vitré (1855).

  • AD Ille-et-Vilaine 8S 65. Fonds préfecture. Déclarations de machines à vapeur, Vergeal au Vivier (1856-1864).

  • AM Vitré 5J 15. Hygiène publique et salubrité. Arrêtés relatifs aux machines à vapeur (1856-1860).

Documents figurés
  • Chaudière locomobile de 9 ch, coupes transversale et longitudinale, AD Ille-et-Vilaine 8S 65. Fonds préfecture. Déclarations de machines à vapeur, Vergeal au Vivier (1858).

Bibliographie
  • CAMENEN, S. Les tanneries de Vitré du XVIIème au XIXème siècles. Mémoire de maîtrise : Université de Rennes 2, 1993.

  • JOVIN, S. Tanneries et mégisseries d'Ille-et-Vilaine aux XIXème et XXème siècles. Mémoire de maîtrise : Université de Rennes 2, 2 vol., 1996. 203 p.