Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à papier, Le Paou (Plouay)

Dossier IA56008399 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations moulin à papier, moulin à farine
Aire d'étude et canton Bretagne - Morbihan
Hydrographies Le Scorff
Adresse Commune : Plouay
Lieu-dit : La Paou

Le moulin du Paou ou Pou est construit à Plouay, sur le fief de Pontcallec. Il est situé sur le Scorff, en aval du moulin à grains, dans la seigneurie du Paou. Il est à la limite des communes de Plouay et de Guilligomarc’h qui devient à la Révolution la ligne de séparation entre les nouveaux départements du Finistère et du Morbihan.

Dans la première moitié du XVIIème siècle, Arthur Cosnard en est le maître-papetier, après avoir été au moulin à papier de Lignol : ses enfants y naissent entre 1640 et 1647. Son frère Jacques y est également papetier en 1647, ainsi que Julien Cordier, de 1651 à 1654. En 1664, Pierre Le Gras et son épouse tiennent le moulin à papier, Nicolas Sévéno les aide en 1668. C'est la première période d'exploitation connue.

Les travaux de Gilbert Baudry, membre de la Société Archéologique et d'Histoire du Pays Lorientais, nous indiquent que le moulin à papier est en ruines en 1683 lors de sa revente au moment donc où Pierre Le Gras y est maître-papetier puisqu'il y décède en 1694. Son fils, Pierre Louis, lui succède ; ses enfants y naissent à partir de 1700. Il y meurt en 1736. Germain Foulon et Prigent Gorjeu y sont papetiers dans cette période.

En 1720, Jacques Faudet, fils de Clet, maître-papetier de Coasvout à Saint-Thégonnec, arrive au moulin du Paou avec sa famille.Il est aux commandes du moulin jusqu'à son décès en 1762. Puis ce sont ses enfants, Jacques et Joseph, ainsi que sa fille Anne-Rose avec son premier époux, André-Julien Boët, puis au décès de celui-ci en 1741, son second mari, Vincent Raymon. La famille de Charles-Etienne Briero et Jeanne Huet travaille également au moulin à papier du Paou de 1727 à 1741.

En 1729, le subdélégué d’Hennebont, Bréard de Boisanger, indique que le débit du moulin est fort médiocre et qu’il fabrique des sacs et des enveloppes pour la Bretagne, pour Bayonne, mais aussi pour les bouchers locaux. Par la suite, sa production reste modeste, ne possédant qu’une roue, une cuve et quatre piles à maillets. .De 1760 à 1765, Jacques Briero, fils de Charles-Etienne, est en même temps papetier et cabaretier, ce qui illustre la précarité de l'activité du moulin. François Georget et Anne Bauchin y sont également papetiers de 1764 à 1767.

Il est exploité, en 1772, par François Bazile puis, en 1776, par sa veuve et leur fils, Joseph René. Il y est alors fabriqué 1 000 rames de papier gênes, pot, bâtard et bulle pour l’écriture et l’emballage qui sont expédiées chaque année vers Rennes et Nantes. Nous n'avons pas d'éléments permettant de savoir si l'activité papetière s'est ou non maintenue pendant la période révolutionnaire. Une modernisation de l'outil de travail a du être faite au terme de cette période.

Joseph Toussaint Blin est papetier à Vire en Normandie en 1799, puis à Quimperlé, de 1802 à 1804, Il devient, de 1807 à 1812, le contremaître de la manufacture du Pou. Dans les années 1830, il est employé, avec ses enfants, par les Andrieux, à la papeterie de Glaslan sur le Queffleuth, en Pleyber-Christ.

L'état statistique établi en préfecture, le 13 juin 1813, nous indique que 12 à 15 ouvriers y travaillent pour M. Huet. Il y est produit 4 000 kg de papier. Son propriétaire doit être Mathurin Durand du moulin à papier du Grand-Pont au Faouët. Vincent Moulin et son épouse, Rose Monique Blin, fabriquent également du papier au moulin du Paou de 1809 à 1824, avant de rejoindre Quimperlé. Corentin Huet y est papetier dès 1812. Il est le maître-papetier de la manufacture de papier du Pou avec son épouse, Marie Anne Le Ny, de 1816 jusqu'à son décès en 1842. Le cadastre de 1843 indique le lieu : «Moulin à papier du Pou». L'activité a dû s'arrêter entre 1842 et 1844.

Par la suite, il devient moulin à farine jusqu'aux années 1972 environ.

Période(s) Principale : 2e quart 17e siècle
Dates 1640, daté par source

Les ruines du moulin du Paou sont visibles depuis la route, au bord du Scorff. Face à ce petit bâtiment à deux niveaux, se trouvent les maisons où logeaient les papetiers. Le bief présente de belles pierres taillées.

Murs granite moellon
Toit tuile
États conservations mauvais état

Références documentaires

Bibliographie
  • CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du Queffleuth. Saint-Thonan, 2015. 364 p. ISBN 978-2-9552574-0-1

  • KEMENER, Yann-Ber. Moulins à papier de Bretagne. Skol Vreizh. Morlaix, 1989. 84p. ISBN 2.903313-22-9

  • CHASSAIN, Maurice. Moulins de Bretagne. Keltia Graphics. Spézet, 1993.

  • BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Contribution à l'histoire de la papeterie en France. [8], les Papeteries de la région de Morlaix depuis le XVIe siècle jusqu'au commencement du XIXe siècle. Editions de l'Industrie Papetière. Grenoble, 1941. 61p.; 23cm.