Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à papier, La Verrerye (Coglès fusionnée en Les Portes du Coglais en 2017)

Dossier IA35132361 réalisé en 2014
Dénominations moulin à papier
Aire d'étude et canton Bretagne - Ille-et-Vilaine
Hydrographies La Loisance
Adresse Commune : Portes du Coglais (Les)
Lieu-dit : La Verrerye
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Coglès

Le moulin à papier de la Verrerye se situe sur la rive droite de la Loisance, entre les moulins à papier de la Galenais et de la Roche-qui-Bruit. Il relève du domaine de Trouançon, dont le manoir est situé sur la commune de Tremblay, sur la rive gauche de la Loisance.

La plus ancienne mention de ce moulin à papier remonte à 1666. À cette date, deux cousins, Guillaume et Jacques Durand, sont mentionnés comme papetiers au moulin de la Verrerye. Au décès du premier en 1679, Charles Legendre et Perrine Petitpas, son épouse, en deviennent les fermiers. En 1686, l'exploitant du moulin est Jacques Baron. Lors de l'acte de prisage et d'inventaire en 1688, le fermier ne possède que trois paires de formes et seulement deux porses de feutres, et les stocks de papier sont faibles. L'état du moulin semble laisser à désirer. Jacques Baron est contraint de vendre les vêtements de sa femme, un cheval et du foin pour rembourser une partie de ses dettes. Le 29 mai 1690, Gilles Boscher, fermier du lieu de Trouainson (Trouançon), s'engage à réparer à ses frais la chaussée du moulin de la Verrerye, à raccommoder les berges et les deux côtés du portage. Le 28 août de la même année, Agathe Bertin passe acte avec Jacques Le Rocquet, « pour remettre à neuf l'arbre, roue ou pile dudit moulin ». René Gobert signe un bail provisoire jusqu'au 31 janvier 1691. Le 7 novembre 1703, un contrat est signé entre Guillaume Le Gall de Cunfiou, François Bonamy premier huissier à Antrain, et Jean Caillé, au bénéfice de ces deux derniers, pour plusieurs moulins, dont celui de la Roche-Qui-Bruit. Pour la Vairie (Verrerye), le terme « moulin à papier » est rayé comme nul et remplacé par « à tan et à grain ». Un état des lieux de 1703 l'indique en très mauvais état. Tous ces éléments confirment l'arrêt de la fabrication de papier dans ce moulin à la fin du XVIIe siècle. Il ne figure pas sur le cadastre de Coglès établi en 1829.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle

Dans la prairie de la Verrerye, un amas de pierres indique l'emplacement de l'ancien moulin. Les restes d'un bief se devinent également.

États conservations vestiges

Références documentaires

Bibliographie
  • DUVAL, Jacques. Les moulins à papier de Bretagne du XVIe au XIXe siècle - les papetiers et leurs filigranes en Pays de Fougères. L'harmattan. Paris, 2006. 314p.

  • CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du Queffleuth. Saint-Thonan, 2015. 364 p. ISBN 978-2-9552574-0-1