Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à papier du Stérou (Priziac)

Dossier IA56008403 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations moulin à papier, moulin à farine
Aire d'étude et canton Bretagne - Morbihan
Hydrographies L'Aër affluent de l'Ellé
Adresse Commune : Priziac

Ce moulin à papier est bâti, en 1675, par Jean de Tancreville sur les terres de la seigneurie du Stérou, sur l'Aër, en aval du moulin de Plasc-Aër. Jacques Foulon vient, avec son épouse Marie Pihan, du moulin à papier de Saint Patern à Vannes pour en être le maître-papetier. A son décès, en 1685, leurs enfants, Suzanne et Nicolas y poursuivent la fabrication du papier avec leurs conjoints. Suzanne épouse Guillaume Brunet mais décède en 1690. Nicolas épouse, en 1689, Isabeau Goupil dont le père était maître-papetier à la Ville-Jégu. Le couple travaille au Sterou jusqu'en 1694, puis retourne à la Ville-Jégu qui est tenu par Pierre Goupil, frère d'Isabeau. En 1716, ils sont de retour au Sterou, où Nicolas décède en 1749. Entre 1739 et 1741, Prigent Le Gorgeu est papetier au Sterou avant de devenir, de 1742 à 1748, maître-papetier à Plouguernével.

La famille Argouges de Rannes est propriétaire du Stérou, entre 1740 et 1771. Les fermes et moulins environnant le Sterou lui appartiennent. Nous remarquons que, durant cette période, des papetiers vivent, dans plusieurs moulins situés sur l'Aër. Deux d'entre-eux sont qualifiés de « milin paper » ou « moulin à papier » : Pontaret, où Joachim Tetrel est dit maître-papetier (de 1740 à 1745, puis en 1770) ainsi que Plascaër où décède, en 1766, Marie Anne Durand, fille de Guillaume Durand. Tout semble indiquer que Guillaume Durand et son fils Mathurin-Louis sont des maître-papetiers très entreprenants ayant exploité, avec d'autres papetiers, les moulins proches du moulin de base. En effet, le nom des moulins de Pontaret et de Plascaër ne figurent pas dans la liste de ceux déclarés lors des statistiques officielles de 1771 et 1776.

En 1771, le moulin à papier du Stérou est tenu par Mathurin-Louis Durand, qui est alors associé à René et Pierre Faudet, et à Joseph Lemoine. Leur production est exportée par les ports de Morlaix et d’Hennebont vers la Hollande et le Portugal. En 1776, le moulin a une roue, une cuve et cinq piles à maillets produisant chaque année 2 340 rames de papier bâtard, gênes et bulle. Mathurin-louis Durand y reste maître-papetier jusqu'à son décès en 1796, son épouse, Marie Anne Le Briz, y vivant jusqu'en 1810. C'est une période où, si l'on y a fabriqué du papier, la famille Détard y travaille la terre. Les actes d'état-civil indiquent que le père et le fils sont cultivateurs. François-Louis, le fils de Louis, y est à nouveau papetier en 1817. Entre 1830 et 1842, la famille Huet originaire de Bréhan-Loudéac vient réaliser la dernière étape de la fabrication du papier au Stérou.

La production cesse vers 1842 et le Sterou devient un moulin à farine. Le nom breton «ar velin baper» reste toujours bien vivant pour la population.

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Dates 1675, daté par source

Le bief du moulin est encore visible. Seules quelques pierres rappellent la présence du moulin sur la rive gauche de l'Aër.

États conservations vestiges

Références documentaires

Bibliographie
  • CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du Queffleuth. Saint-Thonan, 2015. 364 p. ISBN 978-2-9552574-0-1

  • KEMENER, Yann-Ber. Moulins à papier de Bretagne. Skol Vreizh. Morlaix, 1989. 84p. ISBN 2.903313-22-9

  • CHASSAIN, Maurice. Moulins de Bretagne. Keltia Graphics. Spézet, 1993.

  • BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Contribution à l'histoire de la papeterie en France. [8], les Papeteries de la région de Morlaix depuis le XVIe siècle jusqu'au commencement du XIXe siècle. Editions de l'Industrie Papetière. Grenoble, 1941. 61p.; 23cm.