Logo ={0} - Retour à l'accueil

Moulin à blé Briand, puis minoterie, actuellement maison (Tremblay fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35000533 réalisé en 1998

Fiche

Appellationsmoulin à blé Briand, puis minoterie, actuellement maison
Destinationsmaison
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bâtiment d'eau, bassin de retenue
Dénominationsmoulin à blé, minoterie
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Antrain
Hydrographiesla Loisance
AdresseCommune : Val-Couesnon
Lieu-dit : Tremblay, Moulin Briand (le)
Cadastre : 1824 A 157 ; 1987 A 51, 52
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Tremblay

Le moulin de Briand est mentionné en 1854, mais son existence est vraisemblablement antérieure. En 1855, il est transformé en minoterie. Pour augmenter la chute d'eau qui devenait insuffisante au bon fonctionnement de l'usine, les ouvrages régulateurs de la retenue sont rehaussés. En 1881, M. Geoffroy, propriétaire, est autorisé à reconstruire et à changer l'emplacement de son déversoir. Le moulin est réglementé par arrêté préfectoral du 6 décembre 1883. Le vannage de décharge se compose alors de deux vannes. Un procès verbal de récolement, du 22 juillet 1884, constate l'exécution conforme des prescriptions réglementaires. En 1936, la capacité maximum d'écrasement journalier s'élève à 55 q de blé. De source orale, la minoterie aurait cessé son activité en 1961. Aujourd'hui le moulin est réhabilité en maison. En 1854, le moulin met en mouvement une seule paire de meules. Une année plus tard, après sa conversion en minoterie, trois paires de meules sont mentionnées. En 1883, une quatrième paire de meules est installée. Elles sont alors mises en mouvement au moyen d'une roue hydraulique à aubes planes mesurant 5,50 m de diamètre et 1,40 m de largeur. En 1936, la force motrice est distribuée par une roue Sagebien qui développe 20 ch avec une vitesse de rotation de trois tours/minute et une hauteur moyenne de chute de 2,50 m. Une force motrice complémentaire, d'une puissance de 30 ch, provient d'un moteur à gaz pauvre issu de chez Labbé, constructeur à Paris (75). La roue hydraulique verticale est toujours en place.

Période(s)Principale : Temps modernes
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Dates1855, daté par source, daté par tradition orale, daté par travaux historiques

Le moulin, de plan rectangulaire, est accoté à un promontoire rocheux si bien qu'il compte trois étages de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé. Construit en schiste, il présente des chaînes d'angle harpées en granite et est couvert d'un toit à croupes en ardoises. Le pignon, donnant sur la Loisance, est flanqué du coursier dans lequel se situe la roue hydraulique, toujours en place, abritée par un petit toit à longs pans sur poteaux.

Mursschiste
moellon
Toitardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étages3 étages de soubassement, rez-de-chaussée surélevé
Couverturestoit à longs pans
croupe
Énergiesénergie hydraulique
énergie thermique
produite sur place
produite sur place
roue hydraulique verticale
Typologiesminoterie dite à l'américaine de plan allongé comptant au moins deux étages carrés (type D2)
États conservationsétablissement industriel désaffecté, restauré
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 19983505128ZB : Mairie de Tremblay, Non coté.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Ille-et-Vilaine 7S 56. Fonds préfecture. Service hydraulique, moulins et usines : réglementation, prises d'eau, travaux (1881-1884).

  • AD Ille-et-Vilaine 6M 927. Subsistances et ravitaillement. Enquête sur la meunerie : capacité d'écrasement des moulins (mars-mai 1936).

  • AD Ille-et-Vilaine E dépôt ADM Tremblay 44. Rivière de la Loisance, reconstruction du déversoir du moulin de Briand (1882).

Documents figurés
  • Reconstruction du déversoir au moulin Briand, plan des lieux et profils en travers, AD Ille-et-Vilaine 7S 56. Fonds préfecture. Service hydraulique, réglementation (21 décembre 1881).

  • Moulin Briand, carte postale ancienne, DAGNET, A. Sur les bords du Couasnon. Rennes : Rue des Scribes Editions, 1995. 75 p.

Bibliographie
  • BADAULT, D., CHEVRINAIS, J.-C. Antrain et son canton, chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Dinard : éditions Danclau, 1996.

    p.112
  • DAGNET, A. Sur les bords du Couesnon. Rennes : Rue des Scribes Editions, 1995.

    p. 56