Logo ={0} - Retour à l'accueil

Misainier Rigolo

Dossier IM29005357 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationsbateau de plaisance
Aire d'étude et cantonBretagne - Quimperlé
AdresseCommune : Clohars-Carnoët
Lieu-dit : Doëlan

L´actuel Rigolo est la réplique d´un bateau de travail construit au cours de l´Entre-deux-guerres par François Tanguy, pêcheur de Doëlan. En 1922, deux frères, Pierre et François Tanguy passent commande de deux canots à misaine (ou misainiers) identiques au chantier Le Coeur de Lesconil (Finistère). Ces deux canots sont baptisés Rigolo et Rigol´Pas. Ils sont destinés à la pêche à la sardine et au maquereau au large de Doëlan. Rigolo navigue à la pêche jusqu´en 1945, année où il est vendu à M. Chapelain de Kerroc´h. Son nouveau propriétaire fait déposer le moteur pour ajouter un vivier à sa place et pratique la pêche aux casiers. Il revend Rigolo en 1957 aux Scouts Marins de Lorient, qui le transforme en sloop ponté pour l´initiation. En 1979, quatre plaisanciers Lyonnais le rachètent. Restauré à Lyon, il navigue de nouveau en Bretagne-Sud et devient même un des bateaux les plus populaires lors des rassemblements de voiliers traditionnels. Il doit son succès à sa coque, très caractéristique des bateaux de pêche du Finistère Sud, avec une quête du tableau arrière très marquée. Pourtant, il se détériore. Sa coque est en très mauvais état. Une restauration, trop onéreuse, s´avère impossible. Une reconstruction à l´identique est décidée au milieu des années 1980. Des plans sont établis avec les témoignages des familles de MM. Tanguy et Le Coeur, et d´anciens matelots du Rigolo. En 1986, une association nommée Gouel Ruz est créée pour réaliser la réplique de Rigolo, financée en grande partie par le Conseil Général du Finistère, le Conseil Régional de Bretagne et la Commune de Clohars-Carnoët. La construction de la charpente est confiée au chantier du Guip de l´Ile aux Moines. La construction du bateau est terminée à Clohars-Carnoët. L´original de Rigolo est offert au Port-Musée de Douarnenez, où il est conservé en réserve, sans avoir subi de rénovation. Rigolo est mis à l´eau en juin 1992 à Doëlan et participe au concours des bateaux des côtes de France lors du rassemblement de Brest-Douarnenez 1992. En 1997, Gouel Ruz confie la gestion de Rigolo à une association nouvellement créée : La Bande du Rigolo. Cette association a pour objet de pérenniser l´ancrage de Rigolo à Doëlan, d´en développer la navigation, de promouvoir l´histoire de la pêche dans la baie du Pouldu et ses environs. En avril 2001, Gouel Ruz lègue Rigolo à la Bande du Rigolo.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1992

Rigolo est la reconstruction à l´identique d´un canot à misaine-tape-cul, à l´origine armé à la pêche au maquereau et à la sardine. Le nom de misainier vient du type de gréement utilisé : ils étaient en général armé d´une simple voile au tiers appelée misaine. Cette voile à bordure libre est appelée au tiers car le point de drisse est situé aux environs du tiers de la vergue sur laquelle elle est transfilée. Ce type de gréement se voulait simple : un bateau, un mât, une drisse, une voile, une écoute. Il permet notamment de régler la tension de la voile sur la vergue ainsi que celle du guindant (bordure avant). En effet, afin d´éviter la déformation de la voile, la tension n´est pas directement subite par la voile mais par une passeresse sur laquelle est transfilée le guindant. Il est alors aisé d´en régler la tension, augmentée avec la force du vent (ces réglages ont été adoptés sur les gréements modernes). Le gréement diffère des chaloupes sardinières (bateau à cul rond), dont le gréement est composé d´une misaine et d´un taillevent de taille supérieure. Le Rigolo a la particularité de posséder deux voiles supplémentaires : un tape-cul et un foc. L´ajout de ces voiles provient d´une évolution du canot à misaine et notamment de l´augmentation de sa taille. Leur ajout fut préférable à l´augmentation de la surface de la misaine pour conserver au bateau sa dimension humaine. Le tape-cul est une voile au tiers gréée sur un mât situé au niveau du grand banc et de surface inférieure à celle de la misaine. Cette voile est à la fois appropriée pour la navigation au près, puisqu´elle permet un gain de puissance et de cap considérable, et aux allures portantes. On est loin ici de sa définition classique : cette déformation provient d´une utilisation locale du terme ou est liée à ce type de bateau comme il est courant avec les voiliers traditionnels. Quant au foc, il est envoyé sur un bout dehors. Malgré sa taille relativement faible, il apporte également un gain de puissance considérable. La taille de Rigolo est imposante pour un canot à misaine, mais il possède les caractéristiques propres à ce type de bateau de travail : une carène plate donnant sa stabilité au bateau, un tirant d´eau modéré, et une forte quête d´étambot (partie arrière d´un navire, anciennement appelée poupe) lui procurant une très bonne manœuvrabilité. La coque est construite en chêne. Elle est renforcée par une serre et trois bancs rigidifiant véritablement la structure du bateau. Le grand banc est proche du milieu du bateau et le banc de pompe au tiers arrière. Les plus petits misainiers ne possédaient que le grand banc et le banc de pompe. Les misainiers sont généralement des bateaux dit creux (non pontés) mais certains d´entre eux sont pontés jusqu´au grand banc (c´est le cas de Rigolo), ou jusqu´au banc de pompe. Le Rigolo est un bateau caractéristique des bateaux utilisés par les pêcheurs des côtes de Bretagne-Sud au cours de la première moitié du 20e siècle. Il est l´un des deux types de bateaux, avec les chaloupes sardinières, qu´utilisaient les pêcheurs de Doëlan.

Matériauxchêne
Précision dimensions

l = 887 ; la = 325

Statut de la propriétépropriété d'une association

Annexes

  • 20082908275NUC : Archives départementales du Finistère, 2 Fl 22/12.

    20072908581NUC : Collection particulière, Non coté.

Références documentaires

Bibliographie
  • http://labandedurigolo.free.fr/joomla/index.php. Consultation : août 2009.