Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maquette ex-voto " Zant-Quemeau"

Dossier IM22004040 réalisé en 2004

Fiche

Voir

Dénominations maquette
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Plestin-les-Grèves
Adresse Commune : Trédrez-Locquémeau
Lieu-dit : Locquémeau

Cette maquette représente un thonier de Concarneau, exécutée par Pierre Bonny sur les plans du sardinier "Marie-Jeanne".

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1980
Auteur(s) Auteur : Pierre Bonny, auteur

Cette maquette en bois est réalisée en bordés jointifs avec un gréement aurique. Elle mesure 60 cm hors-tout pour 45 cm de coque, largeur 13 cm et hauteur 57 cm. Cette maquette est posée sur l'autel du choeur central de l'église de Locquémeau. La coque est peinte aux couleurs des voiliers de travail de Locquémeau. Les voiles sont en coton de couleur.

Catégories charpente
Matériaux bois
Précision dimensions

l = 60 ; la = 13 ; h = 57

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • La gwerz ou cantique de Locquémeau, patron des marins :

    Sur l'air : « Sainte Marie, mère de Dieu » ou sur l'air de « Kelven »

    Refrain

    Patron bien aimé des gens de la côte, Saint Kemo béni

    Priez pour les habitants de Locquémeau, pour les marins

    Avec confiance les marins vous prient de tout coeur

    D'exaucer, seigneur Saint Kemo, d'exaucer leurs voeux.

    O joli petit pays de Locquémeau,

    O terre bénite !

    Dis-moi qui tu vis, autrefois, venir

    Dans un vaisseau de pierre, d'Irlande vers l'Armorique

    Si miséricordieux et chantant sur leur petit navire ?

    Qui vois-tu ? Tu réponds : « Moi j'ai vu, de loin,

    Les vieux saints que nous honorons, arriver en Basse-Bretagne

    Ils pleuraient pitoyablement en quittant leur paroisse

    Et l'église de leur baptême, et le cimetière de leurs ancêtres

    Je voyais Efflam, Tuder, avec Kare, Nerin,

    Haran et bien d'autres saints venant d'Irlande

    Ainsi que les plus vieux saints de Trédrez, les saints que nous adorons

    Saint Kirio et Saint Kemo le patron des marins »

    Saint Kemo, par vos paroles et par vos prières

    Vous avez répandu, autrefois, la foie chrétienne en Bretagne

    Vous avez appris à vos compatriotes, sauvages et infidèles auparavant

    Qu'ils étaient frères de Jésus, ainsi que l'un avec l'autre

    Combien de fois nos aïeux en se promenant, vous virent

    Des côtes rocheuses de Tredrez jusqu'au sommet du Grand Rocher

    Et combien de fois, en tous lieux, ils entendirent vos sermons

    Car vous parliez comme eux, vous parliez breton.

    Combien de fois quand le vent et la mer grondaient fortement

    Votre coeur de père et de pasteur tressaillit.

    Des vagues déchaînées votre prière triomphait

    Et le petit bateau des pêcheurs retournait au port.

    Comme autrefois, nos bateaux sont ballottés par la mer bleue

    L'eau de nos fontaines miraculeuses est aussi claire que jamais

    La butte Kemo a toujours des pierres sur son sommet

    Les choses durent autour de nous, nous autres seulement ne faisons que passer.

    Sur les hautes dunes qui courent le long du rivage

    Nos pères ont dédié une église à votre honneur Et après tant de temps, nous suivons votre loi

    Locquémeau garde votre nom, nous prions dans votre église

    Saint Yves a été durant huit ans le curé de votre paroisse

    Et Jésus nous a donné sa mère comme patronne

    Elle verse sur nous, chaque jour, clarté et grâces

    Votre peuple doit être le meilleur du pays

    Beaucoup doivent quitter leur petit pays de Basse-Bretagne

    Pour gagner leur pain ils doivent partir bien loin.

    Faites, Saint Kemo notre père tant aimé, qu'ils reviennent

    Purs et sans fautes, comme de vrais Bretons

    Donnez bon vent, chaque jour, aux bateaux des côtiers

    Pour qu'ils retournent chez eux riches et joyeux

    Et tous les ans à Locquémeau, ils viendront avec leurs bateaux

    Pour faire passer les gens qui viennent de loin à vos pardons.

    La veuve restée seule est soucieuse

    Aujourd'hui il est difficile d'élever les petits enfants

    Aidez là Saint Kemo à être courageuse

    Pour pouvoir leur donner la sagesse et leur pain quotidien

    Aux marins venus ici en votre église, Saint Kemo

    Donnez santé et vitalité comme vous l'aviez donné à nos pères

    Votre pouvoir est toujours aussi grand au Paradis

    Faites nous des miracles comme vous en faisiez pour nos aïeux

    Et quand vous verrez le vent, Kemo notre patron, Soulever les vagues pour renverser nos navires

    Les emporter et les ramener d'un rocher à l'autre

    Alors, O saint patron, pensez à nous défendre.

    Notre Père, souvenez-vous alors que nous étions agenouillés

    Dans votre église de Locquémeau, sur la terre de votre cimetière

    Souvenez-vous qu'il y a une femme et des enfants à la maison

    Et qu'ils n'ont pour vivre que la peine du côtier.

    Accordez encore aux habitants de Tredrez, accordez encore votre aide

    Partout là où ils se rendront, comme à vos enfants sur mer.

    Quand un Breton se souvient qu'il a été baptisé chrétiennement

    Nul ne peut le vaincre ni ne le pourra jamais

    Quand il sera loin de sa chaumière, là-bas sur le rivage

    Ayez soin des enfants et de la famille du marin

    S'il ne peut revenir à Locquémeau le jour de votre pardon

    Il reviendra sûrement pour lui et pour son âme.

    Un enfant court toujours joyeusement derrière son père

    Et à votre suite nous voulons accourir aussi joyeusement

    Et tous, sans exception, en nous voyant diront

    On ne peut aimer les saints plus que ne le font les habitants de Locquémeau.

    Nous vous suivrons toujours sur cette terre

    Nous suivrons la loi de Dieu, le chemin de la loyauté

    Après vous, O Saint Kemo, sans faute et heureux

    Nous irons tout droit au ciel avec Jésus.

    Le cantique aurait été écrit par l'abbé Durand à la fin du 19ème siècle.

    Mon Jésus miséricordieux ! (l00 jours d'indulgence)

    Imprimatur.

    Saint-Brieuc, 29 septembre 1898

    M. Le Provost, vicaire général

    Traduit du breton.