Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir puis ferme, la Rochette (Vignoc)

Dossier IA35039205 réalisé en 2005

Fiche

  • Façade du logis
    Façade du logis
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chapelle
    • étable
    • écurie
    • cellier
    • four

Les parties les plus anciennes de ce manoir remontent au 15e siècle. En effet, le décor des cheminées tout comme les coussinets sous le linteau d'une des ouvertures internes présentent des formes récurrentes dans les manoirs de cette période.

La date de 1661 portée au dessus de la porte peut laisser supposer que des remaniements furent effectués à cette époque, peut-être dans le traitement de la façade. En 1780, la chapelle, consacrée à Notre Dame et saint Roch, fut reconstruite.

Bien que ce manoir ait fait l'objet d'agrandissements et de remaniements au cours de la période moderne, c'est sans nulle doute sa transformation en ferme au 19e siècle qui explique les principales modifications aujourd'hui visibles. Un certain nombre de bâtiments, qui figurent sur le cadastre levé en 1835, ont aujourd'hui disparu. Ils s'élevaient dans les parties nord et est de la propriété. Par ailleurs, l´aspect des bâtiments subsistants a été très altéré. Le logis seigneurial a été déclassé en dépendance agricole. la chapelle, abandonnée au moins dès le milieu du 19e siècle, a perdu sa vocation cultuelle.

Enfin, la tempête de décembre 1999 a détruit un bâtiment qui s'élevait à l'est. Seul en subsiste aujourd'hui un encadrement de porte remonté dans le corps de bâtiment qui prolonge la chapelle.

Éléments de chronologie :

1er moitié du 16e siècle : le manoir appartient aux de la Haye

En 1610 et 1631 : il est la propriété des Guiton

1641 : le manoir est vendu par les Jocet aux Quettier, sieurs de la Vigne (cette famille en garda la possession au moins jusqu´en 1788)

1675 : Guillaume Quettier et Louise Gaesdon fondent des messes dans la chapelle

1780 : la chapelle est reconstruite.

Destinations ferme
Parties constituantes non étudiées chapelle, étable, écurie, cellier, four
Dénominations manoir, ferme
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Hédé
Adresse Commune : Vignoc
Lieu-dit : la Rochette
Cadastre : 1996 ZH
Malgré les remaniements consécutifs à sa transformation en ferme, ce manoir présente un intérêt architectural remarquable.
Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1661, porte la date

Propriété constituée de trois bâtiments. Le premier, orienté nord-ouest/sud-est, comprenant logis, cellier en appentis, deux étables à vaches et une écurie. Plus au nord, en bordure de la voie, un autre ensemble formé de dépendances et d'une ancienne chapelle. Enfin, face au corps principal, des dépendances. Corps principal : maçonnerie en moellon de granite avec quelques éléments de grès. Logis (en partie centrale) présentant une élévation à trois niveaux. Encadrement en pierre de taille de granite ; oculus. Toit à croupe. Date portée au dessus de la porte : [1661]. Blason : deux animaux portant un casque au dessus d'un cervidé. Intérieur : accès aux étages et à l'arrière commandés par un couloir traversant, à l'est de la salle Plusieurs cheminées anciennes et ouvertures internes conservées.

Murs granite
grès
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toit ardoise
États conservations inégal suivant les parties

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
HYPOE éclaté
NOTA croupe ; oculus
MURS1 granite ; grès ; moellon sans chaîne en pierre de taille
SCLE1 15e siècle ; 3e quart 17e siècle ; 19e siècle
IAUT sans objet
ICHR unicum
IESP nsp
ICONTX structurant
SEL sélection requise
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 317, 319 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884, t. VI.

    p. 467