Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir, Maintiboeuf (Billé)

Dossier IA00007784 réalisé en 1969

Fiche

Parties constituantes non étudiéeschapelle, pressoir, édifice agricole
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Fougères Sud
AdresseCommune : Billé
Lieu-dit : Maintiboeuf

Le manoir de Maintiboeuf est mentionné dès 1513, les Salmon en étant les propriétaires. La chapelle du manoir, aujourd'hui disparue et située auparavant dans la cour devant le logis, était également mentionnée en 1766 et 1786 par des actes de mariages de Luis de Pont et d’Angélique Joséphine Cécile de Boislebon).

Propriété successive des familles Salmon (en 1513), de la Villeté (vers 1553), Jacquetel (en 1672), de Françoise Michelet veuve de N. Hamart (en 1680), du Bois le Bon (en 1764), du Pont seigneurs des Loges (vers 1786).

Période(s)Principale : 18e siècle

Le manoir de Maintiboeuf est isolé et orienté à l'est, au bas d'une allée bordée de vieux chêne à proximité du Couesnon. Il est construit en appareil mixte de granite et de schiste pour les maçonneries tandis que les baies sont construites grand appareil de granite.

Le logis est d'une manière générale de plan rectangulaire allongé, divisé par trois murs de refends au rez-de-chaussée et au premier étage. Un comble à surcroît vient s'ajouter à l'ensemble. D'un point de vue extérieur, le logis possède sept travées régulières sur deux niveaux avec des fenêtres de grandes dimensions et une porte d’entrée centrale. Trois baies possèdent des pierres chanfreinés ce qui induit à un remaniement de l'ensemble du manoir.

Le toit est à long pans à croupe et possède trois petites lucarnes sur le versant est ainsi que deux souches de cheminées. La charpentes est à six fermes portant pannes (arbalétriers, poinçon, entrait retroussé, croix de saint André et aisseliers).

À l'intérieur, quatre pièces communiquent au rez-de-chaussée. La porte d'entrée dessert la salle principale munie d'une cheminée monumentale en granite sur le mur refend nord. Cette cheminée construite en granite avec ses piédroits chanfreinés, ses corbeaux moulurés et son linteau monolithe à crossettes peut être datée du 17e siècle.

Dans cette même salle, du côté est dans l'allège de la fenêtre se trouve l’emplacement d'un potager monolithe en granite percé de trois trous.

En résumé, l’édifice comporte donc certains vestiges du 16e et 17e siècle tels que des pierres chanfreinées sur les baies en façade, une cheminée monumentale au rez-de-chaussée ainsi qu’un potager monolithe en granite. Le manoir fut par la suite remanié au 18e siècle et au milieu du 20e siècle en témoignent les traces de reprises anciennes et modernes en façade postérieure et les baies différemment appareillées. La distribution intérieure fut remaniée principalement en 1947 avec la destruction de l'escalier ancien en équerre, à balustre tournés et la construction d'une nouvelle cage d'escalier qui empiète sur l'espace de la salle principale du logis.

Les derniers vestiges de la chapelle située autrefois dans la cour devant le logis, ont disparu en 1947. Seul le bénitier fût retrouvé.

Le manoir possède des bâtiments annexes liés à l’exploitation agricole telle qu’une grange située au nord de l’ensemble construite en moellon de granite et de schiste. Une étable et une grange sont aussi construites au sud du manoir. L’étable possède la caractéristique d’être construite en pan de bois avec un torchis de remplissage. Des lattis en chêne complète l’ensemble.

A noter, la présence d’un tour de pile dans le jardin du manoir dans un bon état général.

Mursgranite
schiste
bois
moellon
appareil mixte
pan de bois
Toitardoise
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en équerre
Statut de la propriétépropriété privée