Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, les Longrais (Coglès fusionnée en Les Portes du Coglais en 2017)

Dossier IA35048874 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Portes du Coglais (Les)
Lieu-dit : les Longrais
Cadastre : 1832 B1
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Coglès

D'après Paul Banéat, il existait deux manoirs, celui de la Haute Longrais et celui de la Basse Longrais. Ils étaient le gage féodé de la sergenterie de Champinel dans la circonscription de Saint-Etienne. Ils appartenaient aux de la Longraye en 1430, puis aux de Châteautro à la fin du 15e siècle et passèrent par alliance aux de la Haye vers 1513. A la mort de Jean de la Haye, les Longrais revinrent à sa nièce Gilette de Châteautro qui les léga à son fils Julien de la Mahonnerie. Ce dernier acheta Marbré en 1566 et réunit sous la même seigneurie les Longrais et Marbré. C'est d'ailleurs probablement Julien de la Mahonnerie qui fit construire le manoir de la Longrais, dont les bâtiments actuels constituent les vestiges. Les domaines des Longrais et de Marbré passèrent, en 1598, à Lancelot du Verger. Ils passèrent ensuite aux de la Villegontier mais revinrent par succession en 1788 à la famille le Bouteiller. Comme le montre une gravure antérieure à la Révolution française sur laquelle figure le bâtiment, les différents bâtiments qui composent ce lieu étaient assez différents de l'état actuel. Ainsi, certains bâtiments ont aujourd'hui disparu, c'est le cas de la porte originellement située à l'ouest qui donnait accès à la cour. La cour du manoir était en effet fermée sur tous les côtés et une porte permettait d'entrer dans cette cour à l'ouest. Cette porte en plein cintre était entourée de deux tourelles rondes couvertes de toits en poivrière. Le mur est de la cour était interrompu par un colombier. Cette disposition n'existait déjà plus en 1832, lors de la réalisation du premier cadastre communal. Sur la même gravure, il est possible de voir que le logis était en réalité complété par un corps de bâtiment situé au nord-ouest de la cour. Ce petit bâtiment était perpendiculaire au logis et attenant au portail d'entrée dans la cour. Il comprenait des pièces d'habitation et était desservi par un escalier en vis en granite situé dans l'une des tours rondes attenantes à la porte d'entrée dans la cour. Cette description du lieu correspond à la période révolutionnaire durant laquelle de Boisguy fit halte aux Longrais pour se cacher chez son ami André-Charles le Bouteiller, propriétaire des lieux à cette époque. Les fossés qui passaient devant le portail d'accès à la cour ont été comblés en 1936 seulement. Sur ce site, en 1832, lorsque fut réalisé le premier cadastre de la commune de Coglès, il existait encore deux bâtiments possédant une tour ronde en façade sud. Ces deux bâtiments correspondaient peut-être aux deux manoirs des Longrais évoqués par Paul Banéat. Ainsi, le bâtiment le plus au sud sur le cadastre de 1832 correspond peu ou prou au bâtiment de dépendance situé au sud-ouest de la cour actuelle. Bien qu'il ait été remanié, le bâtiment situé au nord de la cour semble avoir été construit au 16e siècle, peut-être durant la seconde moitié de ce siècle. En effet, certaines des caractéristiques architecturales de ce bâtiment témoignent de cette époque de construction, c'est le cas de la porte en plein cintre à doubles rouleaux de la partie ouest du rez-de-chaussée, de la tour d'escalier ronde en façade sud, de la fenêtre à coussièges située dans la montée de l'escalier en vis ou encore des appuis saillants de certaines fenêtres de la façade sud. Le bâtiment a été remanié, vraisemblablement au cours du 18e siècle. En effet, la création de grandes fenêtres, percées à intervalles réguliers sur la partie est de la façade sud ainsi qu'en façade nord, témoigne de cette époque. De plus, certaines pièces ont également été réaménagées à cette époque puisque leurs murs et leurs cheminées étaient couverts de boiseries. Une enquête d'inventaire du patrimoine avait été réalisée dans les années 1970 ; à cette époque, le bâtiment était composé de deux pièces à feu au rez-de-chaussée. La première, à l'ouest, était partiellement occupée par l'escalier en vis ; il existait d'ailleurs une porte d'accès à cet escalier dans la pièce. La cheminée de cette pièce était située sur le mur de refend est. La pièce de la partie est du rez-de-chaussée possédait également un accès direct à l'escalier en vis par une porte. La cheminée de cette pièce à feu était située sur le pignon est. L'escalier en vis logé dans la tour ronde de la façade sud était à l'époque un escalier en bois ; il existait une fenêtre à coussièges dans sa montée. Il desservait le premier étage, lui aussi composé de deux pièces à feu. La cheminée de la pièce de la partie ouest ne se trouvait pas au dessus de celle du rez-de-chaussée mais sur le pignon ouest. Un accès direct à cette pièce se faisait depuis l'escalier en vis, de même pour la pièce de la partie est. Cette pièce de la partie est possédait un plancher plus haut que celui de la pièce de l'ouest. La cheminée se trouvait sur le pignon est, au-dessus de celle du rez-de-chaussée. Il existait un double accès aux combles, le premier donnait dans la partie ouest et le second dans la partie est. Le poinçon de la charpente était décoré.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 18e siècle

Les bâtiments qui composent aujourd'hui ce lieu sont construits en moellon de granite ; certaines parties sont toutefois traitées en pierre de taille de ce même matériau : tour ronde d'escalier, encadrements de baies et chaînages d'angles des bâtiments. La toiture à longs pans de l'ancien logis est couverte d'ardoise et les pignons sont débordants. La tour d'escalier qui se trouve sur la façade sud est couverte d'un toit en poivrière. Aujourd'hui, le site est composé de trois bâtiments principaux, le premier orienté est-ouest et situé au nord-ouest de la cour, le second, qui correspond à l'ancien logis est orienté nord-sud et se trouve au nord de la cour et le troisième bâtiment également orienté nord-sud se trouve au sud de la cour. Une tour ronde se trouve sur la façade sud de l'ancien logis, elle n'est pas centrée et est légèrement décalée vers l'ouest de la façade. Elle abrite l'escalier en vis. La partie ouest de la façade est d'ailleurs traitée en pierre de taille de granite, contrairement au reste de la construction, traité en moellon. Le rez-de-chaussée de la partie ouest est percé d'une porte en plein cintre à doubles rouleaux. La partie est de la façade sud est rythmée par trois travées composées de baies quadrangulaires. La tour d'escalier est percée de fenêtres dont l'encadrement est chanfreiné ; la fenêtre de la partie haute de la tour possède un appui saillant. Des jours en forme de meurtrières sont également percés sur la tour. La partie est de la façade nord est également rythmée par trois travées, les baies quadrangulaires présentent des encadrements en granite.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
États conservations état moyen

Bâtiment véritablement caractéristique des petits manoirs construits au cours du 16e siècle.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20103510517NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103510519NUCA : Collection particulière

    20103510518NUCA : Collection particulière

    20103506444Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande08.

    20103506441Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande07.

    20103506452Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande09.

    20103506442Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande07.

    20103506453Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande09.

    20103506451Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande09.

    20103506443Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande07.

    20103506445Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande08.

    20103506414Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande01.

    20103506415Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande01.

    20103506449Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande09.

    20103506450Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande09.

    20103506416Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande02.

    20103506413Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande01.

    20103506446Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande08.

    20103506448Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande08.

    20103506447Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande08.

    20103506417Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande02.

Références documentaires

Documents figurés
  • Coglès. Section B dite du Bourg, en deux feuilles, 1ère feuille, du n°1 au n°631, par Simon de Viel, géomètre. [1832], échelle 1/2500 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).