Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir du Launay (Langoat)

Dossier IA22132085 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations manoir, dépendance
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Langoat
Lieu-dit : Le Launay, Adresse : ,
Cadastre :

Ancienne résidence seigneuriale datable du 16e siècle et du 17e siècle. Au cours de son histoire, ce manoir a successivement appartenu aux familles de Peillac (citée en 1427, dont les armoiries sont "d'argent à trois tourteaux de gueules"), Le Gendre (1536), Trolong et Villéon de Boisfeuillet (17e siècle ; cette famille dispose de prééminences dans l'église paroissiale de Langoat qu'elle partage avec la famille Trogoff du Gouvellic). Le manoir a été restauré en 1662 par Christophe de Trolong, seigneur du Launay et Renée de Hallegoët (Hallegouet). Le cadran solaire, finement gravé, porte leurs armes : "de Trolong : écartelé aux 1et 4 d'argent a 5 tourteaux de sable posés en sautoir ; aux 2 et 3 : d'azur au château d'argent. - du Halegouët : d'azur au lion d'or". Leur fils se nomme Maudet de Trolong. L'ancienne chapelle seigneuriale a été détruite en 1767, ces pierres ont été remployées pour la reconstruction de l'église paroissiale.

Le manoir a été restauré dans les années 2000.

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle
Secondaire : 17e siècle
Secondaire
Dates

Ensemble présentant un plan en U comprenant - un ancien logis manorial, des dépendances et un pavillon (1842) - organisé autour d'une cour fermée par laquelle on accédait par le sud. L'entrée du manoir est précédée d'une allée cavalière (figurant sur le cadastre de 1836).

Construit en moellon de granite et de schiste à l’exception de l'entourage des ouvertures en pierre de taille, le logis présente un plan en équerre. Porte principale en arc plein cintre encadrée de pilastre. La salle basse a pour originalité de posséder un décor peint sur les poutres et les solives connu par des photographies de 1966 de la base Mémoire.

La façade orientale était originellement flanquée d'une tour abritant un escalier en vis et surmontée d'un colombier (tour fuie). L'étage conserverait une salle haute sous charpente avec cheminée ornée : il est accessible depuis le vestibule par un escalier rampe sur rampe.

Un cadran solaire armorié - représenté par Henri Frotier de La Messelière en 1935 - ornait autrefois la façade du logis.

Murs granite moellon
schiste moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier intérieur : escalier droit
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée
Protections