Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir (le Gouer)

Dossier IA22016873 réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Manoir du Gouer
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées chapelle, logement
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Trégrom
Lieu-dit : le Gouer

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé à 2300 mètres au sud-sud-ouest du bourg de Trégrom. Il est implanté en bordure de la route qui vient de "Pont Louars". Une source et une petite pièce d´eau, alimentant un affluent du Léguer, se trouvent à proximité immédiate. Le manoir est isolé dans la campagne ; on trouve cependant une métairie (probablement le manoir primitif du Gouer datable du début du 17e siècle) immédiatement au sud-est. Les parcelles qui cernent la résidence seigneuriale sont d´assez grandes dimensions comparées au parcellaire paysan. Elles traduisent une action de concentration des terres autour du domaine manorial. Jardins et verger sont reconnaissables sur le cadastre ancien. Le toponyme "Le Gouer" signifie d´ailleurs en breton, le ruisseau, le ruisselet.

Claude Hémery (Hémeurn) est désigné comme sieur du Gouer en 1604, il est âgé de 35 environ et s´est installé sur les lieux vers 1590. Son suzerain est le seigneur de Tonquédec. On trouve ensuite : - la famille Chaillou (dans le 1er quart du 18e siècle) qui blasonne "D´azur au chevron échiqueté d´argent et de gueules de deux tires, accompagné en chef de deux soleils d´or et en pointe d´une croisette de même" ; plusieurs de ces membres furent maire de Guingamp du 16e siècle au 1er quart du 18e siècle. - la famille Conen (au milieu du 18e siècle) qui porte "Coupé d´or et d´argent au lion de l´un en l´autre, armé, lampassé et couronné de à enquerre". Jean-Jacques Conen a acquis les lieux du Gouer et de Lennic à Trégrom en 1800, pour 3000 fr. devant Guillon, notaire à Callac. Il a épousé Anne Jeanne Marie de Kergrist (qui meurt en 1802) dont il a un seul enfant : Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan. Né en 1777 à Guerlesquin, Hyacinthe Marie Corentin hérite du Gouer. Ce dernier lance la reconstruction du manoir dont son père est témoin (il y décède en 1812). Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan, 18 ans, épouse en 1795, Catherine Le Lepvrier de Kerfinit, né à Quintin, et alors âgé de 16 ans. Le père de cette dernière, Henri Joseph Le Lepvrier de Kerfinit, est juge au tribunal du district de Guingamp tandis que son mari, Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan, est percepteur dans l´administration des impôts. Henri Joseph Le Lepvrier de Kerfinit, son beau-père, a acquis en 1806, les bâtiments de l´ancienne abbaye cistercienne de Notre-Dame de Coatmalouen ("Koad Malouen" en breton), située sur le territoire de la commune de Kerpert et vendus comme biens nationaux après la Révolution, pour 5 950 fr. Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan, son gendre supervise les opérations. Le corps de logis oriental de l´abbaye est déconstruit afin de financer l´entretien des autres bâtiments dont l´abbatiale et la métairie. Les pierres de taille sont transférées à Trégrom et soigneusement remontées afin d´édifier un nouveau manoir. Deux grandes cheminées sont également remontées : l´une d´elle porte des armoiries bûchées surmontées de la mitre abbatiale encadrée de deux anges". En 1810, Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan achète pour 145 fr. la chapelle Saint-Fiacre à Trégrom qu il fait démolir et reconstruire, en partie, près de son nouveau manoir. Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan devient usufruitier de Coatmalouen en 1819. Personnalité locale, connue et reconnue, il s´occupe des affaires courantes de certaines grandes familles comme les Urvoy de Portzamparc, les Kersauzon et La Fayette. Il meurt au manoir du Gouer le 11 décembre 1834. Une des ses filles épouse Edmond Léon de Tréveret (1814-1888) et eut comme enfant Fanny, qui s´unie en 1874 à Henry Jean Marie Feydeau de Saint-Christophe et apporte en dot le manoir du Gouer. Son mari, né en 1847, malgré une carrière militaire, résida cependant souvent dans son manoir. En 1932, il fait construire un clocher à la chapelle. Ses descendants vendirent le manoir en 2003 à la famille Botcazou, actuelle propriétaire, qui a restauré l´édifice avec l´aide de la Fondation du Patrimoine. En 2009, Alain Plesse, artiste peintre et restaurateur d'art, y a restauré les peintures à l'huile. Le manoir du Gouer a été ouvert au public en 2010 à l´occasion des Journées du patrimoine de pays et des Moulins.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle
Dates 1806, porte la date, daté par travaux historiques
Auteur(s) Personnalité : Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan,
Hyacinthe Marie Corentin Conen de Penlan
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques

Le manoir du Gouer, de type à cour fermée, comprend un grand corps de logis de style classique construit en pierre de taille de moyen appareil (uniquement pour l´élévation antérieure) et en moellon de granite (en élévation postérieure et dans les pignons, à l´exception de l´encadrement des ouvertures en pierre de taille). C'est une construction de type ternaire à sept travées et à double orientation comprenant à l'avant une travée centrale affirmée par un avant-corps légèrement saillant. La clé située au dessus de la porte d´entrée porte le millésime 1806. Tour d´escalier de plan carré demi-hors-oeuvre sur élévation postérieure abritant très probablement l'escalier de distribution ; elle est coiffée d´un toit en pavillon à égout retroussé dont le faîte dépasse celui du toit principal. Le corps de logis est couvert d´un toit à deux longs pans à pignons couverts percé de cinq lucarnes de toit ; trois souches de cheminée. L´édifice a été restauré.

Typologies manoir à tour d'escalier hors-oeuvre sur l'élévation postérieure. Type ternaire, variante à sept travées. Style classique
États conservations bon état, restauré

Les pierres de taille de l'élévation antérieure et de deux cheminées du manoir du Gouer proviennent de l'un des bâtiments de l´ancienne abbaye cistercienne de Notre-Dame de Coatmalouen ("Koad Malouen" en breton) située sur le territoire de la commune de commune de Kerpert et détruit en 1806.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • 20102210647NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, C1.

    20102210648NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, C1.

    20102210650NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, C1.

    20102200935Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande34.

    20102200936Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande34.

    20102200940Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande34.

    20102200937Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande34.

    20102200938Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande34.

    20102200939Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande34.

    20102200941Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande35.

    20102200942Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 359_22_72_bande35.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Le manoir et la chapelle du Gouer à Trégrom 22 par Pierre-Yves Louis, courrier, 28 mai 2005 adressé au service de l´Inventaire du patrimoine culturel.