Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir, le Bas Plessis (La Bazouge-du-Désert)

Dossier IA35048565 réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Louvigné-du-Désert
AdresseCommune : Bazouge-du-Désert (La)
Lieu-dit : le Bas Plessis
Cadastre : 1834 D1

Vers 1040, Main II donne à l'abbaye de Marmoutiers une maison près du bourg de la Bazouge-du-Désert qui se trouvait vraisemblablement au Plessis. En effet, la tradition orale mentionne l'existence d'une communauté d'hommes dans cette paroisse à une époque reculée qui aurait été établie au Plessis-Chasné (le Haut Plessis actuel). L'église primitive, qui était la chapelle du seigneur Main, était située à cet endroit avant d'être transférée à la fin du 11e siècle là où elle se trouve actuellement. Le manoir du Bas Plessis appartenait, au début du 15e siècle, aux de la Chapelle puis à Françoise Le Jeun, veuve de Pierre du Meys en 1513. Au milieu du 16e siècle, les propriétaires étaient la famille Channé, également propriétaires du Plessis-Channé (Haut-Plessis actuel) puis les seigneurs de Monthorin de Louvigné-du-Désert. Il existait une motte féodale au Petit Plessis. La construction du manoir pourrait remonter à l'époque où il était la propriété de la famille de la Chapelle, c'est-à-dire le début du 15e siècle, même si le bâtiment a subi de nombreux remaniements depuis. Ainsi, les dispositions intérieures permettent encore de reconnaître la structure d'un ancien manoir à salle basse sous charpente. Ainsi, ce type de manoir consistait le plus souvent en une salle centrale directement sous la charpente, équipée d'une cheminée sur un des murs gouttereaux (murs les plus longs), associée à une ou plusieurs chambres latérales en demi-niveau. Ce type de bâtiment était particulièrement fréquent dans le Comté de Rennes au 15e siècle ; dans toute la région, il existe aujourd'hui environ une cinquantaine d'exemples connus de manoirs à salle basse sous charpente. Ils ont principalement été construits avant 1450, après cette date, le modèle commence déjà à se "démoder". Ce type de manoir est relativement complexe à identifier car toutes les salles basses sous charpente ont subi des réaménagements. Parfois, peu de temps après leur construtcion, ces salles sous charpente ont reçu un plancher afin de gagner en confort (éviter les pertes de chaleur). Au manoir du Bas Plessis, il n'existe malheureusement plus de traces de l'ancienne charpente car le bâtiment a brulé il y a une dizaine d'années, de plus, les baies des façades semblent avoir toutes été reprises ou presque. Ici, la cheminée de la salle est située sur le mur gouttereau sud, face à l'entrée. A l'instar de la quasi totalité des exemples de salles basses sous charpente en Bretagne, celle-ci possédait à l'Est, en asssociation avec la salle basse, une pièce latérale, sans doute un cellier ou une cuisine surmontée d'une chambre. A l'ouest, il existait également une pièce au rez-de-chaussée et une autre à l'étage. L'accès à ces pièces de l'étage se fait par des escaliers intérieurs parallèles au cloisonnement entre la salle et les pièces latérales. Par ailleurs, il semble également qu'il existait un escalier extérieur parallèle au mur gouttereau en façade sud, ce qui consistue une particularité notable. Cet escalier permettait un accès indépendant de cette pièce à feu depuis l'extérieur, sans avoir à passer par la salle. Cet escalier existait encore en 1834 lors de la réalisation du premier cadastre communal. De plus, le cadastre de 1834 montre que le bâtiment était encore deux fois plus important à l'époque, puisqu'un second corps de logis perpendiculaire au premier se trouvait à l'Est.

Période(s)Principale : 1ère moitié 15e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Ce logis est construit en moellon de granite ; les encadrements de baies et chaînages d'angles sont réalisés en pierre de taille. La toiture à forte pente à longs pans est couverte d'ardoise ; les pignons sont débordants. Deux cheminées subsistent, une cheminée sur le mur gouttereau sud au rez-de-chaussée et une autre à l'étage au pignon est. La cheminée du rez-de-chaussée possède des corbeaux à double ressaut, un linteau composé de claveaux de granite avec un assemblage en trait de Jupiter et une hotte pyramidale sur laquelle se trouve un arc de décharge en granite. La cheminée de l'étage est une petite cheminée en granite à linteau en arc segmentaire.

Mursgranite
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20093505528NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • La Bazouge-du-Désert. Section D dite des Rallais, en deux feuilles, 1ère feuille, du n°1 au n°329, par Declaye, géomètre de 1ère classe. [1834], échelle 1/2500 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • DUCOURET, Jean-Pierre, LAISIS C., HAMON Françoise, TOSCER Catherine. L'habitat rural en Pays de Fougères.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • MAUPILLE, M., L. Louvigné-du-Désert et ses environs. Reproduction en fac-similé de l'édition de Rennes : Imprimerie C. Catel, 1877, Paris : Res Universis, 1992.

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • POIRIER. Monthorin et les Lariboisière. Société archéologique et historique de Fougères. Tome XXV, p. 39-44, 1986.

  • POIRIER. Entre Glaine et Airon, L'Hermitage Saint-Clair. Société archéologique et historique de Fougères. Tome XIX, p. 61-73, 1980.

  • POIRIER. Le Petit Maine, Terre de privilèges. Société archéologique et historique de Fougères. Tome XIV, p. 12-21, 1971.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

  • Livre d'or. La Bazouge-du-Désert. La Bazouge-du-Désert, 1951.