Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, la Mettrie (Saint-Samson-sur-Rance)

Dossier IA22132283 réalisé en 2014

Fiche

De la Rance se distingue sur une pente dans un écrin de verdure la longue silhouette flanquée de pavillons du manoir de la Mettrie. Son origine remonte à la fin du 16e siècle, mais plusieurs campagnes de constructions s'en sont suivies aux 17e et 18e siècles, pour la famille Ferron de la Sigonnière qui détient la propriété jusqu'au début du 20e siècle.

Parties constituantes non étudiées enclos, parc, ferme
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Samson-sur-Rance
Lieu-dit : Mettrie (la)

La Mettrie appartenait du 16e siècle à la fin du 19e siècle à la famille Ferron. Selon certaines sources le domaine avait été acheté par la famille Ferron de la Sigonnière (en Saint-Juvat) aux environs de 1570. Julienne Gallier, citée en 1598, est l'épouse de Guillaume Ferron, qualifié de sieur de la Mettrie. Au début du 20e siècle, à la mort de la veuve du dernier membre de la branche Ferron de la Sigonnière, le domaine est vendu à Amédée de Saint-Méloir, habitant Neuville en Taden, qui le revend en 1927 à Paul Coinon de Dinard. En 1930, la propriété passe entre les mains de la famille actuelle.

Le logis tel qu'il se présente aujourd'hui a été considérablement agrandi et modifié depuis son origine. Les travées irrégulières et les transformations des portes et fenêtres rendent compte de ces multiples remaniements dans le temps. Toutefois, l’absence d'éléments anciens dans le second œuvre complique l'analyse architecturale.

De la fin du 16e siècle, peut remonter l'un des pavillons, l'autre ayant été rajouté au 18e siècle. Le corps central avec ses souches de cheminées en pierre de taille des faluns peut être attribuable à une campagne du 17e siècle. La plus haute souche de cheminée porte une date de 1789, qui indique une période de remaniements. Les épis de faîtage en zinc des pavillons sont des transformations du début du 20e siècle liées au rachat de la propriété à cette période. Les communs sont reconstruits au 18e siècle, dans cet alignement des anciennes ouvertures ont été réemployées.

Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1789, porte la date

L'aménagement de l'espace autour du logis seigneurial participe à l'apparat de cet édifice, dont le domaine n'a pas été démantelé. Les états de section du cadastre de 1845 nous indiquent son organisation. Deux avenues plantées menaient à la cour principale : « la grande avenue des tilleuls » et « l'avenue des petits tilleuls ».

Le logis principal est à double orientation : est sur la cour et ouest sur le petit jardin arrière suivi d'une pépinière qui étaient clos de murs. La cour était bordée au nord d'une aile de communs puis d'une basse cour. Les bâtiments et le jardin de la métairie étaient séparés du logis et longeaient l'avenue des petits tilleuls. Un grand jardin à la française avait été conçu avec deux pavillons d'angle, dont l'un porte le nom de cabinet de l'entrée. Au sud est, en bordure de la Rance, était situé l'ancien vivier seigneurial. Un pavillon nommé "le magasin" donnait directement sur les rives de la Rance et devait servir d'entrepôt.

Hormis les souches de cheminées et des parties de corniche en pierre de taille des faluns, l'ensemble du gros œuvre est en moellons de granite. La corniche du pavillon nord est en bois. A l'origine, les façades étaient recouvertes d'un enduit de chaux.

Murs granite moellon
falun
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées

Annexes

  • Extrait de "La Maison Ferron" - Général Vicomte de Ferron

    "Eustache Ferron fournit en 1636 devant le Sénéchal de Rennes une déclaration des terres qu'il possédait aux Évêchés de Saint-Malo et de Dol, telles que celle de la Sigonnière, de Quénart (en Sévignac). D'après un acte de 1646, il habitait la Sigoonière (en Saint-Juvat). Tandis que son fils habitait la Mettrie (en Saint-Samson), son père Guillaume habitait cette dernière terre et il en a été de même de tous les descendants d'Eustache."

    Le "fils" fait ici référence à François-René Ferron, seigneur de la Sigonnière et de la Mettrie.

  • Tableau indicatif des propriétés foncières à la Mettrie en 1844.

    Nom et qualité du propriétaire

    Parcelle

    Lieu-dit

    Nature de la propriété

    Henri Ferron de la Sigonnière, propriétaire

    A 456

    Le gros rocher Lucas

    Lande plantée

    " "

    A 457

    Le hachis

    Futaie

    " "

    A 458

    " "

    Pâture plantée

    " "

    A 459

    Le pré des bassières

    Pré

    " "

    A 460

    Les bassières

    Labour

    " "

    A 461

    Pépinière des bassières

    Pépinière

    " "

    A 462

    Pépinière des châtelets

    " "

    " "

    A 463

    Le haut du vieux vivier

    Pâture

    " "

    A 464

    Le vieux vivier

    Vivier

    " "

    A 465

    La petite vallée des châtelets

    Futaie

    " "

    A 466

    Le magasin

    Bâtiment

    " "

    A 467

    La petite vallée des châtelets

    Pâture

    " "

    A 468

    Les châtelets

    " "

    " "

    A 469

    " "

    " "

    " "

    A 470

    " "

    Labour

    " "

    A 471

    Les garennes

    " "

    " "

    A 472

    Le clos du pont

    " "

    " "

    A 473

    Le bas de la vallée du repos

    Pâture

    " "

    A 474

    La vallée du repos

    Pâture plantée

    " "

    A 475

    La petite vallée

    " "

    " "

    A 476

    Le clos du buis

    Pâture

    " "

    A 477

    " "

    Lande

    " "

    A 478

    Les maures

    Labour

    " "

    A 479

    Le clos du buis

    " "

    " "

    A 480

    Lisière des buttes

    Pâture

    " "

    A 481

    Les buttes

    Labour

    " "

    A 482

    Le grand jardin

    " "

    " "

    A 483

    " "

    Jardin

    " "

    A 484

    Le cabinet

    Pavillon

    " "

    A 485

    La terrasse

    Avenue

    " "

    A 486

    Le cabinet de l'entrée

    Pavillon

    " "

    A 487

    Le vivier de la porte

    Vivier d'eau

    " "

    A 488

    Le parc

    Pâture

    " "

    A 489

    La grande avenue des tilleuls

    Avenue

    " "

    A 490

    Le vivier des tilleuls

    Mare

    " "

    A 491

    Le verger des vignes

    Labour

    " "

    A 492

    Le verger du pavillon

    " "

    " "

    A 493

    Le hors-d’œuvre

    Pépinière

    " "

    A 494

    Le petit jardin derrière

    Jardin

    " "

    A 495

    Petit jardin de la Caille-botte

    " "

    " "

    A 496

    Château de la Mettrie

    Maison, bât et cour

    Sol

    Henri Ferron de la Sigonnière

    A 497

    La basse-cour

    Bâtiment et cour

    " "

    A 498

    La métairie de la Mettrie

    Maison, bât et cour

    Sol

    Henri Ferron de la Sigonnière

    A 499

    L'avenue des petits tilleuls

    Avenue

    " "

    A 500

    Le jardin de la métairie

    Jardin

    " "

    A 501

    La caille-botte

    Labour

    " "

    A 502

    Le verger Bourgneuf

    Lande

    " "

    A 503

    " "

    Labour

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Côtes d'Armor: 3 P 332/8 (Matrice des propriétés foncières, 1823-1844) ; 3 P 332/9 (Matrices des propriétés foncières, 1845-1914) ; 3 P 332/10 (Matrices des propriétés bâties, 1882-1911) ; 3 P 332/11 (Matrices des propriétés bâties, 1911-1932).

    Archives départementales des Côtes-d'Armor
Bibliographie
  • Filiations Bretonnes, Vte. Henri Frotier de la Messelière

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
Périodiques
  • "1638 : Manoirs et Colombiers à Taden et Saint-Samson"

    Archives Privées