Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, la Gravelle (Les Champs-Géraux)

Dossier IA22017281 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Outre son intérêt historique local indéniable directement lié à l’histoire de la paroisse des Champs-Géraux, la qualité de cet ensemble architectural avec logis, communs, colombier et portail, la Gravelle est aussi un exemple particulièrement représentatif de la reconversion d’un ancien logis seigneurial en exploitation agricole dès le tout début du 19e siècle.

Parties constituantes non étudiées colombier, four à pain, dépendance
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Champs-Géraux (Les)
Lieu-dit : la Gravelle
Cadastre : 1983 C6 974

Manoir reconstruit au 17e siècle sur un site plus ancien. La Gravelle devient alors la maison seigneuriale principale de la paroisse et consacre l´ascension sociale d´une famille du parlement de Bretagne. Colombier de plan octogonal de 1604, communs de 1624 et logis de 1637. Suite à sa transformation en ferme au début du 19e siècle, le manoir subi certaines modifications : une partie du logis à l´ouest a été supprimée, le pignon ouest a été remonté et le toit refait avec une pente moins forte de même que l´escalier, tandis que les fenêtres de la façade postérieure ont été murées. Les anciennes lucarnes du logis ont probablement été transférées sur les communs à cette date pour servir de gerbières. Les seigneurs de la Gravelle Selon la plupart des auteurs l´ancien chef-lieu de la seigneurie des Champs-Géraux, siège d´une haute justice, se trouvait avant le 17e siècle à l´emplacement du bourg actuel. Ceci expliquerait que l´ancienne chapelle seigneuriale associée à un manoir aujourd´hui disparu ait été rebâtie au début du 18e siècle au même endroit. Il semble que le transfert de la maison seigneuriale du site ancien sur celui de la Gravelle remonte à la fin du 16e ou au début du 17e siècle : peut-être faut-il y voir une conséquence des guerres de Religion. La seigneurie était tenue au 15e et 16e siècle par une famille Rouaut ou Rouault. Raoullet Rouaut seigneur de Champ Géraud et de Launay-Pinel est mentionné dans la liste des feudataires de l´évêché de Saint-Malo en 1480. La terre fut transmise par mariage au cours de la première moitié du 16e siècle à la famille de la Lande, ancien lignage originaire de Saint-Potan : Catherine de La Lande dame des Champs-Géraux est mentionnée au cours de la première moitié du 16e siècle. Après être passé aux Martin seigneurs du Plessix en Saint-Helen, la terre arrive par mariage au début du 17e dans les mains d´une famille Nicolas ou Nicollas, issue de la bourgeoisie de Dinan et récemment anoblie. L´actuel manoir de la Gravelle a sans doute été reconstruit par Jean Nicollas, écuyer, seigneur des Champs Géraux, conseiller au Parlement de Bretagne, et époux de Louise Le Vayer, dame de Clays. Au 18e siècle la terre, érigée en marquisat appartient à la famille de Vaucouleurs de Lanjamet. Elle est vendue à la Révolution et le manoir, transformé en ferme, fait alors l´objet d´importants travaux. Il appartient en 1845 à Henri Royer de Linclays, maire d´Evran, qui demeure à Pont-Cadeuc. Le manoir Il reste peu de vestiges du manoir antérieur au 17e siècle. La reconstruction a d´abord concerné le colombier, daté de 1604 ce dernier de plan octogonal comporte un nombre impressionnant de trous de boulins correspondant aux 250 hectares de terres de la seigneurie. Les communs portent une date de 1624, et enfin le logis celle de 1637. La cour était enclose et fermée par un portail initialement implanté dans l´alignement du colombier, ainsi que le montre l´examen du cadastre ancien. Cette cour était précédée d´une avant cour comportant dans son angle sud-ouest une vaste grange, conservée, et au sud-ouest l´ancienne métairie de la Porte. A l´occasion du tracé de la route communale actuelle, vers 1930, l´ancien portail a été déplacé et remonté à son actuel emplacement sans l´arc de sa porte charretière ; par erreur, une pierre armoriée des deux écus en alliance des familles Nicolas et Martin a été alors replacée à l´envers La terre a été vendue à la Révolution et le manoir transformé en ferme. L´ancienne métairie de la Porte conserve un linteau daté de l´an 8 de la R (é) P (u) B (li) Q (ue), qui semble correspondre avec les importants travaux effectués au manoir à cette époque, parmi lesquels, les plus visibles concernent l´occultation des fenêtres de la façade nord et le remplacement des anciennes lucarnes, en pierre par les actuelles gerbières de bois. L´observation du cadastre ancien, met en évidence le désaxement de l´actuel logis par rapport à la parcelle de la cour. L´examen de la porte d´entrée actuelle montre qu´il s´agit d´une ancienne fenêtre transformée en porte ; sur la façade arrière, dans le même axe, une reprise semblable a muré une ancienne fenêtre. Enfin les cheminées monumentales d´origine, conservées intactes dans la moitié est du logis, au rez-de-chaussée comme à l´étage, ont été remplacées dans les pièces de l´ouest par des cheminées de type « moderne » dont les conduits détournés traversent le pignon ouest entièrement remonté à la fin du 18e siècle. En fait c´est probablement une réduction de la surface du logis pour sa transformation en logement de ferme qui a entraîné la réfection du toit et la création de l´escalier actuel dont les retours de forme concaves et les barreaux rigides correspondent à la fin du 18e siècle ainsi que le remontage des belles lucarnes en calcaire des faluns de l´ancien logis sur les bâtiments de communs à l´est de la cour.

Période(s) Principale : 2e quart 17e siècle
Dates 1604, porte la date
1624, porte la date
1637, porte la date

Logis en granite, moellons et pierre de taille. Lucarne des communs en calcaire des faluns. Le colombier et les communs sont édifiés en moellons de schiste.

Murs schiste
granite
falun
moellon
Toit ardoise
Plans plan régulier
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit polygonal
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour
Typologies ancienne cour fermée
Techniques sculpture
Représentations armoiries
Précision représentations

Armes en alliance de Nicolas et Martin et de Rouault et Lalande.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20102211861NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802203101ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802203102ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802204525ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802204526ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802204524ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor