Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir de Ménez Riou (Plougras)

Dossier IA22016901 réalisé en 2010
Destinations maison
Dénominations manoir, ferme, dépendance
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Plougras
Lieu-dit : Ménez Riou

La partie ouest du logis porte la date de 1675 sur le linteau de la porte en arc plein cintre selon l´inscription : "MIV/ LEGVEL ; HET. 1675 ; HIS.". Mivier et Le Guelhet constructeurs (?), seraient les convenanciers (bail à convenant) de Louis-François du Parc, propriétaire de la seigneurie en 1675. La partie ouest porte la date de 1763 sur le linteau de la lucarne. La seigneurie du Méné (Menez) occupait la partie ouest de la paroisse de Plougras et couvrait un territoire d'environ 1000 hectares. Depuis le 17e siècle, la seigneurie était tenue à domaine congéable. Le seigneur du Menez se déclarait seul fondateur et unique prééminencier de l´église paroissiale de Plougras et de la chapelle de Saint-Gonéry. De la seigneurie dépendaient au 16e siècle le manoir et la métairie, des bois de décoration et des bois taillis avec 18 convenants (exploitations agricoles) et le bourg trèvial de Loguivy avec un moulin à eau. Le site est appelé Ménez-Riou depuis le 19e siècle. Les Riou étaient cconvenanciers au Menez jusqu´en 1750. Par contrat du 6 janvier 1751, Yves Buhot, seigneur du Launay, rachète les "droits convenanciers" du manoir du Ménez. Son fils, Alexandre-Marie, fait agrandir le manoir en 1763, année de naissance en ces lieux de François-Marie Buhot (le petit-fils). Ce dernier fut curé constitutionnel de Plougras, agent de la République puis procureur de Guerlesquin. François-Marie Buhot meurt en 1822 au manoir de Kerampriol en Plougras (détruit en 1993). Le cadastre de 1834 semble attester la présence de constructions anciennes, d'assez grandes dimensions, antérieures au logis actuel : il pourrait s'agir du manoir primitif du Menez.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Dates 1675, porte la date
1763, porte la date

Partie ouest du logis construit en pierre de taille de granite en moyen appareil, avec étage et élévation ordonnancée, toit à longs pans, pignons découverts. Tour d´escalier postérieure hors œuvre de plan rectangulaire abritant un escalier monumental probablement rampe sur rampe. Logis agrandi vers l´est d´un corps de bâtiment de plan massé, sur cave, à étage carré à deux travées, couvert d´un toit à longs pans et à croupe. Présence d´un appentis sur la façade nord. Gros œuvre en moyen appareil régulier de granite sur la façade sud et en moellon équarri, à l´exception des chaînages d´angle et des encadrements des baies en pierre de taille de granite, sur la façade nord.

Dépendance construite à l´ouest dans le prolongement du manoir. Dans la cour, puits couvert, de plan carré.

Murs granite maçonnerie
granite pierre de taille
granite moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation ordonnancée
États conservations bon état
Techniques sculpture
Précision représentations

Lucarne à fronton cintré orné d´acrotères en boule.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • La seigneurie du Mené (Menez) d'après les travaux de Louis Dudoret (Seigneurs et seigneuries au pays de Beffou, 2000)

    La seigneurie du Ménez tient son nom de la famille qui la créa au 14e siècle du ramage des Charuel.

    La famille Charuel seigneur de Guerlesquin et Méné, connue depuis le 11e siècle, est qualifiée de vicomte de Tréguier dans l´armorial de Guy Le Borgne et dit "seigneur du Menez" et vicomte de Guerlesquin dans le nobiliaire de Potier de Courcy.

    Even Charuel participe à la bataille des Trente en 1351, que Froissart (chroniqueur contemporain) présente dans ses écrits sous le nom de Yewains Charuel à la table du roi.

    En 1370, Rolland du Méné fait partie de la compagnie de Bertrand du Guesclin comme écuyer, en 1370, Morice du Méné est dit chevalier puis capitaine d´Hennebont dans une montre de 1378 (André de Couffon de Kerdellech, La chevalerie du duché de Bretagne, T. II, 426).

    En 1427 Plésou et Jehanne du Méné sont signalés parmis les nobles de la paroisse de Plougras.

    Familles propriétaires de la seigneurie :

    - de Charuel (12e et 13e siècles) ;

    - de Kermellec du Méné (du 14e au début du 16e siècle) ; ramage de Charuel, "de gueules à la fasce d´argent au lambel de même" ;

    - du Perrier (début du 16e à 1661), "un poirier" (sceau de 1348) "d´azur à 10 billettes d´or posées 4, 3, 2, 1" (sceau de 1387) ;

    - du Parc de Locmaria (de 1661 à 1745), "d´argent à 3 jumelles de gueules" ;

    - de Goesbriand (1745 à 1752) puis à leurs créanciers de 1752 à 1760 ;

    - Le Pelletier de Rosambo de 1760 à 1794.

    Au 17e siècle, on recense les lieux-dits suivants en Plougras : manoir et métairie du Ménez, le moulin et l´étang du Guic, Kervretal, Kergolet, Kerampriol, Kerrolland, Crec´h an Tara, Kerbihan, Qnech Quelin, Trenouel, Kerdiré, Louch, Pananech, Kerfiloch, Conery ou Goaz en Borgne, Trovern, Sollier, Gazrou, Kerret, Coatillan.

    En Loguivy-Plougras : Keruhel, Pempoul, Garz an Laour, Pen ar Vern, presbytère de Loguivy, convenant le Bourg, le moulin, une ruine devant le cimetière, une maison à four au bourg, Kerbian, Trégonven, Pen Stiffel, Kerhouarn.

  • Iconographie

    20102211378NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 3P217.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD 22 C 61 ; C 187 ;

    AD 22 2 E270 ;

    AD 22 E 935 ; E 1014.6 ; E 1014.8 ; E 1118 ; E 1129 ; E1148 ; E 1014.8 ; E 1135 ; E 1843 ; E 2392 ; AD 22 B 64.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor
Bibliographie
  • DUDORET, Louis. Seigneurs et seigneuries au pays de Beffou (15e-18e siècles), Editions de la Plomée, 2000, 403 p.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Fauchille Gwénaël - Lécuillier Guillaume