Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir de Kervégan (Plouzélambre)

Dossier IA22132532 réalisé en 2015

Le manoir de Kervégan à Plouzélambre

Cet ensemble bâti ancien à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole est situé à 500 mètres à l'est du petit bourg de Plouzélambre. Le manoir est isolé dans la campagne sur un plateau situé le long d'un cours d´eau nommé "Ruisseau de Roscoat" ; il était desservi par un chemin venant du bourg puis par une allée cavalière.

La seigneurie de Kervégan (Kervéguen ou Querveguen dans les archives privées) détenait au 17e et au 18e siècles (1659-1770) le pouvoir de haute justice avec patibulaire à quatre piliers se dressant dans la paroisse de Tréduder. Ce pouvoir de justice appartenait à Monsieur de La Lande qui blasonne "d'argent à trois cotices de gueules, au franc canton de même" (Nobiliaire et Armorial de Bretagne de Pol Potier de Courcy). Selon Yannick Botrel (Les justices seigneuriales de l'évêché de Tréguier), le carcan et le poteau de la justice se trouvaient dans le bourg de Plouzélambre. De La Lande est également seigneur de La Lande à Ploumilliau. Cette famille noble s'est fondue dans Le Rouge puis Coëtlogon.

Les dispositions anciennes du manoir de Kervégan sont connues par les cadastres de 1814 et de 1848 : une avenue cavalière orientée vers l'est-nord-est, un colombier situé originellement au sud du manoir (disparu), un four à pain situé à l'ouest de la cour (disparu), un vaste logis et un moulin à eau sur le Ruisseau de Roscoat. Les bâtiments anciens et la cour sont par ailleurs connus par un dessin de Henri Frotier de La Messelière de 1935. La cour de ce manoir était fermée vers l'est-nord-est par une porte charretière et une porte piétonne contre lesquelles des soues à cochons ont été aménagées au 19e siècle. Cette entrée monumentale a été déplacé à Lanloup après 1974. Le puits a également été vendu.

Photographié en 1974 lors du pré-inventaire de la commune de Plouzélambre, le bâtiment nord a depuis été détruit. L'analyse stylistique des ouvertures (portes en arc lien cintre et linteaux de fenêtre à accolade...) permet cependant de le dater du 17e siècle. Il pourrait s'agir du logis de la ferme dont la façade principale était orientée vers le sud face au logis seigneurial. Le cadastre ancien fait état d'un construction circulaire sur l'angle sud-ouest (tour d’escalier ?), ce bâtiment était-il plus long à l'origine ce qui expliquerait la reprise du pignon ouest visible sur la photographie de 1974 ?

L'alignement sud subsiste dans un état proche de celui de 1935. D'est en ouest, on peut identifier : un logis (déclassé en étable), une grange avec porte charretière surmontée d'un grenier accessible par une lucarne (appareillage mêlant moellons et pierres de taille) et un vaste logis dont la partie ouest semble avoir été remonté au 19e siècle en deux temps (remplois d’éléments anciens comme une porte du 15e ou du début du 16e siècle). Les pentes de toit du logis de l'entrée et de la grange ont été modifiées. Un rucher est aménagé dans le pignon est de l'alignement. Ces niches ou orbes sont des emplacements pour des ruches circulaires en osier ou en paille.

Le manoir de Kervégan a été restauré à la fin du 20e siècle.

Dénominations manoir, dépendance
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plestin-les-Grèves
Adresse Commune : Plouzélambre
Lieu-dit : Kervégan, Adresse : ,
Cadastre :
Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle
Secondaire : 19e siècle, 2e moitié 20e siècle
Statut de la propriété propriété privée
Protections

Références documentaires

Bibliographie
  • BOTREL, Yannick. Les justices seigneuriales de l'évêché de Tréguier. Guingamp, éditions de la Plommée, 2002.

  • KULIG, Christian. WORTHINGTON, Patrick. Châteaux et manoirs. Trésors du Trégor. Saint-Thonan, 2013, 256 p.

Liens web