Logo ={0} - Retour à l'accueil

Manoir de Kerarmet-Tanguy, Kerarmet (Saint-Michel-en-Grève)

Dossier IA22003084 réalisé en 2004

Fiche

Á rapprocher de

AppellationsKerarmet-Tanguy
Parties constituantes non étudiéescour, porcherie, étable, grange
Dénominationsmanoir
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Plestin-les-Grèves
AdresseCommune : Saint-Michel-en-Grève
Lieu-dit : Kerarmet
Cadastre : 1805 B 6 ; 1813 A2 629 ; 1848 B2 353 ; 1987 B2 186

Le manoir de Kerarmet-Tanguy relevait selon Henri Frotier de la Messelière de la seigneurie de Kerhuel en Saint-Michel-en-Grève. Il a appartenu, toujours selon la même source, aux familles Tanguy (s.d.), Menou (16ème siècle), Rogon (s.d.), et Meur de Kerigonau (18ème siècle). L'analyse du logis suggère une datation aux environs de la fin du 15ème siècle ou du début du 16ème siècle. Ce manoir comprend également une partie agricole du 17ème siècle, dont une grange construite en 1627 d'après Régis Le Saulnier de Saint-Jouan.

Période(s)Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates1627, daté par travaux historiques

Le manoir de Kerarmet-Tanguy comprend plusieurs bâtiments construits en schiste (gros-oeuvre) et en granite (encadrement des baies, rampant du pignon et chaînes d'angles). Ces bâtiments se répartissent autour d'une cour rectangulaire. La partie habitation se compose d'un logis de plan rectangulaire massé à pièce unique par étage (salle au rez-de-chaussée, chambre à l'étage et comble). La façade antérieure, qui ne présente pas d'ordonnancement, est ouverte d'une porte en plein-cintre et d'une petite fenêtre à traverse au rez-de-chaussée, d'une fenêtre à appui saillant mouluré et d'une porte haute à l'étage, d'une lucarne à pignon et crossettes au grenier. Un avant-corps légèrement saillant, couvert de pierre au rez-de-chaussée, traduit la présence d'un kuz-gwele*. Le pignon sud-est est également ouvert d'une porte en plein-cintre chanfreinée. La façade postérieure est ouverte à l'étage d'une fenêtre ornée d'une arcature trilobée et présente des latrines en surplomb. Un bâtiment de plan massé a été rapporté, probablement vers le milieu du 19ème siècle, sur le pignon nord-ouest. La partie agricole située au-devant du corps de logis ferme la cour. Elle comprend trois bâtiments anciens (17ème siècle). Les éléments de décor sont localisés sur les baies du logis (appui saillant mouluré, fenêtre à traverse, arcature trilobée, plein-cintre, chanfreins, linteaux droits à intrados délardé en accolade).

Mursschiste
granite
moellon sans chaîne en pierre de taille
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée, 1 étage carré
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Typologiesmanoir à pièce unique par étage. Exemple unique sur la commune. Kuz gwele
États conservationsremanié

L'ancienneté, la typologie et l'état de conservation du logis appellent une étude. * Kuz gwele : en breton, dénomination de l'espace destiné à accueillir le lit-clos.

Statut de la propriétépropriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvreà étudier

Annexes

  • 20042205324NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/28, Numplan 1.

    20042205323NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/17, Numplan 3.

    20042205325NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/47, Numplan 5.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : E 2229. (Liasse.) - 1 pièce, parchemin ; 13 pièces, papier. 1496-1787. - Seigneuries de Kerarmet et de Portzjélégou. - Féodalité passive : aveu fourni en 1517, par Jean Ruzic, écuyer, seigneur de Portzjélégou, à Jean de La Haye, seigneur de Guernalam, à cause de sa juridiction et seigneurie de Keruleay, pour un clos situé dans la frairie de Guenanson, près du manoir de Portzjélégou, en la paroisse de Saint-Michel-en-Grève ; - aveu fourni à la seigneurie de Kerhuel, en 1541, par Isabeau Floch, veuve de Rolland Menou, sieur de Kerarmet, et tutrice de Hiérosme Menou, son fils, pour le manoir de Kerarmet et ses dépendances dans les paroisses de Saint-Michel-en-Grève, de Plouzélambre et de Ploumilliau ; - aveux rendus à la même seigneurie : en 1699, par Claude Rogon, dame de Rumédon, pour les lieux-nobles de Keramet-Tanguy, de Kerizel ou de La Ville-Basse et le moulin du Châtel, dans la paroisse de Saint-Michel-en-Grève ; - en 1776, par Jean-Marie de Meur, seigneur de Kerigonan, veuf de Marie-Josèphe-Emilie Rogon, et par dame Marie-Catherine-Emilie Du Breil de Pontbriand, douairière de Caracaradec, au nom de Louis-Marie-Joseph Rogon, son fils, pour la métairie de Kerarmet-Tanguy, l´emplacement de la maison noble de La Villebasse, le moulin du Châtel et divers convenants, dans les mêmes paroisses ; minu fourni en 1787, par René-Louis Rogon, comte de Carcaradec, pour le rachat de Pierre-Marie Rogon, seigneur de Portzjélégou, ledit acte mentionnant la métairie des Quatre-Dames, le grand bois taillis de Kerarmet, la dîme et le fief de du même nom s´étendant dans les paroisses de Saint-Michel-en-Grève, de Plouzélambre et de Ploumilliau ; « déclare ledit sieur Rogon outre lui appartenir le lieu et manoir noble de Portzjélégou, avec ses appartenances et dépendances, relevant prochement du fief de Runefaou et en ramage de la seigneurie de Kerheul » etc. - Acte par lequel Louis Rogon, seigneur de Carcaradec et gouverneur de la ville de Lannion, déclare « au cas que ses autheurs et prédécesseurs ayent fait exercer les jurisdictions et seigneuries de Portzjézégou, Keranfeuillen, La Porte-Verte, Le Cruguil, Coatquis, Kerarmet-Menou, se despartir et dessister par le présant desdites jurisdictions et néantmoins soutenir qu´il a droit de fief de ligence, et droits prohibitifs seulement, pour raison desdites seigneuries » (1682) ; - procès-verbal des généraux-plaids et hommages de Porzjélégou, Kergaradec, Kerarmet-Coitmen et Kerarmet-Menou, tenus dans l´église de Saint-Michel-en-Grève « obstant la rigueur de temps et qu´il n´y a aucuns auditoire basty. » A la suite sont enregistrés les hommages de la cour de Keranfeuillen, tenus à Rubuzoas et dans l´église de Rospez (1607-1622). - Inventaires de titres pour servir à la perception des chefrentes dues à Louis Rogon, seigneur de Kercaradec, dans les fiefs de Kerarmet-Kercaradec, Porzjézégou, Keranfeuillen, La Porte-Verte et Kerdroniou (1697) ; - accord par lequel Pierre-Marie Rogon cède à Jacques Le Maou, son procureur-fiscal, le quart des lods et ventes, rachats et casuels qu´il recouvrera dans les fiefs de Kerarmet et de Porzjézégou (1740). - Prééminences d´église : confirmation, par les paroissiens de Saint-Michel-en-Grève, de l´acte de cession de trois tombes « quictes de poulage, situées en la chapelle de Sainct-Maudé » en faveur de Rolland Ruzic, écuyer, sieur de Porzjézégou (1496) ; acte de démission de la chapellenie de Saint-Maudé et de Guénoson, par Jean de La Ripvière, recteur de Saint-Michel-en-Grève, entre les mains de Pierre Rogon et de Marguerite Le Gualès, seigneur et dame de la Villerogon et de Porjézégou, qui nomment à sa place Erasme Person (1600). - Domaine : déclarations concernant la métairie des Quatre-Dames et trois pièces de terre appelées Tachen-Parc-Majou, Parc-Bihan et Tachen-an-Parc-Balan, dans la paroisse de Saint-Michel-en-Grève.

  • AD Côtes-d'Armor : 7 bi 118 (3). Frotier de La Messelière, Henri. Manoirs et principaux fiefs du département des Côtes-du-Nord. III : Guenancastel-Kergu.

  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/28, Saint-Michel-en-Grève, plans par masse de culture de 1805.

    Numplan 1, section B
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/17, Saint-Michel-en-Grève, plans cadastraux parcellaires de 1813.

    Numplan 3, section A, 2ème feuille
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/47, Saint-Michel-en-Grève, plans cadastraux parcellaires de 1848.

    Numplan 5, section B, 2ème feuille
Bibliographie
  • LE SAULNIER DE SAINT-JOUAN, Régis. Dictionnaire des communes du département des Côtes d'Armor : éléments d'histoire et d'archéologie. Saint-Brieuc : Conseil Général des Côtes-d´Armor, 1990.

    p. 702