Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir de Boutron (Calorguen)

Dossier IA22018026 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

L’implantation du manoir en bordure de la Rance sur un terrain escarpé donne beaucoup de prestige à ce logis des 15e et 16e siècles dont la silhouette massive s’appréhende de loin. Un ancien accès, vers l’ouest est visible sur le cadastre ancien ainsi que le tracé d’anciennes douves.

Parties constituantes non étudiées cour, colombier, ferme
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Hydrographies Rance (la)
Adresse Commune : Calorguen
Lieu-dit : Boutron

Implanté sur la rive gauche de la Rance, au nord est de la commune, le manoir de Boutron présente une situation particulière en limite de paroisse qui explique le rattachement du village de Boutron, sur la rive droite de la Rance à la commune des Champs Géraux. Il est mentionné en 1409 comme étant la propriété d’Alain Ferron, seigneur de Boutron et compagnon d’armes du connétable Olivier de Clisson.

Dans la liste des teneurs de fiefs des évêchés de Dol et Saint-Malo en 1480, il appartient à Guillaume Ferron qui comparait porteur d’une brigandine et armé d’une jusarme. De cette période le logis conserve quelques éléments (partie basse de son gros œuvre, porte d’entrée en arc brisé surmontée d’une archivolte extérieure), il a été repris, voir en partie reconstruit au 16e siècle (partie sud du logis en schiste vert briovérien, fenêtre de la chambre décorée d’une accolade à fleuron stylisé), puis de nouveau au 18e siècle. Il est probable que la partie nord du logis se soit effondrée, comme en rendent compte plusieurs collages de maçonnerie en cette partie. Les deux travées régulières et le pignon nord datent de cette dernière campagne comme les souches de cheminée en pierre de taille des faluns.

La métairie a été entièrement reconstruite en 1899 et 1900 ainsi que le colombier.Une forge était installée en ce lieu au début du 20e siècle.

Période(s) Principale : 15e siècle, 16e siècle, 18e siècle, limite 19e siècle 20e siècle
Principale
Dates 1899, porte la date
1900, porte la date

Le manoir

Grand logis de plan rectangulaire avec tour d’escalier, légèrement hors œuvre, au deux tiers de la façade arrière. Plusieurs reprises de maçonnerie, en façade arrière et en façade principale, témoignent d’aménagements successifs qui sont masqués actuellement par une élévation régulière à trois travées. (Voir les hypothèses de restitution des volumes dans les schémas ci-contre).. Bien que le manoir ait été transformé à des périodes différentes se lit toujours une structure de logis à deux pièces au sol. La grande salle, à l’origine sous charpente, à gauche de l’entrée, n’a pas conservé son volume, ni sa cheminée monumentale. Elle était située sur une cave dont une entrée se devine à l’extérieur, proche du contrefort.Le couloir central a été aménagé à une époque tardive, il mène à la porte de la tour d’escalier. Son linteau richement décoré se distingue par une accolade double, destinée à mettre en valeur des armoiries autrefois peintes, des propriétaires commanditaires. L’entrée de l’escalier est couplée avec l’entrée de la seconde pièce qui possède une grande cheminée en pierre de taille de granite, vraisemblablement une cheminée d’étage qui a été replacée en rez-de-chaussée lors des travaux du 16e siècle.

Le colombier

Le colombier de plan carré recouvert d’une toiture en pavillon a été reconstruit en même temps que la

ferme. Le soin apporté à sa construction, rappelle l’origine noble du lieu.

La ferme

La ferme a été reconstruite à l’emplacement de l’ancienne métairie mentionnée sur le cadastre de 1833. Le logis a étage est accolé des parties liées à l’exploitation, il s’en distingue toutefois par une plus grande hauteur et sa couverture en pavillon.

Murs schiste moellon
granite pierre de taille
falun pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : B 1180, B 1222
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : E 2268, E 2932
Périodiques
  • Bulletin d'informations communales : Calorguen, 1er juillet 1996 (document dactylographié imprimé).

Liens web