Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons dites 'maisons de corsaire' sur la commune de Bréhat

Dossier IA22015722 réalisé en 2009

Fiche

Aires d'études Communes littorales des Côtes-d'Armor
Dénominations maison
Adresse Commune : Bréhat (île de)

Les maisons, dites 'de corsaire', sont majoritairement datées de la seconde moitié du 18ème siècle et représentent un bâti spécifique de l'île de Bréhat, avec cour fermée. 10 maisons ont été repérées et 9 étudiées. On peut citer comme marins corsaires ayant des liens avec Bréhat, Coatenlem, Cornic-Duchesne, Cornic du Moulin, Canne-Fleuz, Nicolas Le Gonidec, Jacques Drézénec, Olivier Le Brujeon, Savidan, Yvon Le Gall, Arthur Le Roux, Poirier, Forger-Lambert, Corouge et de nombreux autres, dont les habitations sont encore visibles sur l'île. La maison Corouge-Lambert, au bourg devant la grève de l'église est datée de 1772 (porte la date sur un linteau). Une cheminée porte l'inscription 'Cosmopolite', nom d'un navire.

Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 2e quart 18e siècle

De plan simple, rectangulaire, la maison corsaire type se compose d'un rez-de-chaussée avec un étage carré. La toiture est couvert d'ardoises et à l'étage, des lucarnes en saillie, sous combles. Les linteaux monolithiques peuvent être sculptés et constituent alors les signes extérieurs de la prospérité. La façade principale est plutôt austère, à l'inverse de la façade secondaire, aux percements plus diversifiés. Un jardin surélevé, dans lequel se trouve généralement un puits, devance la façade principale. Le mur de pierre chaperonné d'un glacis de forme ogivale formant larmier, haut et massif, clôture la 'maison corsaire' et ses dépendances, en leur donnant une allure de 'forteresse'. La maison 'Kerval' : la façade est ornée d'un balcon et d'un fronton triangulaire, avec à l'arrière, une avancée imposante. La 'maison Corouge' du bourg possède une tour sur sa façade postérieure.

Murs granite
moellon
Décompte des œuvres repérées 10
étudiées 9

Annexes

  • Les maisons dites 'de corsaire'

    Les grandes maisons, dites 'de corsaire', sont des maisons vastes, à 2 étages, construites en granite, en appareil régulier, dont l'élévation Sud s'organise en travées rythmées. Les linteaux sont souvent échancrés à l'intrados. La toiture d'ardoise, à longs pas, parfois retroussés par des coyaux, est souvent percée de lucarnes, couvertes d'un petit toit à deux versants ou croupes. Les rampants sont des murs-pignons, couronnés au sommet pat une pierre faîtière formant fleuron, taillée habituellement en boule. A l'intérieur, deux pièces à cheminées en granite, parfois recouvertes de boiseries d'époque Régence, sont situées de part et d'autre d'un couloir central où se trouve l'escalier (18ème siècle), tournant, en bois, à balustres moulurés. L'environnement de ces maisons est assez constant. Un espace dallé (en granite ou en schiste) sépare la façade principale du jardin légèrement surélevé auquel on accède par un passage entre deux pilier de granite moulurés. Dans ces jardins, les puits sont fréquentes. La propriété est séparée des chemins étroits par un haut mur de granite dont le faîte est arrondi.

    Maison du corsaire Floury au bourg, datée de 1611

    Maison du corsaire Corouge au bourg, datée de 1723

    Maison de corsaire à Crec'h Briand, datée de 1749

    Maison du corsaire Brujon à Kermiquel, datée de 1781

    Maison de l'amiral Cornic, à Crec'h Tarek, datée de 1767, avec sa maison natale datée de 1735 (à Crec'h Tarek).

  • Les corsaires de Bréhat

    (Prigent Guy).

    L'histoire a retenu les noms des marins, capitaines corsaires de Bréhat : Le Brujon (héritière Ferlicot), Savidan, Jacques Drézenec, Fleury, Le Roux, Poirier, Froger, Le Gonidec Nicolas, Lambert, Colin, Corouge et Cornic.

    Le 17 mai de l'An II, l'amiral Pierre Cornic rappelait aux officiers municipaux de Bréhat qu'il avait présenté au ministre, le plan d'un bassin clos qui serait formé dans la Chambre ou le Port Clos entre deux jetées. Il demanda également la présence d'un chirurgien sur l'île pour soigner les femmes et les enfants des marins qui sont au service de la République. Cependant, ses demandes furent sans suites.

    De nombreuses demeures de Bréhat, caractérisées par leur architecture à deux étages, avec des ouvertures en plein cintre et des murs enclos, témoignent de cette présence corsaire. A côté de l'ancienne poste, le linteau d'une porte en ogive est gravée : 'Collin Ploury m'a faict faire. 1611'. Au tertre Simon, la demeure du corsaire Jacques Le Drézenec, est toujours visible.

  • 20092212005NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • HUCHET DU GUERMEUR, Soizic. 'La maison de Bréhat', émergence d'un nouveau langage architectural au début du 20ème siècle. Nantes : Ecole d'architecture, 2000.

    p.208-209
  • MENGUY, Louis. Bribes d'histoire de l'archipel de Bréhat. Ile de Bréhat : Association pour la sauvegarde et l'entretien du patrimoine religieux de Bréhat, 2005.

    p. 92-106
Périodiques
  • BALLINI, Annie-Claude La course à Paimpol et Bréhat, au18ème siècle, In Les Cahiers de Beauport, n° 15, 2010. Paimol : Association des amis de Beauport.

    p.