Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison prébendale, Hôtel particulier, puis hôtel des représentants du peuple, 8 impasse de la Psalette (Vannes)

Dossier IA56007856 inclus dans Impasse de la Psalette (Vannes) réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Appellationsmaison prébendale, puis hôtel des Représentants du Peuple
Parties constituantes non étudiéescour, portail
Dénominationshôtel
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 8 impasse de
Psalette
Cadastre : 1809 I3 942 ; 1844 K8 1548 ; 1980 BR 208

Grande maison prébendale dépendant des biens de la fabrique de la cathédrale Saint-Pierre (d'où les clefs en croix de la rampe d'escalier en décor), construite ou reconstruite dans le courant du 18e siècle, sans doute au milieu d'après ses caractéristiques architecturales, façade et encadrement des ouvertures, décor de la rampe en fer forgé. La reconstruction est envisagée en raison des éléments du portail d'entrée sur la cour et de son chanfrein assez large qui le font remonter au 17e siècle. Le bâtiment a été identifié comme logis prébendal par le chanoine Le Mené. D'après ce dernier, l'édifice est occupé successivement par M. Ragot de la Coudraye, M. Nouvel de Glavignac et enfin M. Grimaudet de Coetcanton. Ce dernier est sans doute le fils (Alexandre) de François Grimaudet de Coëtcanton, riche financier qui avait acquis la seigneurie de Coëtcanton en Melgven en 1753 et que la famille devra revendre en vente en 1756. Vendu en 1793 à M. Esnoul du Châtelet, l'immeuble sert d'Etat-major pendant la période révolutionnaire et accueille en 1795 les représentants du peuple, Blad et Tallien après la capitulation des Emigrés à Quiberon. En 1844, les matrices cadastrales indiquent qu'il est la propriété de Vincent Monfort, conseiller de la préfecture, et de son fils (ce qui explique l'appellation hôtel Monfort durant une partie du 19e siècle).

Le plan cadastral de 1844 nous permet de situer des éléments encore existant aujourd'hui comme la petite cour comprenant un puits signalée dans le procès-verbal de vente en 1793. La description assez détaillée contenue dans ce document nous donne la répartition des pièces de chaque côté de la cage d'escalier avec un rez-de-chaussée affecté aux parties domestiques (cuisine, office, bucherie, etc) et les étages (sauf de comble) aux seigneurs y résidant (chambres, salon, cabinet). De même, on constate que la partie en retour sur la cour était affectée au 18 rue Saint-Salomon en 1844 et qu'aujourd'hui elle fait à nouveau partie de l'hôtel.

L'édifice a fait l'objet d'une restauration générale après 1982 à la suite de laquelle il a été transformé en appartements.

Période(s)Principale : milieu 18e siècle
Secondaire : 17e siècle
Auteur(s)Personnalité : Fabrique de la cathédrale Saint-Pierre
Fabrique de la cathédrale Saint-Pierre
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source
Personnalité : Esnoul du Châtelet propriétaire attribution par source

Grand logis construit en fond de voie à plan simple en profondeur. Adossé au mur d'enceinte dont la courtine lui sert de terrasse au niveau du deuxième étage, il est de plan rectangulaire et montre 3 étages carrés sur la courtine dont un est adossé à la muraille et 2 étages carrés sur la cour sous un étage de comble brisé. La cage d'escalier, centrée, est en pan de bois côtés nord et ouest (vestiges de fenêtres bouchées mur ouest de la cage au premier étage). L'escalier est en charpente à retour avec jour et rampe en fer forgé. La profondeur de la cage d'escalier est atténuée par un passage existant à partir du premier étage dans chaque appartement entre celle-ci et le mur gouttereau ouest. le logis comprend un sous-sol vouté dont l'accès se fait à gauche sous la première volée de l'escalier par un escalier droit en maçonnerie ainsi que par une descente de cave depuis la cour. Le logis comprend vers le sud un corps en retour sur cour d'un étage carré surmonté d'un étage de comble brisé accolé à son pignon sud.

Mursgranite moellon enduit
pan de bois
Toitardoise
Étagessous-sol, 2 étages carrés, 3 étages carrés, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans brisés noue
toit à longs pans
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente
escalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
Typologiesplan simple en profondeur
Techniquesferronnerie
Précision représentations

La rampe d'escalier en fer forgé comprend plusieurs écussons ovales qui encadrent des clefs en croix et qui se réfèrent sans doute à la propriété d'origine de la cathédrale Saint-Pierre. Ces mêmes clefs de Saint-Pierre sont encore utilisées en sautoir pour marquer les chaises.

Secteur sauvegardé.

Statut de la propriétépropriété privée
Éléments remarquablesescalier
Sites de protectionsecteur sauvegardé

Annexes

  • Procès-verbal, 1790

    A. D. Morbihan Q99 Procès-verbal d'estimation 5 novembre 1790 : autre prébende située même cul de sac occupée par M. de Coëtcanton. Sa façade sur la rue est de quatre vingt dix sept pieds, dans la cour est une remise, un hangar et sous la cuisine deux petites caves voutées. Le rez-de-chaussée est composé d'une bucherie, un office, un cabinet noir, une cage d'escalier, une charbonnerie, une décharge, un avant cave, une cuisine, un autre cabinet noir, une remise et une petite cour dans laquelle est un puits.

    Le premier étage de deux chambres à gauche, d'un salon à droite, une chambre de compagnie, un cabinet au dessus de la remise et un autre petit cabinet nouvellement construit au dessus du puits.

    Le second de trois chambres et un cabinet à droite, de quatre chambres à gauche et trois cabinets non compris une chambre de domestique sur l'escalier dérobé.

    Le troisième de neuf chambres de domestiques et deux cabinets avec quatre greniers.

    Une terrasse sur les murs de la ville où sont deux cabinets d'aisance. Le tout estimé onze mille cinq cent livres.

  • Sources iconographiques

    19975601182X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20015604207NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 593.

    19985600192XA : Archives municipales de Vannes

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Morbihan Q99. Procès-verbal d'estimation 5 novembre 1790.

    Archives départementales du Morbihan : Q99
Bibliographie
  • LE MENE, Joseph-Marie. Evêché, chapitre, séminaire et collégiales du diocèse de Vannes. Vannes, Galles, 1901.

    p. 117
  • THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e édition, 1975.

    p. 39-40
Périodiques
  • CLOSMADEUC de G. La maison des Représentants du peuple à Vannes en 1795. Bulletin des amis de Vannes, 1998, n°23.

    P. 25-32