Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, le bourg (Tréfumel)

Dossier IA22017216 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Le style de la porte principale de cette maison ainsi que celui de la cheminée de la salle, le montage de ses pignons et la forte pente de son toit, situent l’origine de sa construction vers les premières années du 16e siècle. La charpente d’origine, à fermes et pannes est contreventée par de grands aisseliers qui se croisent sous la panne faîtière. Le décor de la lucarne de la tour d’escalier - un fronton triangulaire, une petite baie plein cintre encadrée de deux enroulements évoquant de façon schématique les cornes des chapiteaux ioniques - décor qui fait référence à la seconde Renaissance, ne peut être antérieur à la seconde moitié du 16e siècle. Le fait que cette lucarne soit directement posée sur la corniche qui couronne le sommet de la tour confirme un ajout postérieur, de la fin du 16e ou du début du 17e siècle. Cette lucarne servant de pas d’envol pour un petit pigeonnier, ostensible depuis la route, correspond à un enrichissement de la maison qui emprunte des signes distinctifs du logis noble. Cette aisance est probablement due à la culture du lin et du chanvre, florissante sur le territoire entre le 16e et le 18e siècle. Les pièces froides du rez-de-chaussée ont pu servir d’ateliers de tissage, de même que les petites ailes latérales.Ce logis a été mis au goût du jour au début du 19e siècle, comme en témoigne la rectification des baies de l’étage organisées en travées et enfin au 20e siècle, l’agrandissement de la fenêtre de la salle, et la (re) construction dans les années trente d’un mur de clôture en pierre de taille des faluns.

Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Tréfumel
Adresse : route Départementale 39

Maison à large façade construite au 1er quart du 16e siècle. La tour d´escalier arrière a été aménagée dans ses parties hautes à la fin du 16e siècle. Des modifications d´ouvertures sont également visibles en façade antérieure et témoignent de modifications datables du début du 19e siècle et du 20e siècle. Elle a conservé son implantation visible sur le cadastre de 1833.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Cette belle maison à large façade, orientée au sud est construite en pierre coquillière des faluns hormis la porte principale et le linteau de la cheminée du rez-de-chaussée qui sont en granite à grain fin de Languédias. Cette maison en longueur est composée de quatre pièces au sol dont une seule est à feu à l´est. La moitié orientale correspond à une habitation associant pièces chauffées et non chauffées tandis que la moitié occidentale, réservée à un usage d´exploitation ne comporte aucune pièce chauffée, ses deux pièces du rez-de-chaussée étant surmontées d´un unique grenier accessible par une porte haute, encore visible de l´extérieur. On accède directement à l´ancienne salle principale de la demeure, à l´est, par une porte moulurée en plein cintre, surmontée d´un larmier. Les retours latéraux de ce larmier sont ornés de deux motifs sculptés différents qui pourraient évoquer, à gauche une feuille de chanvre, à droite une fleur de lin. Cette salle a conservé sa cheminée d´origine et son grand vaisselier de pierre, décentré et rapproché de la façade antérieure, probablement pour ménager une porte de communication avec la pièce voisine. L´escalier contenu dans une tour hors oeuvre, à l´arrière de la maison était surmonté par un petit pigeonnier. Cet escalier conduit à l´étage, à l´unique chambre haute, signalée par son linteau à accolade orné d´une fleur de lys, pièce à l´origine flanquée de deux vastes greniers.

Murs falun
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Techniques sculpture
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20102211587NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Côtes d'Armor : 6O J, fonds Frotier de la Messelière.