Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, la Potelais (Coglès fusionnée en Les Portes du Coglais en 2017)

Dossier IA35048867 réalisé en 2010
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Portes du Coglais (Les)
Lieu-dit : la Potelais
Cadastre : 1832 B1
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Coglès

Le logis de ce lieu ainsi que le fournil qui se trouve au sud-est de la cour étaient déjà figurés sur le premier cadastre de la commune, et pour cause, puisque le bâtiment principal présente les caractéristiques de l'architecture du 18e siècle. La forte pente de toiture du bâtiment, l'organisation de sa façade en trois travées, la forme en arc segmentaire des linteaux de baies de la façade sud sont en effet des éléments qui permettent de faire remonter la construction du logis à la seconde moitié du 18e siècle. A l'origine, ce logis, de dimensions somme toute assez importantes, n'était composé que de deux pièces à feu. Ainsi, le rez-de-chaussée était divisé en deux par un escalier central à volées droites. L'escalier était séparé du cellier, situé dans la partie est du bâtiment, par une cloison en pan de bois. La partie ouest du rez-de-chaussée était occupée par une pièce à feu (salle/cuisine). En façade, il est aisé d'identifier l'emplacement du cellier car ce dernier n'était éclairé que par un jour, alors que la pièce à feu était éclairée par une fenêtre. Le premier étage était également divisé en deux parties, la partie ouest ne possédait pas de cheminée alors qu'il en existait une sur le pignon Est. Les deux pièces à feu du logis n'étaient donc pas superposées mais possédaient des foyers croisés. Ce logis était le logis d'une ferme ; les ailes latérales, moins élevées que le logis central, abritaient une étable à l'ouest et une grange à l'est. Enfin, le fournil qui se trouve au sud-est de la cour semble plus ancien que le logis. En effet, sa pente de toiture très marquée, le fait que la tête de pignon nord ait vraisemblablement été en pan de bois à l'origine, la présence d'une fenêtre grillée à encadrement chanfreiné, la très forte section des poutres intérieures... sont autant d'éléments qui témoignent d'une période de construction correspondant à la première moitié du 17e siècle. Même si dès le début du 19e siècle (premier cadastre de 1832), ce bâtiment était le fournil de la ferme, au vu des ses caractéristiques architecturales et de ses dimensions relativement importantes pour un simple fournil, il est possible que ce bâtiment ait été à l'origine une maison d'habitation. De plus, le fait que la façade ouest soit percée, du sud au nord, d'un jour d'éclairage de la cheminée, d'une fenêtre grillée à encadrement chanfreiné et d'une porte témoigne de l'existence d'une pièce à feu. Ainsi, il est très probable que ce bâtiment ait été un logis au 17e siècle et qu'il ait été déclassé en dépendance (fournil) de la ferme nouvellement construite au nord au cours de la seconde moitié du 18e siècle.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle

Les deux bâtiments qui composent ce lieu sont construits en maçonnerie de moellon de granite ; les encadrements de baies et les chaînages d'angles sont quant à eux traités en pierre de taille de granite. Comme sur de nombreux autres bâtiments construits à la même époque dans ce territoire, les chaînages d'angles présentent la particularité d'être doubles ; ils sont en effet composés de deux rangs de pierre de taille disposés en quinconce. Les toitures à longs pans et à forte pente des bâtiments sont couvertes d'ardoise. La façade du logis est rythmée par trois travées composées de baies dont les linteaux sont en arc segmentaire. Les ailes latérales du logis abritent d'anciennes dépendances. Le fournil est également construit en moellon de granite et couvert d'un toit à longs pans extrêmement pentu en ardoise ; la voûte du four est couverte en tuile plate. Les encadrements des baies de la façade ouest sont traités en pierre de taille ; celui de la fenêtre grillée est particulièrement remarquable : chanfrein, décor de boules.

Murs granite
moellon
Toit ardoise, tuile
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20103510309NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103506505Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 083_35_75_bande19.

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).