Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, la Maladrie (Saint-Juvat)

Dossier IA22017243 réalisé en 2010

Fiche

Ce grand logis de la fin du 18e siècle illustre la diffusion des formes architecturales nouvelles en milieu rural. La mise en oeuvre des pignons dont les rampants sont solidement ancrés dans la maçonnerie à l’aide de pierres disposées en épi, les souches de cheminées à contreforts sont caractéristiques de la seconde moitié du 18e siècle. La persistance d’un toit à longs pans sur le logis principal se retrouve sur le logis du manoir de Carragat en 1763.

Parties constituantes non étudiées grange, puits
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Juvat
Lieu-dit : la Maladrie
Cadastre : 1983 C2 721

Le toponyme « la Maladrie » rappelle l´existence en ce lieu, au Moyen-Age d´un ancien hôpital de lépreux. Le maintien dans différentes maisons de l´écart, comme dans l´édifice concerné de plusieurs pierres sculptées d´un calice datées entre le 16e et le début du 18e siècle, emblème réservé aux prêtres, s´explique par la présence de chapelains qui auraient pratiqué dans leurs demeures une hospitalisation privée appelée en droit canonique « hospitale privatum et simplex ». Comme sa voisine, cette maison est rebâtie sur un édifice antérieur, ainsi que l´atteste, une grande cheminée de granite conservée dans la salle à l´est du rez-de-chaussée et une pierre datée de 1659 remployée dans une dépendance. Elle a été presque entièrement reconstruite en 1788, date portée sur le linteau de la fenêtre centrale à l´étage.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 17e siècle
Dates 1659, porte la date
1788, porte la date

Maison entièrement construite en calcaire coquillier des faluns, avec quelques pierres de taille de granite autour des baies. Le rez-de-chaussée est en moellons tandis que l´étage présente une mise en oeuvre régulière de moyen appareil. Cette différence témoigne de la transformation homogène du logis. L´élévation régulière à six travées, dont les ouvertures sont toutes semblables en arc segmentaires, dénote une mise au goût du jour héritée de modèles urbains. Les lucarnes de petites dimensions, trois sur la façade sur cour et deux sur la façade arrière sont coiffées de frontons en accents circonflexes. La distribution comprend : une grande salle à l´est avec cheminée monumentale et vaisselier dans le mur arrière, un vestibule d´entrée contenant un escalier en charpente dont le départ est orné d´une volute sculptée à enroulement, une pièce sans feu à gauche suivie d´une troisième pièce dont la cheminée est moderne. Une dépendance couverte d´un toit à croupe est accolée au pignon ouest, tandis qu´à l´est une autre dépendance contient un fournil. Une remise est située en face du logis.

Murs falun
granite
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours avec jour
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20102211642NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor