Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison dite le cabaret de la Poissonnerie, 25 place de la Poissonnerie ; 1 place du Poids Public (Vannes)

Dossier IA56003416 inclus dans Place de la Poissonnerie (Vannes) réalisé en 2001

Fiche

Appellationsle cabaret de la Poissonnerie
Parties constituantes non étudiéesboutique
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 25 place de la, Poissonnerie, 1 place du
Poids Public
Cadastre : 1807 I3 1132 ; 184 4 K8 1847 ; 1980 BS 145

Il ne subsiste que la tour d'escalier (et son escalier) et probablement les cheminées et mur gouttereau nord de la maison construite au 17e siècle, bordant le nord de la place de la Poissonnerie : elle est mentionnée dans les archives de la réformation du domaine en 1680 comme appartenant à Françoise de Mouyre, veuve de Jean Salomon, seigneur de Bréafort, conseiller du roi, maître ordinaire en sa chambre des comptes de Bretagne. Jean Salomon est signalé une première fois en 1659 dans un procès-verbal concernant l'état de sa maison.

En 1778, la maison dite "le cabaret de la Poissonnerie", en ruine dans les textes, est acquise par Joseph Martin Tilman de L´Isle, marchand et également propriétaire du 6 place du Poids-Public qui désire reconstruire la bâtisse : il s'agit du bâtiment aujourd'hui conservé. Comme le suggère le texte, il est probable que l'on modifia l'alignement d'une des façades, sans doute la façade est pour laisser plus de place au passage dans la rue entre la maison et le ruisseau des Lices. La maison montre une surélévation d'un étage : le matériau de la chaîne d'angle et des baies est différent de celui du 1er étage. Le rez-de-chaussée sur la place du Poids public, peut-être une ancienne boutique, a été réaménagé vers 1960.

Période(s)Principale : milieu 17e siècle
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Auteur(s)Personnalité : Mouyre de Françoise propriétaire attribution par source
Personnalité : Tilman de L'isle propriétaire attribution par source

Maison d'angle de plan trapézoïdal, à façade antérieure sud (place de la Poissonnerie) enduite, à trois travées. La façade sur la place du Poids Public possède deux travées. L'encadrement des baies est en granite, excepté au second étage où il est en calcaire, ainsi que la chaîne d'angle. L'escalier est situé dans une tour carrée hors-oeuvre postérieure de petites dimensions. Il est en bois, tournant à retours avec jour à balustres.

Mursgranite
enduit
moellon
Toitardoise
Étages2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
noue
pignon couvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente, cage ouverte
Typologiesen alignement de rue
Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionsecteur sauvegardé

Annexes

  • Procès-verbal, 1659

    A. D. Morbihan. 6E 845 : 12 décembre 1659 : Procès-verbal fait sur ordre d´écuyer Jean Salomon maître des comptes en Bretagne, de l´état de la maison où demeure écuyer François Le Meilleur Sr du Parun située proche les poids du roi et auquel a demeuré Jean Chedanne Sr de l´Isle. Thomas Bocquo couvreur, François Oillart couvreur, Jean Mollay terrasseur, Jean Le Roux terrasseur, Raoul Le Scouarnec menuisier, tous demeurant sur le port.

  • Déclaration et dénombrement, 1680

    A. D. Loire-Atlantique. B 2341 : Déclaration et dénombrement du 25 mars 1680 de dame Françoise de Mouyre veuve de feu messire Jean Salomon vivant seigneur de Bréafort conseiller du roi maître ordinaire en sa chambre des comptes de Bretagne communière en biens et faisant pour leurs enfants demeurant en leur maison à Nantes rue de Verdun paroisse de Notre-Dame d´une maison couverte d´ardoises avec sa cour et issues ouvrant à l´orient avis le canal du moulin à eau des Lisses contenant par devant 25 pieds et du côté du midy donnant sur la place de la Poissonnerie 35 pieds et à l´occident joignant à une vieille maison ruinée appartenant au Sr du Mezo et autres côtés 35 pieds et l´autre longère vers septentrion maison au sieur Miniere, la dite cour au derrière entre la dite maison celle de Minière et celle des dits Srs du Mezo et consorts et du Sr de la Roche Jouardaye ouvrant sur la dite rue Saint François contenant 42 pieds sous fond et l´écurie comprise le tout revent à deux cordes et 1/3 de corde, plus un jardin cerné de murailles siz en la ville de Vannes en la rue qui conduit du couvent Saint François à la place de la Poissonnerie, borné d´un bout à la dite rue Saint François d´autres bout les écuries de la maison du Sr Cormier vivant lieutenant au présidial de Vannes, d´un côté jardin et écurie d´un logis appartenant aux héritiers du feu Sr du Rest, d´autre côté à une allée joignant la maison et cour de Kaër appartenant au Sr du Grisso Gibon contenant sous fond et clôture 4 cordes et 2/3 de corde, le tout échu de la succession de ses feus père et mère.

  • Procès-verbal, 1778

    A. D. Morbihan. B 497 : 12 octobre 1778 : Du lundi 12 octobre 1778, nous messire Joseph François Le Gros sénéchal et lieutenant général de police à Vannes savoir faisons qu´étant aux fins de notre ordonnance du 2 de ce mois au pied de requête de Joseph Martin Tilman de L´Isle marchand et Françoise Lepion son épouse demeurant au Poids du Roi de cette ville rendus en compagnie de l´avocat du roi rendus en la maison caduque en ruines nouvellement acquise par les dits Tilman et épouse près la Place de la Poissonnerie et du Poids du Roi ayant avec nous pour adjoint Vincent Gabriel Le Guennec duquel le serment pris ayant la main levée a promis et juré de bien et de fidèlement se comporter et de Yves Julien Coidelo huissier au siège de police pour l´exécution de nos ordonnances, Me Mathurin Goujon procureur et le Sr Tilman de L´Isle sa partie nous ont remontré qu´aux fins de notre ordonnance susdatée scellée le même jour ils ont par exploit de Coidelo huissier au dit siège de police du 5 de ce mois assigné à ce jour monsieur Gabriel Marie Fabre N.R. et la Dlle Kergain pensionnaire aux Ursulines de Malestroit pour elle et consorts propriétaires des maisons et terrains voisins de la dite maison caduque et dépendances nommée « Le Cabaret de la Poissonnerie », pour être présent si bon leur sembloit au PV qui alloit être rapporté des dimensions, état actuel des jours et autres servitudes de la dite maison caduque et ensuite aux alignements qui seroient donnés par reste d´opérations à la nouvelle bâtisse que le dit Sr de L´Isle veut faire à la place de cette maison caduque, laquelle bâtisse nouvelle le dit Sr de L´Isle désire avoir ouverture de porte sur la place de la Poissonnerie, en conséquence le dit Sr Goujon et sa partie ont demandé qu´il fut fait évocation du dit me Fabre et de la dite Dlle Kerguin et qu´en leur présence comme en leur absence après défaut donné vers eux il nous plu décerner acte de la présence de N.H. Jean Détaille de Keroyant ingénieur des Ponts et Chaussées de Bretagne expert assigné par exploit de chevallier du 10 de ce mois prendre son serment pour ensuite être procédé par lui au PV et ont les dits protagonistes signés.

    A laquelle évocation s´est présenté le Sr Fabre lequel a dit que l´action du Sr de L´Isle vers lui annonce au voisin délicat et procéssif sous l´apparence de bonne foi et de prévoyance et avis duquel il y a de grandes précautions à prendre parce que l´inspection faite de la petite cour dépendant de sa maison on croit à suffire qu´il ne peut y avoir ni entrée, ni de vue entière et que son contrat d´acquêt ne peut ni lui en donner ni lui en acquérir comme il paroit le prétendre par des termes ambigüs et équivoques, par exemple, qu´entend-il par les mots et des témoins y joignant, circonstances et dépendances et plus bas des jours et autres servitudes actives que la dite maison a actuellement tant sur la maison du dit Sr Fabre. Il est notoire et visible que l´ouverture au rez du haut de l´escalier étoit une porte par laquelle on entroit dans un grenier en pavillon ou donjon avec saillie qu´il y avoit autrefois au-dessus de l´escalier comme on voit encore dans beaucoup d´anciennes maisons, le mur de cette partie écroulant et crevassé de manière que les matières fécales tomoient et dans la cour et dans le derrière de la maison du Sr Fabre, le feu Sr Fréneau la fit rétablir en maçonne jusqu´aux latrines et le surplus en clayes de bois dans lesquels il prit quelques petits jours morts tels qu´on les voit après en avoir parlé au Sr Fabre, il fit démolir le pavillon qui luy eut plus coûté à rétablir et surchargeoient trop les murs de cet escalier et mis seulement dessus une couverture plate de sorte que la porte devenue inutile fut close et barrée avec des planches dont on doit encore voir les vestiges afin que l´on n´y prit rien passer, ce dont le Sr Fabre se contenta, n´ayant jamais voulu gêner son voisin en quoique ce soit.

    S´il est clair que si ces jours morts ni cette porte ne donnent de droit de vue sur la cour et sur la maison du Sr Fabre, il s´est plus que le petit cabinet ou garderobe tombé en partie attenante à la grande chambre n´en avoit point parce qu´alors le Sr Fréneau n´eut pas manqué de dire, voilà des vues et fenêtres ordinaires qui existent, j´ai donc droit d´en prendre, et il ne se fut pas contenté de deux petits abajours et une morte d´une embas l´autre au haut sur les latrines et son escalier, enfin est-il étonnant qu´il n´y en eut point c´est l´ordinaire des garde-robes et l´on en voit aucune trace. Toute la servitude consiste donc dans la vidange du conduit des latrines lorsqu´elles se trouvent encombrées ce qui n´arrive que trop souvent, lequel passe par la dite petite cour bien entendu à ses frais et en rétablissant le pavage au même état tel que le Sr Fréneau l´a toujours fait et même dans les derniers temps et dans les égoûts de couverture tels qu´ils existent sans innovation.

    On ne parle pas de la lucarne du grenier que le Sr Fréneau fit faire en rétablissant à neuf il y a quelques années, toute cette partie de couverture parce qu´elle ne donne aucun droit de vue directe étant hors de portée.

    Par toutes ces raisons, le Sr Fabre déclare opposer formellement qu´il soit pris aucuns jours pleins ni ouverts ni sur sa cour ni sur sa maisons et que les siennes soient bouchées ni endommagées par l´opération que le Sr de L´Isle prétend faire et protester comme en effet il proteste à luy faire supporter tout évènement, porter une dégradation à ses possessions et appartenances qui pourroient survenir par la chutte ou démolition de cette maison qu´il a eu comme le voit la complaisance de souffrir étayer contre la sienne et de tout ce qui se peut et doit être protesté en pareil cas et a signé.

    Le dit Sr Tilman de L´Isle assisté du dit Goujon son procureur répliquant en que besoin au plaidé du dit Sr Fabre a déclaré se référer à son premier plaidé et au surplus n´avoir jamais entendu parler de témoins dans son assignation mais seulement du mot terrains auquel le copiste aura substitué le mot témoin et ont les dits Me Goujon et le dit Sr de L´Isle signé sous les mêmes réservations et protestations de droit et ont signé.

    Desquelles dires, déclarations, protestations et comparutions avons décerné acte et attendu que la demoiselle de Kerguin n´a comparu ni procureur pour elle à l´assignation lui donné le 6 de ce mois par Coudelo juissier de police, nous avons donné défaut contre elle et décerné acte de la présence de Jean Détaille de Keroyant ingénieur expert lequel a prêté serment.

    Et procédant à la visite de la dite maison le dit Sr Détaille nous a fait voir que la façade de la dite maison au levant où se trouve la porte d´entrée porte de longueur d´un angle à l´autre 26 pieds 10 pouces que la façade du côté du midy donnant sur la place de la Poissonnerie contient 35 pieds 4 pouces 6 lignes et forme avec la première façade un angle de 126 degrés que la longère du côté du nord a 43 pieds 9 pouces sur deux alignements différents que la longère du côté du couchant a 40 pieds 10 pouces non compris la saillie occupée par le Sr Véniat qui est de 5 pieds 8 pouces.

    Vérification faite de la distance de la longère du nord à la longère de la maison du Sr Fabre, le dit Sr détaille nous a fait voir et avons vu qu´à l´entrée de la petite cour entre les deux maisons, les longères de ces deux maisons sont à distance de 5 pieds 10 pouces l´une de l´autre, qu´à l´extrémité de la dite cour que nous avons vu être de 23 pieds de profondeur, compris l´épaisseur du mur d´entrée, les longères des deux maisons sont à distance de 7 pieds 8 pouces l´une de l´autre.

    Que dans le fond de la cour et la cuve des commodités de la maison caduque pratiquée dans le mur oriental de la cage de l´escalier, lequel mur a trois pieds 10 pouces d´épaisseur que sur ce mur sont deux pans de bois qui couvrent la clôture des latrines : que la cage de l´escalier a 7 pieds 4 pouces dans œuvre du levant au couchant et 6 pieds 9 pouces du nord au midy, que les 3 murs formant la dite cage de l´escalier adapté à la longère sont privatives à la dite maison caduque, que la couverture de la cage de l´escalier a ses égoûts au levant sur la cour du Sr Fabre par laquelle cour passe le conduit des dites latrines et au couchant sur la cour dépendant de la maison caduque.

    Q´au haut de l´escalier sur le grenier dans la partie du nord est l´ouverture d´une porte en carrée de bois ayant 5 pieds, 8 pouces de haut sur deux pieds de large laquelle porte servoit autrefois de communication à un donjon ou cabinet en saillie construit sur la cuve des commodités.

    Que la couverture de la maison a ses égoûts au nord sur la cour du dit Sr Fabre.

    Quen dans la longère du couchant ou pignon est une fenêtre au premier étage dans la première chambre en entrant donnant sur le jardin dépendant de la maison occupée par le Sr Véniat, la dite fenêtre ayant trois pieds a six pouces de largeur sur 5 pieds 4 pouces de hauteur et 2 pieds 9 pouces de hauteur d´appui ou d´ensenillement, laquelle fenêtre est celle mentionnée dans la sentence du siège présidial du 16 décembre 1773 qui nous a été représenté à l´endroit, que cette longère ou pignon est mitoyenne. Que derrière la maison est une cour ayant ouverture avec deux venteaux à charnières formant en dedans au couchant sur la rue dite la Petite Rue Saint-François, que cette cour a de largeur dans le bout du levant 7 pieds 1 pouce et dans le bout du couchant 13 pieds 11 pouces, 38 pieds 6 pouces du levant au couchant non compris l´épaisseur du mur donnant sur la dite rue Saint François, que le mur de clôture au nord est mitoyen entre sa maison caduque et ses dépendances du Sr Fabre, que le long de ce mur est adapté un appentis de 19 pieds 6 pouces de longueur, que dans cette cour est un conduit pour l´évacuation des eaux.

    Desquelles visites et appurements nous avons décerné acte et ouï l´avocat du roi en ses conclusions, avons ordonné que la nouvelle bâtisse que le dit Tilman de l´Isle entend faire incessamment sera faite sur les mêmes fondements et que les alignements actuels seront conservés avec faculté, toutefois faire telles ouvertures qui seront jugées convenables sur la place de la Poissonnerie même d´y faire porte d´entrée se conformant aux règlements de police qui défendent les étaux, pérons, marches et banquettes.

  • Sources iconographiques

    19975601186X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20015604414NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 593.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Morbihan. 6E 845 : 12 décembre 1659 : Procès-verbal de l´état de la maison où demeure écuyer François Le Meilleur Sr du Parun.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 845
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2341 : Déclaration et dénombrement du 25 mars 1680 de dame Françoise de Mouyre veuve de feu messire Jean Salomon d´une maison ouvrant avis le canal du moulin à eau des Lisses.

    Archives départementales de Loire-Atlantique : B 2341
  • A. D. Morbihan. B 497 : 12 octobre 1778 : Du lundi 12 octobre 1778, nous messire Joseph François Le Gros sénéchal et lieutenant général de police à Vannes savoir faisons qu´étant aux fins de notre ordonnance du 2 de ce mois au pied de requête de Joseph Martin Tilman de L´Isle marchand et Françoise Lepion son épouse demeurant au Poids du Roi de cette ville rendus en compagnie de l´avocat du roi rendus en la maison caduque en ruines nouvellement acquise par les dits Tilman et épouse près la Place de la Poissonnerie et du Poids du Roi.

    Archives départementales du Morbihan : B 497