Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de retenue, la Houssaye (Iffendic)

Dossier IA35029697 inclus dans Écart, la Houssaye (Iffendic) réalisé en 2003

Fiche

Extrait de René Jet

Ce qu´on appelle, à tort, « Le Château de la Houssaye », n´était à l´origine qu´un rendez-vous de chasse. La demeure, qui s´appela dans un premier temps la Retenue, ne comprenait que deux

pièces en bas et deux pièces à l´étage. Elle était agrémentée d´un jardin à la française.

Sur le cadastre napoléonien de 1810, figure déjà le nom de Houssaye. La maison fut achetée, vers 1830, par Mr Poignand, juge de paix à Montfort et auteur de « Karrek et Boutavan ». Il en fit son habitation.

Par alliances successives, notamment avec la famille Tiengou de Tréfériou (cf. cahier de doléances), elle devint la propriété des Baudoin. Manuel-Achille Baudoin (1846-1917), fils de Louis Baudoin procureur général à la Cour de Cassation.

Quelques années plus tard, il entreprit des travaux de restauration et d´agrandissement de la maison qu´il dota d´une tour et l´appellation « château » date probablement de cette époque. Magistrat dans différentes villes de Bretagne, Manuel-Achille fut promu avocat général de la cour de cassation (1890) puis procureur général (1901), et enfin premier Président de cette même Cour (1911). C´est dans ses fonctions de Procureur général qu´il fut chargé de la deuxième révision sans renvoi du Procès Dreyfus au début de ce siècle.

Parties constituantes non étudiées parc, pavillon de jardin
Dénominations demeure
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Montfort-sur-Meu
Adresse Commune : Iffendic
Lieu-dit : la Houssaye
Cadastre : 1982 ZV
Cette demeure implantée dans un vaste parc date de la fin du 17e siècle ou du début du 18e siècle. Elle est à rapprocher des maisons de retenue du bassin de la Vilaine. La distribution n'a pas changée et le volume des deux pièces du rez-de-chaussée, salle et cuisine ont été conservées. Les ouvertures ont été percées à l'ouest à la fin du 19e siècle, époque à laquelle le pavillon a été agrandi. Le parc conserve de très beaux arbres dont un chêne de 25O ans et un iff. Le pavillon de jardin a été aménagé à la fin du 19e siècle, par Manuel Achille Baudouin, procureur général à Rennes mais également sculpteur à ses heures perdues. Il conçoit le décor de sa maison dont les volets intérieurs et certains éléments de boiseries. Escalier à balustres également conservé.
Période(s) Principale : 17e siècle
Secondaire : 19e siècle
Murs schiste
enduit
moellon
Toit ardoise

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
HYPOE sans objet
MURS1 schiste ; moellon ; enduit
SCLE1 17e siècle
IAUT sans objet
ICHR nsp
IESP nsp
ICONTX autre
SEL sélection requise
Statut de la propriété propriété privée