Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de prêtre, la Ville-Hervé (Tréfumel)

Dossier IA22017226 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Comme le signale un calice sculpté sur le côté droit de la porte principale, il s’agit à l’origine d’une maison de prêtre. Le style de cette porte, sa belle mouluration, ses chapiteaux et se base la situent dans les premières décennies du 16e siècle. Vers le milieu du 17e siècle (date portée 1655 en deux parties sur les deux crossettes de pignon), cette maison a été légèrement surélevée pour disposer d’un deuxième niveau de grenier et « enrichie », selon la mode locale, par l’ajout d’une corniche à modillons. Les belles lucarnes dont l’une est datée de 1670, résultent d’un second ajout, comme le confirme le décalage maladroit de certains modillons. Leur décor de pilastres, et leurs frontons ornés d’écussons de fantaisie sont caractéristiques des belles maisons construites à cette période dans le pays des Faluns. Au début du 19e siècle enfin, la maison a été divisée en deux habitations : cet état est visible sur le cadastre de 1833. C’est sans doute alors qu’a été installée la porte en plein cintre près du pignon sud pour procurer à cette partie un accès direct et que la chambre haute a été remplacée par un grenier et sa fenêtre par une grande gerbière.

Parties constituantes non étudiées dépendance
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Tréfumel
Lieu-dit : la Ville Hervé

Maison de prêtre construite en plusieurs campagnes, la porte indique une première campagne du début du 16e siècle. Les rampants des pignons sont datés 1655, la lucarne de 1670. Certaines ouvertures ont été crées ou modifiées au 19e siècle telle que la porte en plein cintre près du pignon sud et la fenêtre de la chambre qui a été remplacée par une gerbière.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 2e moitié 17e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1655, porte la date
1670, porte la date

Orientée à l´est, cette maison à étage est édifiée en pierre calcaire coquillier hormis les baies qui sont appareillées en pierre de taille de granite comme la plupart des anciens logis de la commune. Cette maison comporte deux pièces au sol, l´une à droite, la salle est pourvue d´une cheminée dans le pignon nord et d´un vaisselier dans le mur de refend au sud, l´autre pièce à gauche, devait initialement servir de cellier. Dans le mur de refends, un escalier en vis (actuellement remplacé par un escalier moderne), permettait l´accès à une chambre haute au-dessus du cellier, ainsi qu´à un vaste grenier au dessus de la salle. Cette disposition qui « croise » entre le rez-de-chaussée et l´étage les fonctions d´habitation et de stockage est typique des maisons rurales anciennes. Décor et inscriptions : La pierre d´assise des rampants porte une date 1655, 16 gravé à gauche et 55 gravé à droite, le linteau de la lucarne de gauche porte la date de 1670. La porte d´entrée en plein cintre moulurée de tores avec petits chapiteaux possède un calice sculpté sur un claveau droit qui identifie ce logis comme étant une maison de prêtre. Charpente : 3 fermes de type « upper cruck » ; contreventement par sous faîtière et croix de saint André.

Murs falun
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20092200342NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor