Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître, la Hautière Rousse (Saint-Juvat)

Dossier IA22017235 réalisé en 2010

Fiche

Bien que n’étant pas mentionné parmi les anciens lieux nobles de la paroisse, ce logis édifié au 17e siècle et agrandi en 1777 présente une organisation et une hiérarchisation des espaces et une qualité architecturale qui l’apparente à un petit manoir. La répartition des logis en deux cours avec passage entre la métairie et le logis principal se retrouve par exemple au logis de L’Epine à l’est du bourg de Saint-Juvat. Jean Haouissée, sieur des Grands Champs constructeur probable des logis de la Hautière Rousse appartient comme Jean Caharel, sieur de l’Epine à cette élite rurale propriétaire qui tend à reproduire dans ses habitations le modèle nobiliaire. La campagne de travaux du 18e siècle témoigne du mariage de deux références architecturales divergentes. Malgré l’apport moderne de la croupe de toiture, de l’alignement en travées des baies en arc segmentaires, et de la haute souche de cheminée épaulée, référence incontestable au style des ingénieurs du 18e siècle, le dessin des lucarnes archaïques en 1777 dénote de l’attachement pour des formules ornementales éprouvées.

Parties constituantes non étudiées logement, four à pain, puits
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Juvat
Lieu-dit : la Hautière Rousse
Cadastre : 1983 C1 151

Logis principal du 17e siècle agrandi en 1777. Le logis de ferme est également datable du 17e siècle. Un certain Jean Haouissée, sieur des Grands Champs, époux de Renée Fouéré décède en 1705 à la Hautière Rousse est probablement à l´origine de la construction de cet ensemble.

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Dates 1777, porte la date

Le cadastre de 1833 mentionne en parcelles 487 et 488 deux cours qui témoignent d´un espace hiérachisé. En 488, avec un accès direct au nord, la métairie et à l´ouest en 487 la cour principale délimitée par le logis au nord et une dépendance en retour d´équerre au sud-ouest. Le logis principal, au nord de la cour, se signale par sa haute toiture d´ardoise terminée du côté est par une croupe et ses lucarnes à fronton qui donnent sur la cour et sur le chemin vicinal. Ce logis à étage construit en calcaire coquillier avec encadrements des baies en granite pierre de taille présente une élévation soignée. Les linteaux des baies du rez-de-chaussée sont surmontés d´arc de décharge, l´unique lucarne qui subsiste côté cour est pourvue à sa base d´un larmier de pierre qui surmonte et protège le linteau de la fenêtre de l´étage. Les corniches présentent des corps de moulures différentes, celle de la partie gauche est à modillons, dessin caractéristique du 17e siècle, tandis que l´autre de la partie droite, plus simple n´en possède pas. Ce logis a été transformé dans sa distribution, toutefois il présente encore deux pièces à feu en rez-de-chaussée avec pour chacune un vaisselier sur le mur gouttereau arrière. La salle de droite conserve un lambris et une cheminée en bois. L´étage n´a pas été vu, mais la présence d´une souche de cheminée au milieu du toit indiquerait l´existence ancienne d´une chambre haute chauffée. La haute souche de cheminée à contreforts du pignon est correspond aux travaux du 18e siècle et indiqueraient la présence de deux cheminées superposées et la création à cette période d´une nouvelle chambre chauffée. Le logis du métayer présente trois portes en plein-cintre, il reprend le modèle de la plupart des logis de ferme de cette période : une étable, une salle en rez-de-chaussée, le tout surmonté d´un grand grenier. Le logis sud-est a été très transformé, il conserve une belle souche de cheminée et une lucarne en arc segmentaire.

Murs falun
terre
granite
moellon
appareil mixte
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
croupe
pignon découvert
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant à retours sans jour
Typologies ancienne cour fermée
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait de généalogie : http://www.sourdaine.org/Sourdaine/pag14.htm

    Haouissée Jean

    Sexe : Masculin

    Naissance : 7 octobre 1642 à Saint-Juvat, 22630, Côtes-d'Armor, FRANCE

    Baptême : 12 octobre 1642 à Saint-Juvat, 22630, Côtes-d'Armor, FRANCE

    Parrain - Marraine : Ecuyer Jean GUITTON, Seigneur de la Riccollaye, Seigneur de Bécherel et de Beaumanoir - Honorable Femme Péronnelle de la HAYE

    Décès : 28 janvier 1705 à Saint-Juvat, 22630, Côtes-d'Armor, FRANCE, Eglise de saint-Juvat, âge : 63

    Décédé au village de la Hautière Rousse - Présents : FOUÉRÉ Renée, sa veuve - ROBERT Jeanne - HAÜOISSÉE Marie

    Profession : Sieur des Grands Champs.

  • 19802203089ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor