Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de la Piletière, dite la Méraudière, ancienne usine textile et hospice, dit de la Piletière, 122 avenue Général-Leclerc (Rennes)

Dossier IA35026155 inclus dans Ancienne route de Paris, actuellement rue Jean-Baptiste-Martenot, rue de Paris et avenue du Général-Leclerc (Rennes) réalisé en 2001
Parties constituantes non étudiéeschapelle, cimetière
Dénominationsmaison, usine textile, hospice
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Lieu-dit : la Piletière
Adresse : 122 avenue
Général-Leclerc
Cadastre : 1812 C 600 à 606 ; 1842 M 407 à 414 ; 1980 BL 286, 279, 280, 237, 266

L'ouvrage de Banéat indique que la maison de la Piletière, dite la Méraudière, est attestée en 1617, date à laquelle Pierre Le Breton du Housquet l'acquit par voie d'échange des Le Marchant. En 1778, elle possédait une cour close de murs avec un portail flanqué d'une tourelle, une chênais, un vivier, un verger et des douves. Une partie de la propriété est acquise par les Le Boucher avant 1767, pour y établir une fabrique de toiles. Guillotin de Corson indique par ailleurs que la fabrique de toiles est acquise en 1789 par le vicaire de Saint-Germain pour fournir du travail aux indigents. La fabrique contient 80 métiers et compte jusqu'à 2000 employés. Un hospice est construit pour accueillir les ouvriers malades, vieux ou infirmes. Il dispose de trois salles de six lits, dont deux pour les malades et une pour les vieillards. Le domaine est confisqué en 1794. Les matrices cadastrales de 1844 indiquent qu'il appartient à la veuve de Godefroy Brossays-Saint-Marc, MM. Porteu et Tétiot aîné. Il comprend alors une maison (parcelle 407), une charmille (parcelle 408), un pré (parcelle 409) et deux jardin (parcelle 410 et 414), un pré et un séchoir (parcelle 411), un bâtiment (parcelle 412), le jardin du contremaître (parcelle 413). Banéat indique également que l'édifice sert de noviciat et de maison-mère aux Petites Soeurs des Pauvres entre 1852 et 1856, puis de couvent pour la congrégation.Trois bâtiments, construits sur la parcelle 407, sont déclarés dans les matrices en 1857, 1858 et 1859. Un bâtiment abritant un réfectoire et un dortoir pour hommes est construit en 1897 par l'entrepreneur Huchet, qui réalise la construction de nouveaux bâtiments sur la rue et d'un pavillon, en 1907 (arrêtés de voirie).

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1897, daté par source
1907, daté par source
Auteur(s)Auteur : Huchet entrepreneur attribution par source
Mursschiste
brique creuse
enduit
moellon
béton armé
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20023515375NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • [1844]. A. C. Rennes. Matrices cadastrales ; registre 15. Etat des sections (1844) .

  • A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 2. Alignements : autorisations de construire.

    (août 1897)
  • A. C. Rennes. Voirie ; 100 W 15. Alignements : autorisations de construire.

    (avril 1907)
Documents figurés
  • [1812]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section C, dite de Saint-Hélier, 4e feuille, dessin, 1812 (A. D. Ille-et-Vilaine).

  • [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section M, dite de la Piletière, 3e feuille, dessin, Jouchel du Ranquin, Roger, Viel, Ferré et Simon géomètres, 1842 (A. D. Ille-et-Vilaine).

  • [1920 ca]. L'hospice de la Piletière, photographie par Le Couturier, vers 1920 (A. D. Ille-et-Vilaine ; 8 Fi 183).

Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, Abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes.

    tome 3, p. 345
  • BANEAT, Paul. Le Vieux Rennes. Rennes : Plihon et Hommay, [1911].

    p. 415-416