Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de l'entrepreneur Charles Badault, 13 rue de la Paillette ; 1 rue Léon-Etienne (Rennes)

Dossier IA35024227 inclus dans Quartier du Mail (Rennes) réalisé en 2000

Fiche

Dossiers de synthèse

Edifice remarquable par ses qualités architecturales, destiné à un entrepreneur rennais qui revendique ici le statut de notable que lui confère cet « hôtel particulier », construit sur le site de l´entreprise. Utilisant habilement une parcelle d´angle cernée par deux voies, l´architecte inscrit le volume compact de l´édifice dans le tissu serré de cet axe ancien, lui donnant un caractère fluide par des angles arrondis et par un traitement graphique des façades qui anime l´enduit de parement.

Les espaces de la maison, fortement différenciés (réception, service, espaces des enfants, espaces intimes) sont servis par une distribution intéressante et complexe ; la recherche de confort est sensible tant par l´ampleur générale des volumes que par la modernité des installations mises en place.

Pierre-Edmé Derrouch fait, ici encore, la démonstration de son talent architectural et de son sens de « l´objet urbain » ; la recherche d´une silhouette forte appuyée par un décor concis se retrouve dans la plupart de ses réalisations rennaises et notamment dans la maison toute proche, construite sur le Mail en 1951 pour l´entrepreneur Châtel, mais aujourd´hui détruite.

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : 13 rue de la, Paillette, 1 rue
Léon-Etienne
Cadastre : 1980 AE 128

Maison construite, en 1938, par l´entrepreneur Charles Badault, pour lui-même, sur des plans dessinés en 1937 par les architectes Derrouch & Rual, et conservées aux A.M. Un décor en bas-relief, non réalisé, devait prendre place au centre de la travée médiane de la façade sur rue, au-dessus de l´entrée principale. L´édifice disposait de 3 autres accès : au nord, depuis le siège de l´entreprise, une descente de plain-pied sur la rue conduisant vers un espace de dépôt de matériel au sous-sol et une entrée secondaire ouvrant sur un dégagement distribuant la salle de jeux et un petit vestiaire équipé de lavabos destiné aux nombreux enfants du commanditaire. L´entrée de service, à l´ouest, ouvrait sur la cuisine et une arrière-cuisine transformée un certain temps en chambre de domestique. En dehors de la condamnation de quelques portes, le bâtiment n´a pas subi de transformation notable.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1938, daté par source
Auteur(s)Auteur : Derrouch & Rual agence d'architecture attribution par source
Auteur : Badault Charles entrepreneur attribution par source
Personnalité : Badault Charles commanditaire attribution par source

L´édifice s´élève au-dessus d´un niveau de soubassement où sont situés cave à vins, chaufferie, buanderie et séchoir. La distribution, complexe, s´effectue à chaque niveau de manière circulaire et depuis un espace central. Au rez-de-chaussée surélevé, un grand vestibule ouvre sur les pièces de réception, salon et salle à manger en suite, sur la salle de jeux, la cuisine et abrite l´escalier principal menant à l´étage. Les chambres y sont distribuées suivant le même principe et disposent chacune d´une pièce d´eau équipée d´une douche et de W.C, celles (des parents) situées côté rue sont séparées par une salle de bains et une garde-robe. Un second escalier, dont le départ est masqué par une porte, mène à l´étage de comble. La construction est constituée par une ossature en béton armé, avec remplissage de brique creuse. Le parement extérieur est constitué par des plaques de ciment enduit de couleur ocre pâle et jointoyées, au-dessus d´un niveau de soubassement en pierre reconstituée plus foncée. La façade principale est marquée par une forte travée centrale recevant, au-dessus de la porte d´entrée et de l´allège centrale, des bandeaux de fenêtres horizontaux, et encadrée de tables verticales percées d´un oculus dans la partie supérieure. De part et d´autre, de larges baies horizontales s´inscrivent dans le traitement différencié des angles arrondis, en particulier au nord où le volume ovale de la salle de jeux se prolonge au niveau du toit. Ce dernier, couvert en ardoise, se caractérise par un volume important et des formes adaptées à chaque face de l´édifice. Traité en croupe au sud, en demi-croupe à l´ouest, il descend au niveau du rez-de-chaussée au nord ; fortement débordant, il abrite une corniche moulurée en doucine et reçoit une série de lucarnes. Outre la modernité des installations (éclairages plafonnants et indirects, intégration d´éléments de mobilier, multiplication des pièces d´eau, séchoir à linge relié au chauffage central), la qualité des matériaux, de leur mise en oeuvre et la perfection du détail sont à signaler. Le vestibule, encadré de deux portes de bois sombre en quart de rond, reçoit un dallage incrusté d´un quadrillage de cuivre ; le départ de l´escalier, en palissandre et laiton, et la rampe en fer forgé font face à l´entrée, dans un mouvement ascendant fortement marqué. Dans le salon, une peinture murale datée 1939 et signée d´Edouard Mahé représente une mappemonde ponctuée de motifs semblant se rapporter aux grandes découvertes, aux différents peuples (indien d´Amérique, petite tahitienne inspirée de Gauguin), aux monuments les plus remarquables (Saint-Pierre de Rome, les pyramides d´Egypte, la Cité interdite) et à une histoire personnelle, l´église Sainte-Thérèse de Rennes, construite par l´entrepreneur, et un couple de danseurs bretons prenant place au centre de la composition. La salle de bains, avec son revêtement d´opaline verte souligné de baguettes chromées, présente un rare exemple de décor de cette période encore en place.

Mursbrique creuse
enduit
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 777 W 68. Rue de la Paillette (1920-1964) .