Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de Jôn Glaudez, Toul ar Vilin (Trédrez-Locquémeau)

Dossier IA22002853 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Plestin-les-Grèves
AdresseCommune : Trédrez-Locquémeau
Lieu-dit : Toul ar Vilin
Cadastre : 1848 C3 658 ; 1999 C3 445

A Toul ar Vilin (Trou du Moulin), en limites de Trédrez et de Saint-Michel, bâtie sur la grève, une petite chaumière rafistolée abritait au début du 20ème siècle une famille de pêcheurs à pied. Elle n'était protégée de la mer que par un talus de sable et de pierres planté d'arbustes. La maison était régulièrement envahie par la mer lors des grandes marées. Les occupants de la chaumière Jôn Glaudez, ses trois filles et son fils vivaient de la pêche à pied et du lait de leurs chèvres. Son fils avait été tué par les soldats allemands pendant la guerre. La maison a été détruite par les tempêtes successives et reconstruite par Mme Tilly, propriétaire d'un hôtel à Saint-Michel-en Grève. Daniel Giraudon a recueilli le témoignage de Jules Gros sur cette famille et les légendes qui les accompagnaient.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle

Maison traditionnelle sans étage, à l'origine construite avec des pierres plates de la grève sans chaux et sans argile, avec une couverture en chaume, reconstruite entièrement en granite avec une couverture en lauze de schiste.

Mursgranite
gneiss
Toitschiste en couverture
Plansplan rectangulaire régulier
Couverturestoit à deux pans
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Annexes

  • Jon Glaodez :

    Envorennoù Jul Gros (1890-1992), dastumet gant Daniel Giraudon

    Souvenirs de Jules Gros, recueillis par Daniel Giraudon

    La pêche aux crevettes à Trédrez

    Jôn Glaodez a oa un gozh a oa o chom en Toull ar Vilin, stok e Lomikael. Ma gwreg he devoa anavezet anezhi rak savet e oa bet en Lomikael ken a oa dek vloaz hag ac´h ae alies da di Jôn. Eno veze sodet gant ar merc´hed-se, Jôn hag he zeir blac´h.

    Pratik mat oa he zad dezhi. Jôn pa deze tapet pesked pe chevr, ivez meskl pe beb seurt traoù deus an aod a deue da werzha anezhe da vourk Lokemo, da vourk Lomikael hag ac´h ae da di ma zad-kaer ´oa skolaer e Lomikael.

    Jôn Glaoudez, n´ouzon ket just petore anv familh he devoa araok oa dimezet. Ma gwreg a lare oa Ar Bras, me n´onn ket pe oa hec´h anv plac´h yaouank pe hec´h anv pa oa dimezet. Bepred e oa deus parrous Tredrez. Jôn pa m´oa anavezet anezhi, pa oan dek vloaz, he devoa teir blac'h hag ur paotr. Unan anezhe, an hini gosha a oa Jean e anv. Ar reoù all 'm eus ket a soj, soj ebet. Met sonj gwelet anezhe o vont da besketa. Ar merc'hed-se n´o devoa gounedigezh ebet met gant ar mor. Un tamm park bihan o devoa el lanneg a-us d´an tornaod hag e lakaent patatez. A-hend-all ewit beva, 'devoa ket met laezh o givri. Givri o devoa, savet o devoa teir pe beder c´hevr. Soj am eus anv ar vamm, ar c´hevr gosha a oa ti-gwenn hec´h anv. An tad a raed Loull anezha. Laezh ar givri a veze lakaet d´ober o boued evel-just. Pac´h ae ar merc´hed da besketa a gasent ar givri gante betek hanter hent da Veg ar Forn, hag eno e lakaent anezhe en tornaod hag ar givri chome eno ken a deue ar merc´hed da gerc´hat anezhe. ‘Oant ket stag, ‘vel a garent ac´h aent. Ar givri a blij dezhe beza en douaroù en diribin, war dinaou hag a gavent o boued eno, drez, spern, kement louzoù ‘zo tout.

    En keit-se, ac´h ae ar merc´hed da besketa, dreist-oll chevr da werzha d´an oteloù en Lomikael hag ar re-se a dape chevr, bernioù, bernioù, bernioù ! Pa arrient e-touesk ar c´herreg, ac´h aent d´ur poull bras, a oa anvet, Stank an inkeler. Hanter kant metr deus an tornaod ‘oa ar stank-se, e-touesk ar c´herreg. Ur pezh stank vras eo. Pa vez ar mor en daze, ‘vez aeset mont di ha n´eo ket gwell don, war dro un hanter metr betek ur metr. Goude neuze pa vez ar mor en c´hourlenn a vez goloet gant ar mor.

    Stank an inkeler a oa damdost d´an tornaod, matrteze hanter kantr metr. En tornaod-se a oa ur pezh toull bras a veze graet Toull ar c´horlandoned deusonta. Ma mamm-gozh a difenne dioui mont d´an aod ma unan pe gant kanfarded all. Aon he devoa petegout a vijen beuzet rak ar mor a deu e-barzh, diwech bemdez, gant ar mare, gant al lanv.

    Ur bern chevr veze barzh ar stank vras-se. Gant ur c´hrog a dapent ur soavenn hag a lezent ar soavenn war o c´hrog, diskrogent ket anezhi hag ac´h aent lec´h a soje dezhe a veze chevr hag a voutent gant o c´hrog, a voutent ar soavenn e-barzh an toull ha kerkent all a deue tout ar chevr er-maez. M´eus klewet met Jôn o laret-se. Pa deze fin o mareaj e teue ar merc´hed d´ar gêr hag en ur dont d´ar ger e tigasent ar givri gante d´ar gêr.

    An hini gozh, Jôn a oa klav. Me soj he devoa ur c´hrign-bev en hec´h estomak hag a lare a oa ur c´hrank hag a renke rei boued d´ar c´hrank-se. Me soj a eve kalz a laezh hag a roe boued all., patatez da zebri d´ar c´hrank ; ha pa nije bet ar c´hrank da zebri a laoske anezhi trankil. Na dije ket a boan met pa nije naon ; ar c´hrank neuze a grigne he c´hof dezhi. An hini gozh oa aet da gozh memestra. Tost da gant vloaz oa pa oa aet d´ar bed all.

    O zi a oa un ti savet gant mein deus an aod, kalz a vein plat, hep na pri na raz ha goloet gant soul. ‘Oa ket gwall uhel en aod ; setu pa veze morioù bras a-wechoù e teue ar mor en ti. Stok oa er mor. Alies e save ar mor hanter hent d´ar porzh. Ar porzh a oa dirak an ti ha pa veze nevezoù bras a deue ar mor en ti. Un daol a oa en ti met ne oa na kador na netra, met kasedoù koad, pigosoù koad, kavet en aod moarvat, ur bank oa marteze. an ti-se brema a zo bet diskaret. An ti-se oa bet prenet gant perc´henn Hotel Bellevue en Lomikael, an itron Tilly. Hi he devoa savet an ti newez hec´h unan, graet ar masonerezh, graet ar mortier. Moarvat a vez feurmet an ti-se da douristed e-kerz an hav.

    Bisajoù du o devoa ha garanet ‘vel sovajerezed, ‘vel Indianed. Ar brini veze graet deusonte. Brini a dremene alies dre ama. pa deuent d´ar gêr deus an noz da loja er c´hoajoù Pont ar yar pe Bont ar Roskoad : Ma pichoned Jôn Glaodez o vont da glask o c´hlud, veze laret gant an dud pa welent ar brini-se o tremen.

    Ar re-se oa tud a vewe paour, ‘vel peorien ha peorien oant ivez en gwirionez met na raent drouk da den, na laerent netra. Tud a feson oant hag ar vartoloded pac´h aent d´an aod a dremene alies dre o zi. Ar vartoloded ac´h ae, darn, darn deusonte d´an aod dre Doull ar vilin abalamour da arriout buanoc´h, abretoc´h war al Lev. Ar merc´hed oant ket bet dimezet. Ar vamm a chome er gêr da brepari ar boued, da ficha boued ha d´ober tan a-benn ma arrije ar merc´hed deus an aod rak alies e vezent gleb-dour-teil, gleb gant ar mor ha dreist-oll pa veze yen an amzer ha pa arrie ar merc´hed : Ah, deut ama ma merc´hed bihan, deus ama ma flac´h vihan Jôn, deus e-kichen an tan da domma ! hag e vezent diwisket ha roet dezhe dilhad sec´h, dilhad tomm da lakaat. An hini gozh a daole pled mat deus ar re-se, a soagne ‘nezhe ervat, a oa mat deusonte. Tud jentil oant.

    Dastumet gant Daniel Giraudon, Gouere 1983.

    (Traduction)

    Jôn Glaodez était une vieille femme qui vivait à Toul ar Vilin, tout près de Saint-Michel-en-Grève. Ma femme l´avait connue car elle avait été élevée à Saint-Michel jusqu´à l´âge de dix ans et elle allait souvent chez elle. Jôn et ses trois filles la rendaient folle de joie. Son père était un de ses bons clients. Quand Jôn avait pêché du poisson ou des crevettes, des moules ou d´autres produits de la mer, elle venait au bourg de Locquémeau ou à celui de Saint-Michel et passait chez mon beau-père qui y était instituteur.

    Jôn Glaodez, je ne sais pas quel était son nom de famille avant son mariage. Ma femme disait que c´était Le Bras ; je ne sais pas si c´était son nom de jeune fille ou son nom de femme. Elle était de la paroisse de Trédrez en tout cas.

    Quand j´ai connu Jôn, j´avais dix ans, elle avait trois filles et un garçon. L´une d´entre elles, l´aînée s´appelait Jeanne. Les autres, je ne m´en souviens plus du tout. Mais je me souviens bien de les voir aller à la pêche. Ces femmes n´avaient que la mer comme seul gagne-pain. Elles avaient une petite parcelle au-dessus de la falaise dans la lande où elles mettaient des pommes de terre. En dehors de ça, elles n´avaient pour vivre que le lait de leurs chèvres. Elles avaient des chèvres. Elles en avaient élevées trois ou quatre. Je me souviens que le nom de la mère, la plus vieille, portait le nom de Ti Gwenn. Le bouc s´appelait Loull. Elles buvaient le lait de leurs chèvres bien sûr.

    Quand elles allaient pêcher, elles emmenaient les chèvres avec elles jusqu'à mi-route, de chez elles à Beg ar Forn, et là, elle les laissaient sur la falaise jusqu´à ce qu´elles reviennent les chercher. Elles n´étaient pas attachées. Elles allaient où elles voulaient. Les chèvres aiment les terrains en pente, les terrains inclinés, et là elles trouvaient à manger, des ronces, des épineux, toutes sortes d´herbes.

    Pendant ce temps-là, les filles allaient pêcher, surtout des crevettes, qu´elles vendaient aux hôtels à Saint-Michel et elles en attrapaient, elles en attrapaient, des tas, des tas ! Quand elles arrivaient parmi les rochers, elles se rendaient dans une grande mare, nommée « Stank an Inkeler », « l´étang du magicien », qui se trouvait à cinquante mètres de la falaise parmi les rochers. C´était une grande mare. Quand la mer se retire, c´est facile d´y aller et elle n´est pas très profonde, entre zéro mètre cinquante et un mètre. Ensuite, quand la mer remonte, elle est recouverte par les flots. Stank an inkeler », l´étang du magicien était très près de la falaise, peut-être à cinquante mètres. Dans cette falaise, il y avait un grand trou qu´on appelait « Toull ar c´horlandoned », « le trou des nains (ou des fées) ». Ma grand-mère me défendait d´y aller seul ou avec d´autres garnements. Elle voulait que personne ne s´approche de ce trou. Elle avait peur que je sois noyé par la mer qui s´y engouffre, deux fois par jour.

    Il y avait là beaucoup de crevettes dans cette grande mare. Elles attrapaient une pieuvre avec un croc et elles laissaient la pieuvre sur leur croc ; elles ne la détachaient pas, puis elles se rendaient où elles pensaient trouver des crevettes et elles fourraient la pieuvre dans le trou. Aussitôt, toutes les crevettes sortaient. Je n´ai entendu que Jeanne me dire cela. Quand elles avaient fini leur marée, les filles rentraient à la maison en ramenant les chèvres.

    La vieille Jôn, était malade. Je me souviens, elle avait un cancer de l´estomac et elle disait que c´était un crabe et qu´il fallait nourrir ce crabe-là. Je me souviens qu´elle buvait beaucoup de lait et elle donnait aussi à manger à ce crabe d´autres aliments, des patates. Et quand le crabe avait pris son repas, il la laissait tranquille. Elle n´avait mal que lorsqu´il avait faim. Alors il lui rongeait le ventre. La vieille avait quand même vécu jusqu´à un certain âge puisqu´elle avait près de cent ans quand elle est partie pour l´autre monde.

    Leur maison avait été construite avec des pierres de la grève, beaucoup de pierres plates, sans argile ni chaux et elle était couverte de chaume. Elle était en bordure de plage. Alors parfois, quand il y avait de grosses vagues, la mer entrait dans la maison. Elle était tout près de la mer. Parfois la mer arrivait jusqu´au milieu de la cour. La cour était devant la maison et quand il y avait de grandes marées, la mer entrait dans la chaumière. A l´intérieur, il y avait une table mais pas de chaise ni rien, à part des caisses en bois, des billots de bois, sans doute trouvés sur la côte, il y avait peut-être un banc ?

    Cette maison est maintenant écroulée. Elle avait été achetée par la propriétaire de l´hôtel Bellevue à Saint-Michel, Madame Tilly. C´est elle qui avait bâti la maison, seule, elle avait fait la maçonnerie, fait le mortier. Peut-être cette maison est-elle louée à des touristes pendant l´été ?

    Elles avaient des visages noirs et ridés comme des sauvages, comme des Indiennes. On les appelait, les « femmes-corbeaux ». Des corbeaux passaient souvent par ici. Quand ils rentraient à la maison le soir pour aller dormir dans les bois de Pont-ar-yar ou du pont du Roskoad, les gens disaient quand ils les voyaient passer : « Voilà les corbeaux de Jôn Glaodez qui vont se coucher ».

    Ces gens-là, vivaient pauvrement, comme des misérables et en vérité, elles étaient pauvres mais elles ne faisaient de mal à personne, elles ne disaient rien. C´étaient des femmes bien et les marins-pêcheurs, quand ils allaient dans la grève, passaient souvent par leur maison. Beaucoup d´entre eux prenaient par Toull ar Vilin pour arriver plus vite, plus tôt sur la Lieue. Les filles ne s´étaient pas mariées. La mère restait à la maison pour préparer à manger, et faire un peu de feu avant que les filles n´arrivent de la pêche car souvent elles étaient trempées jusqu´aux os par la mer et surtout quand il faisait froid : « Ah, venez ici mes petites filles, viens ici ma petite Jeanne, viens te chauffer près du feu ! ». Et elles se déshabillaient et elle leur donnait des vêtements secs, des vêtements chauds.

  • 20042204719NUCB : Collection particulière

    20042204720NUCB : Collection particulière

    20042204713NUCB : Collection particulière

    20042204714NUCB : Collection particulière

    20042204712NUCB : Collection particulière

    20042204723NUCB : Mairie de Trédrez

    20042204722NUCB : Mairie de Trédrez

    20042204721NUCB : Mairie de Trédrez

    20042204711NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Périodiques
  • GIRAUDON, Daniel. La pêche aux crevettes à Trédrez. In Pêche à pied de usages de l´estran, sous la dir. De Guy Prigent. Catalogue de l´exposition présentée au Musée d´Art et d´Histoire de Saint-Brieuc, mai-octobre 1999. Rennes : Apogée, 1999.

    p. 93-96