Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison, Chevrigné (Montours fusionnée en Les Portes du Coglais en 2017)

Dossier IA35048855 inclus dans Écart, Chevrigné (Montours fusionnée en Les Portes du Coglais en 2017) réalisé en 2010

Fiche

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
AdresseCommune : Portes du Coglais (Les)
Lieu-dit : Montours, Chevrigné
Cadastre : 1833 B2
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Montours

En 1833, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune, ce bâtiment était divisé en deux propriétés distinctes. La séparation des deux propriétés est d'ailleurs visible en façade car il existe deux portes et deux fenêtres qui témoignent de l'existence de deux anciens logis. Le bâtiment a été légèrement rehaussé, en effet, la maçonnerie différente en partie haute des murs le prouve. Le granite bleu utilisé pour le rehaussement du bâtiment atteste d'une transformation intervenue au début du 20e siècle. Les caractéristiques architecturales de cet ancien alignement de deux logis témoignent d'une époque de construction correspondant au début du 17e siècle. La porte en plein cintre à doubles rouleaux, l'appui saillant de la fenêtre de la partie est de la façade, le chanfrein sur l'encadrement des baies, le décor des cheminées (visages sculptés sous les corbeaux) correspondent en effet à des éléments caractéristiques de l'architecture du début du 17e siècle. La disposition du bâtiment est assez atypique puisque l'ancien logis de l'ouest possède un rez-de-chaussée surmonté d'un grenier alors que le logis de la partie Est est composé d'un grenier qui surmonte une pièce à feu, elle-même construite sur une cave. L'accès à la porte de cette pièce se fait donc grâce à quelques marches. C'est vraisemblablement la nature rocheuse du sous-sol de cet emplacement qui explique que le logis soit composé d'une pièce à feu surélevée (sur cave). Dans le grenier de la partie est, subsistent des tuiles plates provenant de l'ancienne couverture. Ainsi, comme en témoignent certains documents d'archives, de nombreux bâtiments de la commune étaient encore couverts au 18e siècle de tuiles plates du type de celles qui ont été conservées ici. Il est assez difficile de définir la fonction des commanditaires de ce type de bâtiments car ils présentent des aspects paradoxaux. En effet, il s'agit de logis de taille très modeste, composés d'une seule pièce à feu surmontée d'un grenier, toutefois, leur architecture est particulièrement soignée : encadrements de baies chanfreinés, appui de fenêtre saillant, porte en plein cintre à doubles rouleaux, décor des cheminées.

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle

Ce bâtiment est construit en moellon de granite ; seuls les encadrements de baies et les chaînages d'angles sont réalisés en pierre de taille. La partie haute de la maçonnerie a été reprise en moellon de granite bleu. Le toit à longs pans est couvert d'ardoise. La partie est de la façade est percée d'une porte donnant accès à la cave ; cette dernière possède un linteau chanfreiné décoré d'une croix. Le logis qui se trouve au-dessus de la cave est accessible grâce à une porte quadrangulaire dont l'encadrement est également chanfreiné ; l'accès à cette porte se fait par quelques marches en granite perpendiculaires à la façade. La fenêtre située dans cette partie de la façade Est possède un appui saillant et un linteau en bois. Ce dernier est le fruit d'un remaniement (agrandissement) de la fenêtre. La partie ouest de la façade est percée d'une porte en plein cintre à doubles rouleaux et d'une fenêtre grillée de taille très réduite. La cheminée de cette partie est située sur le pignon ouest ; elle est accolée d'un placard à gauche. Sous le corbeau de droite, il existe un décor de visage humain. La cheminée de la partie Est se trouve également sur le pignon ; elle possède des corbeaux très bombés sous lesquels se trouve un décor de visage humain (sous le corbeau de gauche). La hotte de cette cheminée est pyramidale. Il existe également une niche à droite de cette cheminée.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20103510115NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103506711Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 191_35_74_bande16.

    20103506710Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 191_35_74_bande16.

    20103506912Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 191_35_74_bande52.

    20103506913Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 191_35_74_bande52.

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).