Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement Le Gorrec

Dossier IA35022659 inclus dans Quartier de la rue de Dinan réalisé en 1999

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Malgré une implantation dominante à l'aplomb de la rue, ce lotissement se caractérise par son hétérogénéité, que ce soit du point de vue typologique (immeubles, maisons et ateliers), dans la permanence d'une altération au niveau des gabarits, ou par des implantations non mitoyennes, avec la présence fréquente d´un passage latéral. Les cas de parcelle traversante restent marginaux, malgré la taille des îlots.

La connexion avec le tissu existant ne s'opère qu'au milieu du siècle, avec la construction d'immeubles d'angle, au niveau de la rue de Dinan. Elle reste inexistante avec le boulevard de Chézy, sauf au niveau de la rue Noël-du-Fail et au nord de la rue Robelin où des immeubles d'angle à pan coupé assurent une continuité.

Dans les années 20, la typologie du bâti a encore un caractère semi-rural avec des maisons à accès différé (entrée en façade postérieure), des maisons de type ternaire (en particulier celles de Marcel Guillet : 12 et 14 rue Jacques-Cassard) et des maisons d'artisan (en particulier, celle de la serrurerie Brand, agrandie par Derrouch et Rual en 1952). La maison d'étage apparaît en 1930, celle d'E. Prevos (rue Noël-du-Fail) constitue un exemple atypique. On peut signaler également les maisons "à l'anglaise" de Legaud (rue Robelin et rue Noël-du-Fail) et la villa à deux unités d'habitation (7 rue Noël-du-Fail).

La proximité avec le "centre-ville" explique la construction de nombreux immeubles à l'intérieur du lotissement. En dehors de ceux construits par l'entrepreneur Legaud, qui sont presque toujours en rupture de gabarit, il s'agit dans un premier temps de petits immeubles associés à des maisons individuelles et plus particulièrement de "maisons-immeubles", type intermédiaire particulièrement représenté ici et qui supplante la maison à deux unités d'habitation (seulement deux cas, rue Robelin et rue Noël-du-Fail). L'immeuble conçu par Marcel Guillet (11 rue Robelin), dans lequel il introduit le "coin cuisine" associé à la salle-à-manger, se distingue des immeubles économiques de Legaud au système de distribution sommaire.

Parties constituantes non étudiées rue, maison, immeuble, immeuble, ensemble d'édifices derrière façade, usine de serrurerie
Dénominations lotissement
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Adresse : rue Jacques-Cassard , rue Robelin , rue Noël-du-Fail

Contrairement à la plupart des lotissements de l'entre-deux-guerres, situés dans la périphérie de la ville, le lotissement Le Gorrec est inscrit dans le plan d'extension de 1919. Il s'agit d'un regroupement de propriétaires qui se constituent en association syndicale (autorisée en 1932) pour faciliter l'aménagement des voies de desserte, qui sont initialement des impasses ouvrant sur la rue de Dinan. Il regroupe alors 56 lots qui seront construits entre 1923 et 1970 : rue Jacques-Cassard, les constructions s'échelonnent principalement entre 1923 et 1936, rue Robelin, dans les années 30 et les années 50, rue Noël-du-Fail, dans les années 30. Le pan coupé est imposé en 1936, au moment du classement des rues dans la voirie urbaine.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1932, daté par source
Auteur(s) Auteur : Legaud Jean, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Zitto Louis, architecte, attribution par source
Auteur : Barla Bocle et Esnault, architecte, attribution par source
Auteur : Gallacier, architecte, attribution par source
Auteur : Depais, architecte, attribution par source
Auteur : Goisbeau René, architecte, attribution par source
Auteur : Prevos E., ingénieur, attribution par source
Auteur : Derrouch & Rual, agence d'architecture, attribution par source

Plan masse : lotissement formé de 56 lots desservis par des impasses parallèles formant une trame régulière. Ces voies sont reliées à un axe de communication secondaire. Implantation du bâti : à l'aplomb de la rue. Position des jardins : en fond de parcelle. Typologie du bâti : mixte.

Données complémentaire architecture Rennes

HYPO type structurant en site programmé
SCLE1 1930 vers
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP unicum secteur
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
PINTE L'originalité de ce lotissement réside dans son mode de formation atypique (regroupement de propriétaires) qui lui donne une texture hétérogène relativement riche, et dans l'importance des productions de Jean Legaud, entrepreneur rennais très actif dans les années 30, qui installe ses bureaux rue Noël-du-Fail, en 1926. La création du lotissement, inscrit dans le plan d'extension de 1919, a favorisé un développement orienté sur les voies de desserte qui relient la rue de Dinan au boulevard de Chézy, au détriment de la rue de Dinan. Les immeubles construits autour de 1960 constituent le seul effort de jonction avec celle-ci malgré leur pauvreté formelle.
POS 2
SEL sélection possible
PART maison;immeuble 3;maison immeuble
NATURE mixte
RESEAU réseau existant : réseau secondaire
MORPHO réseau généré : desserte en impasses parallèles
IMPBA autre cas
LOTS 56
VOIES 3
PRESC absence
VEGETAL jardin en fond de parcelle
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 765 W 11. Rue Jacques-Cassard (1923-1969) .

  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 799 W 68. Rue Robelin (1924-1970), quai de Richemont (1908-1952) .

  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 777 W 55. Rue Noël-du-Fail (1926-1964) .

  • A. C. Rennes. Urbanisme : 717 W 11. Demande d'autorisation de lotissement.