Logo ={0} - Retour à l'accueil

Lotissement de Montcuit, rue Camille-Desmoulins ; rue Bigarré ; boulevard de Verdun (Rennes)

Dossier IA35022972 inclus dans Quartier La Touche-Mac Mahon (Rennes) réalisé en 1999

Fiche

Dossiers de synthèse

Le lotissement est presque exclusivement composé de logements individuels à distribution élémentaire, construits entre 1925 et 1940 puis de maisons d'étage, après la guerre.

On trouve en effet, des maisons à 2 ou 3 pièces, en enfilades ou en L, à accès différé, voire une maisons en pan de bois construite à la fin des années 20. Dans les années 50 et 60, on constate de nombreux cas de mutation avec l'extension plus ou moins importante de ces petits logements qui regroupaient le plus souvent une salle et une chambre sur cave et cellier (exemples 7 et 9 rue Bigarré).

Les plus élégantes sont celles du 10 rue du 41e R.I. et du 20 rue Camille Desmoulins, qui se rapprochent plus résolument de la villa ou de la maison de ville.

Parties constituantes non étudiéesmaison, jardin potager
Dénominationslotissement
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : rue, Camille-Desmoulins, rue, Bigarré, boulevard de Verdun

Lotissement autorisé en 1933, desservi par la rue Camille Desmoulins, prévue au plan d'extension de 1919. On y trouve essentiellement des constructions d'entrepreneurs, en particulier celles de Raphaël Céré qui installe son entreprise à proximité et qui construit, pour lui même, deux maisons 22 et 22a rue Camille Desmoulins, en 1935 et en 1940. Entre les deux guerres ce sont les entrepreneurs rennais Château (1924) qui réalise le seul exemple de maisons en série symétrique (8/10 rue Camille Desmoulins), ou encore Chatel (1933) et Guillemot (1927) qui travaille beaucoup dans le secteur, enfin Colin, Lucas (1933) et Lelièvre (1934). Ce sont surtout des entreprises de proximité. Après la guerre, les entreprises extérieures à la ville : Renaudin de Bruz (1955) et Pithois de Guichen (1953) concurrencent les entrepreneurs rennais : Hux (1962), Cotard (1959) et l'Entreprise Rennaise de Bâtiment (1956). Quelques noms d'architecte apparaissent sur les plans type, celui de Pothier pour le C.A.D.E.T. (1962) ou encore Derrouch (1960), enfin l'extension assez réussie de la maison de M. Cayeul (1969), dessinateur du cabinet Derrouch et Rual, qui donne un exemple d'une pratique fréquente celle de la transformation des petits logements à deux ou trois pièces qui composaient le lotissement.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Dates1933, daté par source
Auteur(s)Auteur : Céré Raphaël entrepreneur attribution par source
Auteur : Pothier Paul architecte attribution par source
Auteur : Derrouch Edmé architecte attribution par source
Personnalité : Montcuit de promoteur attribution par source

Plan masse : lotissement formé de 40 lots (actuellement 44), implanté en bordure d'un réseau principal limitrophe et desservi par une voie. Implantation du bâti : L'implantation est mixte, en coeur d'îlot, plus souvent à l'aplomb de la voie, comme en bordure du réseau principal limitrophe : rue du 41e R.I. et boulevard de Verdun. Position des jardins : en fond de parcelle. Typologie du bâti : maisons élémentaires, maisons d'étage.

Toitardoise
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes, permis de construire : 745 W 28. Rue Camille Desmoulins.

  • A. C. Rennes, permis de construire : 745 W 29. Rue Camille-Desmoulins.

  • A. C. Rennes, permis de construire : 744 W 21. Rue Bigarré.

  • A. C. Rennes. Série O voirie. O 23.