Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les moulins à papier et papeteries industrielles de Bretagne

Dossier IA29005702 réalisé en 2014

Fiche

Voir

L'enquête thématique régionale (2014-2015)

L'enquête régionale sur les moulins à papier et papeteries de Bretagne s'est appuyée sur les recherches généalogiques menées sur les papetiers et présentées dans l'ouvrage Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVe siècle à nos jours. Elle s'est également appuyée sur d'autres sources bibliographiques ainsi que de nombreux documents d'archives. Sur les 132 sites papetiers recensés lors de l'enquête, 102 font l'objet d'un dossier descriptif individuel. Ceux qui n'ont pas été retenus l'ont été soit parce que leur existence n'est pas certifiée par une source fiable, soit parce que leur emplacement n'a pas été localisé. L'histoire des moulins à papier reste donc encore à approfondir par de nouvelles recherches.

Implantation des moulins à papier en Bretagne (XVe – XXe siècle)

Les premières implantations connues de moulins à papier en Bretagne datent du XVe siècle : quatre établissements sont connus, au XVe siècle, et quelques autres le sont, au XVIe siècle. Il y a peu de traces écrites de leur activité à cette époque. Un certain nombre d’archives seigneuriales et religieuses permettent cependant de tracer leur existence.

Le moulin à papier de Buzo, dans le diocèse de Vannes, serait le plus ancien moulin à papier de Bretagne. Construit entre 1413 et 1455, par Robin de Meigné, sur le Lizec, dans la paroisse de Saint Patern, le moulin dépend de la seigneurie de Boismourant.

Le moulin à papier d’Orange, à Vieux-Vy-sur-Couesnon, est construit, en 1440, par Jean Lizé, libraire à Rennes, sur un emplacement qui lui a été cédé à domaine congéable par le seigneur d’Orange.

Les moulins à papier de La Ville-Jégu, à Bréhan-Loudéac, sur le Lié, sont présentés au roi, en 1499, dans un aveu de Jehan II de Rohan, seigneur du Gué de l’Isle. La fondation est attribuée, entre 1463 et 1493, à son grand-père, Jean de Rohan, qui fait construire, en 1484, la première imprimerie de Bretagne.

Le moulin à papier du Val, à Morlaix, dans le quartier encore nommé Val Pinart, sur le Jarlot, est mentionné, en 1499, dans un acte concernant l’échange de deux rentes l’une en papier, l’autre en argent entre Yves Pinart, seigneur du Val et Jean de Kerloaguen, seigneur de Rosampoul.

Au XVIe siècle, il existe quelques repères d’existence de moulins à papier. Dans le Morbihan, le moulin de la Ville-Hellec est indiqué établi sur la Claie, à Plumelec, en 1513. En Haute-Bretagne, le moulin des Batailles à Fougères est signalé, en 1540, et le moulin des Rochers, situé sur Saint-Martin-de-Vitré ou sur Etrelles, en 1548. Le moulin de Fourel, au sud du château d’Hédé, est indiqué, en 1601, comme ayant fonctionné aux XVe et XVIe siècles.

Des investigations seraient à poursuivre afin d’éclairer cette période pionnière de l’implantation du travail du papier en Bretagne. Elles pourraient approfondir la connaissance de ces établissements et indiquer de nouveaux sites papetiers.

Au XVIIe siècle, le nombre de moulins à papier créés en Bretagne explose : sur les 60 moulins qui fabriquent du papier, 57 d’entre eux ont été construits au cours de ce siècle. Deux régions semblent concentrer un nombre important de moulins, l’une autour de Fougères, l’autre autour de Morlaix. Le XVIIIe siècle voit se renforcer ces deux pôles de fabrication du papier en Bretagne. Sur les 72 moulins recensés, 24 ont été construits au cours de ce siècle. Au XIXe siècle, les moulins à papier vont progressivement laisser la place aux papeteries industrielles : 88 fabriques de papier y sont identifiées. Au XXe siècle, seules demeurent les papeteries aux procédés industriels : on en dénombre 18, en Bretagne.

Typologie d'un moulin à papier

Les roues des moulins à papier ont besoin, pour tourner, de la force de l’eau générée soit par le courant, soit par une chute d’eau. Les rivières sont le plus souvent détournées et aménagées : un barrage en travers du cours d’eau permet de conduire une partie de l’eau dans un bief, canal artificiel qui amène l’eau jusqu’au moulin. Sur ce bief, une vanne de décharge permet de gérer le niveau de l’eau en amont. Juste avant la roue, une vanne ouvrière permet sa mise en marche ou son arrêt. En aval du moulin, un canal de fuite est aménagé afin de restituer l’eau à la rivière.

Lors de l'enquête thématique régionale menée en 2014 et 2015, de nombreux moulins à papier avaient complètement disparu, la seule trace visible sur le terrain étant souvent matérialisée par les anciens biefs :

- Le moulin à papier, Penhoat (Saint-Thégonnec)

- Le moulin à papier, Beaubois (Quimperlé)

- Le moulin à papier, Trévoazec (Saint-Goazec)

- Le moulin à papier, Ster ar C'hoat (Quimper)

- Le moulin à papier, puis teillage de lin, puis tannerie, Buhulien (Lannion)

- Le moulin à papier, Cosquer Izellan (Plounevez-Moëdec)

- Le moulin de Cosquer Uhellan, Milin ar Gosquer (Plounévez-Moëdec)

- Le moulin à papier, puis maison, Boisset (Saint-Brieuc)

- Les moulins à blé des Bois, puis moulin à papier, puis minoterie, puis restaurant, actuellement maison (Saint-Jouan-de-l'Isle)

- Les moulins de Brais (Vieux-Vy-sur-Couesnon)

- Les moulins à papier, Brimblin (Chauvigné)

- Le moulin des Batailles (Fougères)

- Les moulins à papier, le Grand Pont (Le Faouët)

- Le moulin à papier, Le Paou (Plouay)

L’identification d’un moulin à papier en ruine n’est pas évidente car nombre d’entre eux ont été transformés en moulin à farine ou bien ont succédé à d’autres activités. L’architecture d’un moulin à papier type n’a pas pu être déterminée au cours de cette enquête : l’existence d’un étendoir à fenêtre à claire voie, à l’étage pour faire sécher les feuilles de papier est une de ses particularités. C’est surtout son outillage qui était significatif. Il était composé d’un arbre à cames, qui tournait grâce à la roue du moulin. Cet arbre à cames actionnait des maillets en bois ferrés qui retombaient, les uns après les autres, dans des cuves en bois ou en granit, à raison de trois maillets par cuve. L'ensemble « cuve et maillets » était appelé « pile à maillets ». Il y en avait entre 4 et 6 par moulins. Dans les cuves des piles, se fabriquait la pâte à papier à partir des chiffons délités (matière première du papier jusqu’au XIXe siècle) mis à tremper dans de l'eau circulante et triturés par les maillets.

Lors de cette enquête, trois cuves en granit de pile à maillets ont été retrouvées à proximité des sites des moulins :

- le moulin à papier à Kermentec (Pont-Aven)

- le moulin à papier à Brézal (Plounéventer)

- Le moulin à papier à Bel-Air (Pleyber-Christ)

Les sites industriels encore visibles aujourd'hui :

- Le moulin à papier, puis papeterie industrielle, puis tannerie à Glaslan (Pleyber-Christ)

- La papeterie d'Odet (Ergué-Gabéric)

- La papeterie de Cascadec (Scaër)

- L'usine à papier dite "papeterie Vallée" (Plounévez-Moëdec)

- Le moulin à blé, puis minoterie, puis cartonnerie Huet à Kerglas (Saint-Clet)

- Le moulin, puis usine de papeterie Ravoux, puis imprimerie du petit écho de la mode, actuellement immeuble de bureaux, centre culturel et immeuble à logement (Châtelaudren)

- La papeterie de Pont-Augan (Baud)

D'autres équipements composaient les fabriques de papier :

  • la pile hollandaise (exemple de vestiges) qui a succédé aux piles à maillets pour fabriquer la pâte à papier
  • la cuve à ouvrer pour fabriquer les feuilles de papier
  • la presse pour extraire l'eau des feuilles
  • une cheminée pour chauffer l'eau et fabriquer le bain de gélatine pour l'encollage (pour que le papier soit propre à l'écriture)
  • la presse utilisée après l'opération d'encollage

Ces différents outillages sont visibles au Moulin de Pen Mur, à Muzillac, qui a été restauré, dans les années 1980, afin de pouvoir fabriquer du papier suivant les techniques en vigueur entre le XIIIe et le XVIIIe siècles.

Le patrimoine industriel lié aux papeteries

Plusieurs papeteries industrielles sont à signaler. Certaines pourraient faire l'objet de valorisation dans les années à venir. Seule, l'ancienne Papeterie Vallée, située à Plounévez-Moëdec (22), est aujourd'hui mise en valeur.

En Bretagne, plusieurs sites témoignent de la période industrielle de fabrication du papier :

  • La papeterie de Glaslan, à cheval sur les communes de Pleyber-Christ et de Plourin-lès-Morlaix (29), dont l'activité s'est arrêtée en 1898.
  • La papeterie de l'Odet, à Ergué-Gabéric (29), qui a arrêté son activité en 1983.
  • La papeterie Mauduit, répartis sur quatre site à Quimperlé et Tréméven (29), toujours en activité dans des nouveaux bâtiments.
  • La papeterie de Cascadec, à Scaër (29), qui est toujours en activité.
  • La cartonnerie Alexandre, répartie sur trois sites, à Loguivy-Plougras et Plounévez-Moëdec (22), qui a fonctionné jusqu'en 1992.
  • La cartonnerie Huet, présente sur deux sites, à Pontrieux et Saint-Clet (22), qui a fermé ses portes en 1973.
  • La papeterie de Châtelaudren (22), dont l'activité papetière a cessé vers 1920, et qui a été transformée en centre culturel.
  • La papeterie de Pont-Augan, à Baud (56), qui a cessé son activité en 1986.
  • La papeterie de Saint-Rivalain, à Melrand (56), qui fabrique du papier filtrant, en 2016, dans des bâtiments modernes.
  • La papeterie de Caradec, à Guégon (56), qui fabrique du carton ondulé, en 2016, dans des bâtiments récents.
Aires d'études Bretagne

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD35. C 1504 Intendance et États de Bretagne : rapports des subdélégations sur l'industrie papetière (1739-1789)

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
  • AD 29 - 1772 - État des moulins à papier Subdivision de Morlaix au 01.01.1772

    Archives départementales du Finistère
  • AD35. C 1504 État des papeteries de la Province de Bretagne en 1776

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine
  • AD 29 - 6M 1029 - Etat des papeteries de l'arrondissement de Brest de 1808 à 1829.

    Archives départementales du Finistère
  • AD 29 - 6M 1029 - n°3210 - Enquête 1811 du Préfet Finistère sur les papeteries de l'arrondissement de Morlaix.

    Archives départementales du Finistère
  • AD 29 - 6 M 1029 - Enquête du 05.12.1811 et années suivantes sur les papeteries de l'arrondissement de Quimper

    Archives départementales du Finistère
  • AD 29 - 6M 1029 - État des papeteries de l'arrondissement de Quimperlé du 09.06.1827

    Archives départementales du Finistère
  • AD 29 - 6M 1029 - État des papeteries arrondissement de Quimperlé du 12.05.1829

    Archives départementales du Finistère
  • AD 29 - 6M 1029 - État des fabriques de papier de l'arrondissement de Morlaix du 20.06.1829.

    Archives départementales du Finistère
  • AD 29 - 6M 1029 - État de 1829 des papeteries de l'arrondissement de Quimper

    Archives départementales du Finistère
Bibliographie
  • CAROFF Jean. Moulins à papier et familles papetières de Bretagne du XVè siècle à nos jours. Les éditions du CGF et du Queffleuth. Saint-Thonan, 2015. 364 p. ISBN 978-2-9552574-0-1

  • BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Contribution à l'histoire de la papeterie en France. [8], les Papeteries de la région de Morlaix depuis le XVIe siècle jusqu'au commencement du XIXe siècle. Editions de l'Industrie Papetière. Grenoble, 1941. 61p.; 23cm.

  • KEMENER, Yann-Ber. Moulins à papier de Bretagne. Skol Vreizh. Morlaix, 1989. 84p. ISBN 2.903313-22-9

  • CHASSAIN, Maurice. Moulins de Bretagne. Keltia Graphics. Spézet, 1993.

  • DUVAL, Jacques. Les moulins à papier de Bretagne du XVIe au XIXe siècle - les papetiers et leurs filigranes en Pays de Fougères. L'harmattan. Paris, 2006. 314p.

  • Cucarull Jérôme. Réflexions sur l'industrialisation du milieu rural.

    L'exemple du pays de Fougères dans la seconde moitié du XIXe siècle. In:

    Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 101, numéro 4, 1994. pp. 85-110.