Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes sur la commune du Tronchet

Dossier IA35045034 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Les fermes :

Cette base de données est composée de 55 notices relatives à des fermes de la commune du Tronchet.

Composition :

Une large part des fermes situées sur le territoire de la commune du Tronchet correspond à des petites fermes, assez modestes, composées d'assez peu de dépendances. Toutefois, il y a quelques exceptions, par exemple, les fermes du Petit Maître, du Pont Menet ou encore du Haut Mesnil, qui étaient ou qui sont encore de grandes exploitations agricoles.

La dépendance la plus fréquente dans les fermes de la commune est incontestablement l'étable, en effet, elle a été identifiée dans la majorité des fermes recensées. Celle-ci est le plus souvent située directement à proximité de la pièce d'habitation, sous un même toit. Dans les fermes plus importantes, l'étable est installée dans un bâtiment complètement indépendant du logis, conçu à cet effet (fermes de Mireloup et du Petit Maître). Dans ces fermes de taille importante, il existe également très souvent une écurie, alors que, dans les fermes les plus modestes, les dépendances se limitent bien souvent à une petite étable et à une "soue" à cochons. Il en existe encore quelques exemples aux Ecotais, au Tuly, à la Basse Poterie. Les granges sont en revanche très rares dans la commune, ce qui témoigne encore une fois du fait que les fermes étaient principalement de petites exploitations agricoles.

Enfin, quelques fours et fournils subsistent encore aujourd'hui, une dizaine a été recensée. Il en existe de beaux exemples au Petit Bas Liage, au Petit Rocher, à la Basse Poterie.

Implantation :

Quelques fermes de la commune sont implantées dans le village (9 au total), d'autres sont isolées (14), comme par exemple le Petit Maître ou encore le Rocher Richard. Ces fermes isolées correspondent généralement aux anciennes fermes ayant appartenu à l'Abbaye, qui correspondaient, le plus souvent, à de grandes exploitations agricoles.

La majeure partie des fermes de la commune se trouve toutefois dans des écarts. En effet, la caractère modeste de la majorité des exploitations implique un regroupement de celles-ci. De nombreuses petites fermes se trouvaient donc dans les écarts de Villegâte et de la Ville Joie par exemple.

Matériaux :

Toutes les fermes de la commune sont construites en moellon de granite ; à la fin du 19e siècle et surtout au cours de la première moitié du 20e siècle, le granite de la commune voisine de Lanhélin a été très utilisé dans la construction. Toutes les fermes recensées sont par ailleurs couvertes en ardoise, même si les plus anciennes devaient originellement être couvertes en chaume, comme l'indiquent certaines pentes de toit très fortes.

Typologie :

Les fermes de la commune constituant souvent des exploitations relativement modestes, nombreuses sont celles composées uniquement d'un bâtiment, abritant sous un même toit, le logis et une ou plusieurs dépendances. C'est le cas par exemple de certaines fermes du village dans lesquelles la pièce à feu unique jouxte une petite étable. C'est le cas aussi de certaines fermes du Tuly, de l'ancienne ferme du Petit Maître, ou encore de fermes de la Ville Joie et du Petit Rocher.

D'autre part, certaines fermes de la commune ne sont composées que d'un logis à pièce à feu unique et d'une petite étable, toutefois, ces deux fonctions se trouvent dans des bâtiments distincts, comme par exemple dans le village où dans l'écart du Tuly.

Enfin, les fermes les plus importantes sont, le plus souvent, constituées d'un logis indépendant, composé de plusieurs pièces à feu et possédant des percements réguliers en façade, formant des travées. Les dépendances se trouvent généralement à proximité du logis et forment une cour semi-fermée. Les exemples de la ferme située au sud-est de l'écart de Villegâte et de la ferme du Petit Maître illustrent cette typologie.

Datation :

Les fermes les plus anciennes qui subsistent sur le territoire de la commune du Tronchet remontent au 17e siècle. Elles possèdent toutes les mêmes caractéristiques architecturales : fonction habitation et dépendances sous un même toit, forte pente de toiture, encadrements de baies chanfreinés, portes en plein cintre, poutraison de forte section, cheminée du logis monumentale en granite. Au Petit Rocher, aux Ecotais, à la Basse Poterie ou encore au Brignoux existent des fermes caractéristiques de cette époque de construction.

Les bâtiments dont la construction remontent au 18e siècle présentent des caractéristiques architecturales très proches de celles propres au 17e siècle : forte pente de toit, présence d'un coyau, porte en plein cintre, comme sur l'ancien moulin du Pont Menet (daté 1777) devenu une ferme par la suite.

L'immense majorité des fermes de la commune a toutefois été construite au cours du 19e siècle, comme dans la plupart des communes du département d'Ille-et-Vilaine. Certains bâtiments datent de la première moitié de ce siècle, mais, ils sont assez peu nombreux, c'est le cas de la ferme du château du Haut Mesnil par exemple, qui existait déjà lors de la réalisation du cadastre de 1849.

A la Basse Poterie, existent deux anciennes fermes portant leur date de construction, qui sont respectivement 1863 et 1881. A cette époque, les façades des logis des fermes sont beaucoup plus régulières qu'auparavant ; les baies sont plus nombreuses et témoignent également souvent de la présence de plusieurs pièces à feu.

La fin du 19e et le début du 20e siècle ont été des périodes de construction intenses dans cette commune. De nombreuses fermes datent de cette époque ; elles se trouvent dans les écarts de Villegâte ou de la Ville Joie par exemple.

Les maisons :

Cette base de données est composée de 176 notices relatives à des maisons de la commune du Tronchet.

Implantation :

L'existence de deux écarts très développés dans cette commune, Villegâte et la Ville Joie, presque plus que le village lui-même, a une incidence sur la localisation des maisons de la commune. Ainsi les maisons recensées sont plus nombreuses à se trouver dans les écarts (90) que dans le village du Tronchet lui-même (71). Quelques maisons sont isolées, toutefois, ce cas de figure demeure relativement rare, hormis à la Landelle, à la Croix de la Mission ou encore à la Prière.

Matériaux :

Comme pour les fermes, le seul matériau de construction utilisé pour la construction des maisons de la commune a été le granite et particulièrement le granite de Lanhélin au début du 20e siècle.

Les toitures sont quasiment toutes recouvertes d'ardoise ou de matériau synthétique actuellement, toutefois, comme pour les fermes, les maisons les plus anciennes étaient originellement couvertes en chaume. La forte pente de toit de ces maisons, destinée à l'évacuation rapide des eaux de pluie, est un élément qui permet de les identifier. De plus, une campagne photographique réalisée en 1969 dans le cadre d'un pré-inventaire du patrimoine de la commune, permet de voir que ce type de couverture existait encore à cette époque. Des maisons situées à Mireloup sont en effet aujourd'hui couvertes d'ardoise, pourtant, sur les photographies prises en 1969, elles possédaient encore un toit de chaume.

Typologie :

Comme pour les fermes, les maisons de la commune se distinguent par leur caractère modeste, c'est pourquoi la typologie la plus fréquente est la maison élémentaire composée d'une seule pièce à feu. Ces maisons élémentaires sont nombreuses dans le village mais également dans certains écarts tels que la Basse Poterie, la Ville Joie ou Villegâte. Dans les écarts, les maisons élémentaires sont d'ailleurs très souvent implantées en alignement les unes avec les autres.

Le second type de maison le plus fréquent au Tronchet est constitué par la maison à travées. Ces maisons se situent majoritairement dans le village et sont propres à la période de construction correspondant à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

Enfin, certaines maisons, un peu plus élaborées que les maisons élémentaires sont composées de deux foyers juxtaposés au rez-de-chaussée, donc, de deux pièces à feu, surmontées d'un grenier. Des maisons de ce type se trouvent sur tout le territoire de la commune, que ce soit dans le village ou dans les écarts de Villegâte et de la Ville Joie ou bien encore à Mireloup.

Datation :

Les maisons construites au cours du 17e siècle possèdent les mêmes caractéristiques que les fermes de cette époque : forte pente de toit, encadrements de baies chanfreinés, portes en plein cintre, etc. Des maisons de cette époque se trouvent au Petit Bas Liage, mais aussi à la Hors Voirie ou encore à la Ville Joie. Les constructions de cette époque se concentrent donc principalement dans le village ou bien au nord-est du territoire de la commune.

Les bâtiments construits au 18e siècle ont souvent été remaniés, c'est le cas de certains bâtiments du Rocher Argan (date portée 1792), ou de la Hors Voirie (date portée 1728). Toutefois, certaines constructions de cette époque sont restées indemnes, à la Basse Poterie par exemple, une des maisons est datée 1753. Ces maisons sont de modestes constructions, composées d'une seule pièce à feu, possédant des baies de taille réduite, une pente de toit d'origine relativement forte et une poutraison de forte section.

C'est au cours du 19e siècle que la majorité des maisons de la commune a été édifiée et principalement au cours de la seconde moitié de ce siècle. Ainsi, par exemple, c'est à cette période que le village s'est considérablement développé vers l'est, le long de la route départementale numéro 9. Enfin, certaines constructions remontent au premier, voire au second quart du 20e siècle. Les maisons de cette époque possèdent des façades rythmées par des travées, très souvent des portes hautes pendantes à linteaux cintrés en granite et parfois, des encadrements de baies en brique (la Ville Joie). Deux maisons portent des dates de cette époque, une à Villegâte est datée de 1924 et une autre à la Ville Joie porte la date de 1923. Ces deux dates sont associées à un même nom de famille : Juhel, ce qui laisse supposer que les commanditaires de ces deux maisons appartenaient à une même famille.

Le presbytère :

Le presbytère est installé dans l'un des anciens bâtiments de l'Abbaye, il a connu des travaux de réparations en 1873. C'est au début du 19e siècle que les anciens bâtiments de l'abbaye réservés aux visiteurs devinrent le presbytère de la paroisse.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Tronchet (Le)
Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 229
étudiées 0

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Édifices publics. Monuments et établissements publics. Presbytère. Reconstruction, correspondances, réparations. (1836-1873) : 2 O 225/21.

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Écomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Éditions du patrimoine, 2000.

  • TREVINAL, Maurice. Histoire générale de Plerguer. Tome 1 : Histoire du site de Beaufort. Plerguer : Editions Maurice Trévinal, 1982.

  • TREVINAL, Maurice. Histoire générale de Plerguer. Tome 2 : Les Plerguerrois. Plerguer : Editions Maurice Trévinal, 1982.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).