Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes sur la commune de Saint-Thual

Dossier IA35042113 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Un des aspects fondamentaux et caractéristiques de l´habitat rural sur ce territoire consiste en une mise en oeuvre variée des matériaux associant du granite, parfois du schiste et de la terre. Cette mise en oeuvre mixte de la pierre et de la terre, utilisée selon la technique de la bauge, est différente selon les logis et parfois selon les époques. Plusieurs formules ont été rencontrées, parmi les plus récurrentes, soit la répartition des matériaux est irrégulière sur une même façade, soit la façade principale est édifiée entièrement en pierre tandis que les murs latéraux et arrière sont en bauge. Les façades levées entièrement en terre sur un solin de pierre sont plus tardives et datent du 19e siècle, comme la ferme, les Petits Bois. Cette mixité de mise en oeuvre se retrouve également dans l´agencement des portes et des fenêtres. Il n´est pas rare en effet de retrouver sur une même façade des linteaux en pierre et des linteaux en bois. Ceux-ci ne correspondent pas toujours à des modifications du bâti, mais bien à un parti originel privilégiant les conditions pratiques et économiques au détriment de principes plus esthétiques. Quelques cas de décors, portes, fenêtres, souches de cheminées, corbelets emploient du calcaire coquiller provenant des carrières voisines du Quiou en Côtes d´Armor. Cette pierre plus facile à tailler a permis de beaux décors sculptés et se retrouve toutefois dans les logis les plus notables de la commune, dans les châteaux de Tourdelin et de Saint-Thual, mais également à Trésoleil, à la Pommerais et à la Chapelle aux Grignards.

Parmi les autres particularités de l'architecture rurale ancienne, il convient de signaler, comme dans la plupart des communes du canton, le maintien au dessus du rez-de-chaussée d'un espace de stockage très important. Cet espace de grenier, dit en haut surcroît, a la valeur d'un étage habitable.

Les logis de fermes sont aussi très variés et similaires à ceux rencontrés sur le canton de Tinténiac, notamment ceux datés dès 17e et 18e siècles. La plupart de ces logis sont appelés dans nos commentaires, des logis à fonctions combinées car ils réunissent sous une même toiture des parties habitables et des parties agricoles, le plus souvent des étables à vaches ou des étables à chevaux. Parmi ces logis, celui de Tréléau daté de 1660 constitue un référentiel non transformé. A cet habitat mixte, logis et étable, surmontés d´une grange, parfois d´une chambre vient s´annexer parfois un logis supplémentaire, comme à la Chapelle aux Grignards. Ce dernier possède sa propre distribution et de ce fait peut-être autonome du corps principal tout en y étant annexé. Cette famille d'édifices a été notamment bien identifiée sur la commune voisine de Longaulnay. Quelques fermes construites au 19e siècle méritent aussi d´être remarquées, notamment celle de la Pironnais construite en 1823. En somme, le patrimoine rural de la commune demeure encore en place et de belles façades ont été observées.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Saint-Thual
Période(s) Principale : Temps modernes
Décompte des œuvres repérées 103
étudiées 0