Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et fermes sur la commune de Lécousse

Dossier IA00006873 réalisé en 2014

Fiche

La commune de Lécousse est riche en maisons et fermes de l'époque moderne. Sont présentés ci-dessous les bâtiments les plus intéressants ne faisant pas l'objet d'études individuelles associées à cette présentation.

La Porcherie : Situé dans un écart, un bâtiment remanié conserve cependant quelques éléments anciens. Constitué d'un cellier et d'une maison, ce dernier présente encore une fenêtre avec un appui saillant mouluré, une cheminée à décor rainuré, exemple plutôt original dans la commune, et le linteau de celle-ci porte l'inscription suivante " M R. G I / B. I. FLOC / 1613.

Tous ces éléments concordent avec la date inscrite, il s'agit bien d'un bâtiment construit au début du 17e siècle.

Le Pont : Située dans un écart, se trouve une maison construite vers la fin du 16e siècle ou le début du 17e siècle. En effet, elle conserve, malgré des remaniements, une porte en plein cintre moulurée d'un tore et une fenêtre aux piédroits moulurés d'un tore et appui saillant mouluré caractéristiques de cette époque.

Dans le même écart se trouvent une maison et ses dépendances en alignement. La maison semble avoir été construite au cours du 17e siècle. Elle présente un plan en équerre, un rez-de-chaussée, un étage et un comble.

La Basse Chararie : Dans cet écart, on trouve deux maisons d'habitation du 17e siècle. L'une d'elle fut transformée en étable par la suite, l'autre aujourd'hui très remaniée se composait à l'origine d'un logis et d'une étable sous le même toit et séparés par un mur de refend. Les deux bâtiments sont percés d'une porte en plein cintre.

Villeneuve : Cet écart conserve une maison et des dépendances dans son alignement, le tout transformé en étables et conservant une fenêtre chanfreinée à grille et une porte à linteau mouluré en accolade orné d'un écu. Sa construction peut remonter au 17e siècle.

Bien représentés sur la commune de Lécousse, les maisons et les fermes édifiés entre 1800 et 1950 témoignent de la prospérité que connaissent l'agriculture et l'élevage dans le Pays de Fougères à cette époque. Rares sont cependant les ensembles constitués ex-nihilo pendant cette période, les fermes possédant la plupart du temps des bases anciennes révélées par la variété des styles des bâtiments qui les composent. C'est une époque charnière intéressante (premiers bouleversements de l'époque industrielle). Elle correspond à une vague d'expansion démographique importante, donc de constructions plus nombreuses en campagne. C'est aussi une période de bouleversements de la société. On assiste à l'enrichissement d'une élite rurale et à l'appauvrissement de la masse. Les premiers vont donc élever en zone rurale des maisons à étages qui s'inspirent des maisons urbaines, exemple à la Pilais et à la Garenne. Celles-ci ont, en général, des élévations régulières et emploient des pierres mécanisées (à la fin du 19e siècle), on en trouve également à Bliche. Les seconds vont établir une abondance de constructions petites et modestes, en général d'un seul niveau.

Ainsi, ce siècle est prolifique en constructions. Les fermes présentent les caractéristiques architecturales de l’époque, lisibles aussi bien dans l’habitation que dans ses dépendances : ouvertures réparties de manière régulière en façade (symétrie, travées) ; usage important du granite taillé (traitement des ouvertures, des chaînages d’angles ou encore des bandeaux) et de la brique (baies des dépendances : jours d’étables, gerbières, portes) ; toits à faible pente ; présence fréquente de niches à statues en façade de l'habitation. En campagne, c´est la grande époque de la longère qui est constituée d'une série de bâtiments accolés les uns aux autres avec une ou deux parties dédiées à l´habitation et des bâtiments annexes liés à l´exploitation. Il existe toujours comme au 18e siècle, un petit habitat d´ouvrier et un habitat bourgeois. Les ouvertures ont des dimensions plus grandes. Les encadrements des ouvertures sont en pierre de taille régulière de granite. La brique apparaît vers 1850, et a été beaucoup employée en alliance avec le granite pour des décors originaux (appareillage mélangé : brique et pierre de taille) ou plus classiquement pour les entourages de fenêtres. L'emploi de la brique s'est beaucoup développé au début du 20e siècle jusqu'aux années 1930-1940, notamment grâce à l'implantation d'une briqueterie à Landéan au lieu-dit La Poterie. Elle a été également très utilisée dans la restauration de bâtiments anciens, par exemple pour les ouvertures en demi-lune.

Les bourgs se sont constitués essentiellement à cette époque et les habitations qu'on y trouve possèdent un ou deux étages avec éventuellement un commerce au rez-de-chaussée. La façade est souvent ordonnancée et axée lorsqu'il y a trois travées. Les bâtiments se composent de plusieurs logements. Ces maisons de bourg sont implantées "en bande" sur la rue ou autour d'une place, créant ainsi des espaces. A celles-ci viennent se juxtaposer des immeubles. Les maisons de bourg possèdent souvent un étage d´habitation plus un grenier, dont l´accès se fait par un escalier intérieur. Les lucarnes qui éclairent le comble ont plus souvent un rôle décoratif. En dehors du centre-bourg situé autour de l'église, on assiste également au développement d'axes importants comme la rue du Pont Sec et le boulevard de la Motelle où l'on trouve essentiellement un habitat de cette époque.

Les plus beaux exemples d'architecture de la fin du 19e siècle se situent à la Vigne, la Haute Chararie, les Buis.

Aires d'études Fougères sud
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Lécousse
Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Toits ardoise
Murs granite
schiste
Décompte des œuvres bâti INSEE 421
repérés 241
étudiés 16