Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et fermes sur la commune de Javené

Dossier IA00006862 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

  • Les fermes Lariboisière sur la commune de Javené
    Javené, La Grande Marche, La Lande, Le Bois Gros, La Lantière, Maison Blanche, La Ferdinandière, La Louisais, La Basse-Piltière, La Grande-Piltière, La Corbelière, La Charbonnière, Le Petit Bois-Bénier

Le cadastre de 1820 témoigne de l'existence de plusieurs loges (abris) sur le territoire de la commune à cette époque, notamment au nord-est du village (loges d'Inée).

Les fermes :

Composition :

Les fermes sont généralement composées de plusieurs bâtiments, même si certaines fermes modestes, souvent les plus anciennes, n'étaient composées que d'un seul bâtiment qui abritait, sous un même toit, le logis et la ou les dépendances. Dans ce cas, il existait le plus souvent une pièce à feu unique et une étable sous un même toit. Cette typologie est parfois identifiable depuis l’extérieur du bâtiment par l’existence de deux portes jumelées en façade desservant chaque partie, l'une permettant d'entrer dans la pièce à feu du logis et l'autre dans l'étable. Les fermes de ce type sont assez peu nombreuses dans la commune et se trouvent plutôt dans la partie sud-est du territoire (Maubusson, Les Lonchardières, Le Bas Bois Gros...). La majorité des fermes de la commune est composée d'un ensemble de bâtiments, chacun répondant à des fonctions distinctes. La dépendance la plus fréquente est l'étable ; ainsi, ce type de dépendance est particulièrement remarquable dans les fermes ayant appartenu au comte Ferdinand de Lariboisière à la fin du 19e et au début du 20e siècle (La Grande Piletière, La Grande Marche, La Ferdinandière...). Afin d'assurer une production laitière importante, il a ainsi fait construire ou reconstruire de nombreuses étables dans ses fermes. Ces bâtiments, de dimensions imposantes, témoignent de préoccupations liées à l'hygiène (aération, fosse à purin...) et à la productivité.

Implantation :

Certaines des fermes recensées dans la commune se trouvent dans une «agglomération». En effet, il existe encore des écarts composés de plusieurs propriétés différentes dans la commune (La Brulerais, Maubusson...). Par ailleurs, la majeure partie des fermes recensées est isolée. Ces dernières correspondent à des fermes d'une certaine importance qui possèdent, la plupart du temps, de nombreuses dépendances (Les Fontaines, La Bécanière...).

Matériaux :

La totalité des fermes recensées comprend des parties construites en granite, en schiste et en grès. En effet, il s'agit des matériaux locaux, par conséquent, ils sont les plus utilisés dans la construction. Toutefois, dans certaines des fermes (La Petites Moutelais, La Tremblais...), il existe des parties, le plus souvent des dépendances, construites en pan de bois (bois et torchis : mélange de terre et de paille) ou en bauge (levées de terre).

Typologie :

Il existe plusieurs types de fermes sur le territoire de la commune ; certaines fermes, relativement modestes, sont des logis à fonctions combinées, c'est-à-dire, que sous un même toit, se trouvent le logis et les dépendances (La Hayais, Maubusson...). Il existe aussi des fermes dans lesquelles le logis est plus développé, par conséquent, il n'est plus composé d'une pièce à feu unique mais de deux. Dans ce cas, le logis et les dépendances sont situés dans des bâtiments distincts (La Lantière, Les Fontaines...).

Datation :

Les fermes les plus anciennes recensées dans la commune remontent au 17e siècle, toutefois, elles sont assez peu nombreuses. Les bâtiments du 17e siècle possèdent une forte pente de toiture, un coyau (pièce oblique d’un versant de toit adoucissant la pente de toiture dans sa partie basse) ; les portes sont souvent en plein cintre ou à linteau droit chanfreiné et les fenêtres à encadrements de granite chanfreinés sont fréquemment décorées d'accolades ou autres motifs. Il existe encore quelques anciennes fermes de cette époque dans la partie sud-est du territoire de la commune, à la Haute Lonchardière ou encore à Maubusson.

Les fermes du 18e siècle, très peu nombreuses dans la commune, conservent des caractéristiques architecturales assez proches de celles du 17e siècle : forte pente de toiture, poutraison de forte section… Il existe une ancienne ferme de cette époque assez bien conservée à la Petite Genière.

S'il ne subsiste que peu de fermes des 17e et 18e siècles dans la commune, c'est qu'elles sont nombreuses à avoir été créées ou reconstruites à la fin du 19e siècle, notamment par le comte de Lariboisière, propriétaire d'une grande partie du territoire communal à cette époque. Les fermes construites à cette époque témoignent de plus de confort (logis composé de deux pièces à feu, cabinets d'aisance...) et de l'usage de "nouveaux" matériaux tels que la brique par exemple pour les encadrements de baies (La Grande Marche, La Ferdinandière...). Les niches à statue sont également très fréquentes sur les façades des bâtiments de cette époque puisqu’elles correspondent à la période de développement du culte marial (Lefastière...).

Les maisons :

Implantation et matériaux de construction:

La majorité des maisons est implantée dans le village. A l'instar des fermes, elles témoignent de l'utilisation des matériaux locaux : granite et schiste. Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite ou en brique.

Typologie :

A Javené, la typologie des maisons la plus fréquente est celle de la maison à travées (façade percée de plusieurs travées composées de baies alignées). Ces maisons à travées datent en général de la seconde moitié du 19e siècle ; il en existe de nombreuses dans le village, particulièrement les anciennes maisons à boutique.

Datation :

Le premier cadastre de la commune, réalisé en 1820, atteste le fait que le village était alors très peu développé. En effet, le village s'est particulièrement développé au cours de la seconde moitié du 19e et de la première moitié du 20e siècle. Les maisons les plus anciennes ne sont pas antérieures au 18e siècle (rue de la Grande Marche).

Aires d'études Fougères sud
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Javené

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Toits ardoise
Murs granite pierre de taille
schiste moellon
bois
terre
torchis
brique
grès
Décompte des œuvres bâti INSEE 263