Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons de villégiature de la commune de Crozon

Dossier IA29004878 réalisé en 2010

Fiche

Voir

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique
Dénominations maison
Adresse Commune : Crozon

La construction de maisons de villégiature sur le littoral de Crozon débute avec la création de la station balnéaire de Morgat, en 1884, par la Société Richard et compagnie. C'est dans ce lotissement qu'est construite la grande majorité des villas de la commune de Crozon et, plus généralement, de la presqu'île. Cependant, en marge de la station, d'autres villas ont été édifiées : aux abords des hameaux de Lesquiffinec et de Kernalbet et au-dessus du port de Morgat. Quelques villas marquent également l'entrée du port du Fret et son petit front de mer. Isolées, les villas de Postolonnec, de la pointe de Raguénez et du "Moulin du chat" (près de Rostellec) font figure d'exception. Les villas de la première période (entre 1884 et 1910 environ) présentent des caractéristiques architecturales communes avec les autres maisons de villégiature construites sur le littoral français. Les réalisations se signalent cependant par la sobriété de leur conception, loin de l'éclectisme architectural en vogue à cette époque. La tonalité est donnée par Armand Peugeot, fondateur de la station de Morgat, très attentif à l'homogénéité des constructions de son lotissement. Les quelques réalisations de l'architecte brestois Abel Chabal illustre ce goût pour la sobriété, l'élégance et la modernité des lignes et des matériaux (villas "Bellevue", villa "Les Ajoncs", villa "Ker an Eol", villa rue Louis Jouvet ...). A côté des grandes demeures à étage, tour d'escalier, balcons, loggias et porches, on trouve également des maisons plus modestes, de type ternaire, à avant-corps ou à simple comble à surcroît. La villa "Ker ar Bruck", unique en son genre, reste l'exception qui confirme la règle : réalisée en plaques de métal, inspirée par les modèles d'architecture métallique présentés à la première Exposition Universelle de 1889. L'usage de la céramique et de la brique émaillée dans le décor est réservé à la villa "La Roseraie" qui surplombe la plage du Portzic. Une deuxième période est inaugurée avec l'arrivée de Gaston Chabal (entre 1908 et 1938), fils d'Abel, qui deviendra l'architecte attitré de la station de Morgat, choisi par Armand Peugeot pour donner une unité de style à son lotissement. Réalisée par Abel et Gaston Chabal en 1908, la villa "Kermaria" ouvre la voie à une architecture de conception régionaliste qui se caractérise par l'emploi de matériaux locaux, des emprunts aux formes régionales (avancée, toit à pignon découvert) et l'usage d'un répertoire décoratif issu de l'architecture bretonne Renaissante des 16e et 17e siècles (fenêtres d'angle, portes cintrées, lucarnes à fronton, tour d'escalier circulaire, corniche à modillons, etc). D'autres sources d'inspiration viennent enrichir ce répertoire breton. Ainsi, les bow-windows, les vérandas, les terrasses abritées, les entrées formant porche sont empruntés à l'Angleterre, chère à Gaston Chabal. Les éléments décoratifs tels que les portes asymétriques, les jours d'escaliers superposés et décallés, les toits à demi-croupe s'inscrivent dans la mouvance Art Nouveau et Art déco. A Crozon, en dehors de la station de Morgat, Gaston Chabal a réalisé les plans d'une demi douzaine de maisons : la "villa Joncourt" au Fret, la "villa Kreiss" à Raguénez, les villas "Pen ar Bed" et "Ker Jacq" situées au-dessus du port de Morgat, celle de "Euch ar Kernalbet"construite sur les hauteurs de Kernalbet, la maison sise au 10 boulevard de la France libre.

Les maisons de Gaston Chabal, une quarantaine au total, sont toutes uniques, liées à la personnalité et aux moyens de leurs commanditaires. Les plus simples, de taille modeste, possèdent un comble à surcroît pour abriter les chambres. Les plus grandes à étage carré et étage de comble sont pourvues d'espaces de transition entre l'extérieur et l'intérieur (terrasse, balcon, bow-window) caractéristiques de l'architecture balnéaire. La plupart, cependant, possèdent un sous-sol et un plan avec pièces de vie ouvertes sur la mer et pièces de service et de distribution rejetées à l'arrière. La combinaison des formes offre un grand nombre de variantes dont l'unité de style est assurée par une mise en oeuvre en pierres du pays, le quartzite (grès), et des encadrements, chaînages d'angle, corniches et soubassements en microdiorite quartzique, pierre importée du fonds de la rade de Brest. L'association de ces deux roches, respectivement grise et ocre, offre un bel effet décoratif. Voulu par Armand Peugeot, cet essai d'unité différencie Morgat des autres stations balnéaires bretonnes et françaises en lui donnant une identité forte qui puise ses racines dans l'utilisation de matériaux locaux.

Si les maisons de villégiature de Crozon sont marquées par l'empreinte stylistique de l'architecte Gaston Chabal pour la période comprise entre 1910 et 1940. Au Fret, des villas de la fin des années 1930, implantées à l'entrée du port, adoptent une esthétique radicalement différente : alternances de murs enduits et de murs en pierre de taille de granite, usage d'un décor à faux colombages peint, imbrications de volumes. Quelques autres villas de cette période, situées sur les hauteurs de Kernalbet, se distinguent également, comme la maison rose de style "Ile de France" rue Louis Jouvet ou la maison rue du Menhir, de style résolument Art déco.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Décompte des œuvres repérés 72
étudiés 42

Annexes

  • 20102911435NUCB : Collection particulière

    20102911433NUCB : Collection particulière

    20102911432NUCB : Archives minicipales de Brest

    20102911439NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives municipales de Brest. Série 7 S. Fonds Chabal (non consulté).

Bibliographie
  • BUREL, Marcel, CADIOU, Didier, KERDREUX, Jean-Jacques. La Presqu´île de Crozon. Plomelin : Éditions Palantines, 2008.

    pp. 101-117
  • Collectif (Auteur). La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Bretagne. Paris : Centre des monuments nationaux : Editions du patrimoine, 2001 (Cahiers du Patrimoine).

  • CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE. GLAD : Le portail des patrimoines de Bretagne. Le patrimoine maritime culturel en Bretagne (http://patrimoine.region-bretagne.fr).

  • KERSPERN, Michèle. Le Mode balnéaire - Une station : Morgat - Un architecte : Gaston Chabal. Université de Bretagne-Occidentale : Mémoire de M. S. T. Institut de Géoarchitecture, 1985.

  • LE COUEDIC, Daniel. Les architectes et l'idée bretonne, 1904-1945. D' un renouveau des arts à la renaissance d'une identité. Rennes Saint-Brieuc, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Archives modernes d'architecture de Bretagne, 1995.

    pp. 309-321
  • VINCENT, Johan. Morgat : et la station balnéaire fut. Apparition et impact de l´activité balnéaire dans la presqu´île de Crozon (mi-XIXe siècle-1939). Dans : Avel Gornog, N° 14, juillet 2006, pp. 2-11.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Douard Christel - Maillard Florent