Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les hôtels de voyageurs sur la Côte de Granit Rose

Dossier IA22000360 réalisé en 1999
Aires d'études Côte de Granit Rose
Dénominations hôtel de voyageurs

44 hôtels de voyageurs ont été repérés dans les stations balnéaires de Perros-Guirec, Trébeurden et Trégastel. Les pensions de famille, qui sont le plus souvent des maisons individuelles, n' ont pu être identifiées et ont été repérées sous la dénomination "maison". Les pensions de famille qui ont pu être repérées sont celles dont la taille est plus importante que celle d' une maison, mais moindre qu' un hôtel de voyageurs, et dont l' appellation ne fait pas de doute. Beaucoup d' hôtels de voyageurs ont été détruits (Grand Hôtel de Trestrignel, Hôtel de la Corniche, à Perros-Guirec), agrandis (Ker an Nod à Trébeurden) ou dénaturés (Hôtel du Phare à Ploumanac' h). La plupart ont été transformés en immeubles à appartements (La Roseraie à Perros-Guirec). A la fin du 19e siècle les premiers hôtels de voyageurs en front de mer, sont construits pour accueillir les touristes et baigneurs (Grand Hôtel de Trestraou à Perros-Guirec en 1886, Hôtel de la Plage à Trébeurden vers 1895 et Hôtel de la Plage à Trégastel vers 1895). Dans le même temps, d' anciennes maisons de bourg s' improvisent à leur tour hôtels de voyageurs (Hôtel du Levant, à la rade de Perros-Guirec) . Au cours du 1er quart 20e, environ 31 hôtels sont construits autour des plages des stations naissantes, mais aussi au port de Perros-Guirec, ainsi qu' à La Clarté (Hôtel de la Clarté, 1905) et Ploumanac' h (Hôtel des Rochers). Au cours du 2e quart du 20e siècle, environ 41 hôtels de voyageurs sont construits en plus de ceux déjà existants, et le nombre de chambres est accru par la transformation de nombreuses maisons en pensions de famille. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, les guides touristiques citent 47 pensions de famille (37 à Perros-Guirec, 3 à Trébeurden et 7 à Trégastel), et 81 hôtels de voyageurs (44 à Perros-Guirec, 22 à Trébeurden et 15 à Trégastel) . Ces derniers sont édifiés près des plages, mais aussi près des nouveaux centres commerçants des stations (centre-ville de Perros-Guirec, Crec' h-Héry à Trébeurden). Quelle que soit la durée du séjour, la solution de loger à l' hôtel est, en cette 1ere moitié du 20e siècle, une question de facilité pour des touristes qui ne souhaitent pas entretenir une maison : après 1945, il semble que cette conception du séjour soit modifiée, le nombre de constructions d' hôtel de voyageurs étant en nette diminution. Malgré quelques réalisations nouvelles, à partir du 3e quart du 20e siècle, il n' existe actuellement plus que 28 hôtels de voyageurs à Perros-Guirec, 9 à Trébeurden, et 6 à Trégastel.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Coulombeau, entrepreneur
Auteur : Gréau Joseph, entrepreneur
Auteur : Le Corre Jean, architecte
Auteur : Le Flanchec Roger, architecte
Auteur : Menet Henri, architecte
Auteur : Perrot François, entrepreneur
Auteur : Tilly Hyacinthe, entrepreneur

Les hôtels de voyageurs repérés sont construits en moellons de granite, la moitié sont enduits. Le matériau de la couverture est toujours l'ardoise (sauf dans le cas des couvertures en terrasse). Les premiers hôtels de voyageurs sont de plan massé, sans style particulier, construits de façon traditionnelle par les entrepreneurs locaux. Au cours du 1er quart du 20e, les hôtels adoptent le plan allongé, et leur salle de restaurant, située au niveau du rez-de-chaussée surélevé, sont éclairées par de larges baies ou sont agrémentées d'une véranda (Hôtel de France et des Plages). Il semble assez coutumier de placer de larges miroirs en fond de salle afin d'agrandir la pièvce et de voir le paysage extérieur s'y refléter. Le 2e quart du 20e siècle est caractérisé par une prise en compte plus importante de la fonctionnalité et de l'esthétisme de l'édifice : l'entrée en façade, excentrée ou dans l'axe, est marquée par une avancée, les portes-fenêtres des chambres sont agrémentées de balcons. Ces édifices ont rarement été dénaturés depuis leur construction. L'architecte Henri Menet tient une part importante dans la diffusion de cette volumétrie. L'architecte Jean Le Corre introduit timidement un style Art Déco alors peu répandu sur la côte, surtout caractérisé par des murs enduits, des couvertures en terrasse (Armoric Hôtel à Trégastel), et l'utilisation de décors de mosaïque à l'intérieur des édifices. La grande majorité des hôtels de voyageurs en activité ont le plus souvent été redécorés et réaménagés.

Toits ardoise, ciment en couverture
Murs granite
enduit
moellon
Décompte des œuvres bâti INSEE 56
repérés 44
étudiés 12

Annexes

  • Dossier papier de l'enquête de 1999 :
  • 20002200702X : AD, Ille-et-Vilaine, 9 Fi 506.

    19992200271X : AD Côtes-d'Armor, 19 Fi 480.

    19992200270X : AD Côtes-d'Armor, 19 Fi 479.

    19992200284X : AD Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200289X : AD Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200226X : AD Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200254X : AD Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200258X : AD Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200256X : AD, Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200241X : AD Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    19992200236X : AD, Côtes-d'Armor, 16 Fi.