Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les fermes de la seconde moitié du 19e et du début du 20e siècle sur la commune de Billé

Dossier IA35131066 réalisé en 2013

Fiche

La deuxième moitié du 19e et le début du 20e siècles marquent la phase de construction la plus importante à Billé sur tout le territoire communal. L’évolution des techniques agricoles et des normes sanitaires au 19e siècle amènent une séparation entre l’habitation et les dépendances. Cette époque se distingue par un renouvellement des corps de fermes et une multiplication des dépendances agricoles. Au début du 20e siècle également, le bourg se développe le long de l’axe de communication entre Fougères et Vitré.

Ces édifices sont marqués par une volonté d’ordonnancement des façades, avec une organisation des baies en travées et une symétrie des ouvertures. Les maisons de bourg, construites dans la première moitié du 20e siècle, ont fait l’objet de modifications extérieures limitées. Ces édifices présentent peu d’intérêt architectural, mais concèdent au bourg, et notamment à la rue de Fougères, une unité. (La Hargrinière, L’étang, n°7 bis rue de Fougères, n°44 rue de Fougères)

A la fin du 19e siècle et jusque dans les années 1950, une niche à statue était fréquemment aménagée sur la façade principale des édifices, rappelant l’importance du culte marial. Présentes en nombre important dans le Pays de Fougères, ces niches étaient destinées à recevoir la statuette d’une vierge ou d’un saint qui assurait la protection de l’habitation. On en retrouve à Billé à la fois sur les fermes et maisons de bourg, au-dessus de la porte d’entrée, des lucarnes ou des gerbières. (La Haute-Cosvinière, Launay Padoue, La Haute-Tollerais, Le Domaine)

Plus des trois-quarts des édifices antérieurs à 1950 ont été construits en grès, une pierre d’extraction locale. Cette pierre, très dure et difficilement taillable, présente une grande hétérogénéité de teinte, du blanc-beige au brun-orangé. On la retrouve dans le gros-oeuvre en moellon, avec principalement des encadrements en pierre de taille de granite, dans toutes les périodes de construction.

Le 19e siècle est marqué par l’apparition de la brique industrielle, utilisée dans quelques constructions dans le traitement des baies, que ce soit pour des constructions neuves ou des reprises de maçonnerie. Quelques bâtiments à la charnière des 19e et 20e siècles présentent une maçonnerie en parement, ou en moellon de granite.

Un ensemble d’édifices sur la commune sont édifiés à l’aided’autres matériaux (schiste, schiste bleu, cornéenne…). Toutes les couvertures de toitures sont traitées en ardoise.

Deux importantes fermes sur la commune de Billé mérite d'être signaler. Ce sont celles des Noes et de

la Petite Vieillerie qui possèdent toutes les deux, de part et d'autre du logis principal construit dans une autre sorte de grès, de grandes dépendances.

Aires d'étudesPays de Fougères
Dénominationsferme
AdresseCommune : Billé
Période(s)Principale : 19e siècle
Principale
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Références documentaires

Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Collection Le Patrimoine des communes de France).

  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Kocourek Frédéric-Nicolas - Blanchard Romain