Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les églises, chapelles, oratoires, calvaires et croix monumentales sur la commune de Maure-de-Bretagne (fusionnée en Val d'Anast en 2017)

Dossier IA35003254 réalisé en 1998

Fiche

Voir

1) Église et chapelles

Peu d'églises paroissiales ont échappé à la vague de reconstruction qui accompagne la restauration religieuse de la période concordataire (1801-1905), sur fond de croissance démographique. Exemple ambitieux et monumental de ce programme, la nouvelle église Saint-Pierre de Maure, édifiée par l'architecte diocésain Arthur Regnault a fait table rase de l'ancienne, qui, selon la description donnée par Guillotin de Corson, se présentait comme un édifice hétérogène bâti aux XIV- XVe siècles avec des vestiges romans.

Des anciennes chapelles frairiennes, petits sanctuaires des quartiers ou frairies nombreuses dans cette vaste paroisse, trois demeurent en état : Sainte-Anne de Ropenard rebâtie en 1626, Saint-Mathurin de Saint-Melaine, reconstruite en 1674 et Sainte-Reine des Domaines refaite à neuf en 1754. Saint-Aubin du Hara, qui pouvait dater du XVe siècle est ruinée. Sur la chapelle de la Couture, on ne dispose d'aucune information : le cadastre de 1830 ne la mentionne déjà plus.

Les chapelles privatives ou domestiques des manoirs, inventoriées par le chanoine Guillotin de Corson, ont pratiquement toutes disparu. Notre-Dame du Ros, qui passe pour un oratoire des sires de Maure n'est plus qu'un vestige, les chapelles du Bois-au-Voyer et de Penhouët n'ont pas été visitées ; celle de la Lardais, fondée en 1658 par testament de Clément de Bégasson, seigneur du lieu, vient d'être remontée au musée de l'automobile à Lohéac. La chapelle du Bois-Basset, reconstruite au XIXe siècle, est en ruine . Les chapelles de Brambéac, de Meslouët, des Cambaras et de la Guérivaye n'ont pas laissé de traces.

La chapelle prieurale Saint-Barthélemy de Boussac, enfin, ruinée dès avant la Révolution, n'était plus figurée sur le cadastre de 1830.

2) Oratoires et croix

Une trentaine de croix ont été répertoriées, parmi lesquelles on compte un calvaire monumental, une croix de cimetière, cinq croix de placître et vingt-cinq croix de chemin.

Ces dernières sont en règle générale les plus anciennes puisque l'on peut attribuer neuf d'entre elles au Moyen Age. A savoir : les Trois Croix (jadis en Mernel), les trois croix de Villeneuve (chacune isolée des autres), Trévion, la Croix Jouanne, la Riclardais, la Brémaudais et la remarquable croix historiée qui décorait l'ancien enclos paroissial, datée du début du XVe siècle.

Une seconde période diachronique couvrant les XVI-XVIIIe siècles compte six croix. La Croix de la Géraudais, avec son Christ fruste, paraît la plus ancienne et fait figure de pièce unique. Les croix de cimetière ou de placître des chapelles de Ropenard et des Domaines sont contemporaines de celle, datée 1690, s'élevant au nord de Bouintin. La petite croix de la Lorensais (1701) enfin, présente une forme aussi étonnante qu'inédite.

Le reliquat, qui ne présente qu'un intérêt documentaire ou ethnographique, se compose d'une série de dix croix de bois érigées entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, à Quéhougat, la Fosse, la Réhaudière, Trévallan, Saint-Melaine, Launay-Chérel, la Grée-de-Ropenard, Trécontur et le Bois-Moison-d'A-Haut ; les trois premières étant associées à des oratoires dépourvus d'intérêt artistique. Parmi les sept croix de granite, six présentent le même intérêt documentaire - la Croix Richard, celles situées près de l'Abbaye et de la Lambardais, celle au bourg, rue de Paris ainsi que la croix du cimetière (1935) - mais le Calvaire votif érigé place de la Poste en 1917 est une oeuvre de qualité qui s'apparente à la production des ateliers Hernot de Lannion.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations église, chapelle, oratoire, calvaire, croix monumentale
Adresse Commune : Maure-de-Bretagne
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Toits ardoise
Murs schiste
moellon
Décompte des œuvres repérées 42
étudiées 0

Références documentaires

Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray Libraire-éditeur. Paris : René Hatton Libraire-éditeur, 1882-1886, 6 vol.

    T.V p. 152-163
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Ille-et-Vilaine. Eglises et Chapelles, par ORAIN Véronique, avec la collaboration de BARBEDOR Isabelle, DUFIEF-MOIREZ Denise, RIOULT Jean-Jacques. Rennes : Association pour l' Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

    p. 7-45