Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les églises, chapelles et croix de chemin sur la commune de Le Pertre

Dossier IA35020586 réalisé en 2002

Fiche

Voir

Eglise ou chapelle : 3 dossiers

Chapelle en sous dossier partie constituante : 2 :

Croix de chemin : 50 dossiers

Croix de cimetière : 1 dossier

Oratoire : 2 dossiers

Monument commémoratif : 1 dossier

Nombre total de dossiers : 59 dossiers

Un prieuré dépendant de l´abbaye de Saint-Jouin-de Marne en Poitou est implanté au Pertre dès le début du Moyen-Age. Des sources indiquent une fondation très ancienne qui remonterait au VIIe siècle sous le règne de Clovis II. La paroisse, quant à elle, remonte selon Guillotin de Corson au 10e siècle. L´ancienne église dédiée à Saint Martin comprenait une nef accostée au sud d´un collatéral ; derrière le choeur se trouvait dit-on une vieille chapelle, dite choeur des moines décorée de grosses colonnes historiées et datée du 10e siècle. La nef, le collatéral et le choeur ont été démolis en 1829. L´église en place aujourd´hui dédiée, elle aussi, à Saint Martin a été construite entre 1863 et 1873. La tour clocher de style néogothique est coiffée d´une flèche de dimension importante qui se signale de très loin. La chapelle Saint-Joseph des Drubles située plus au sud du bourg est également significative, au 19e siècle, de la piété des habitants de la commune. Elevée entre 1865 et 1871 à l´emplacement d´un ancien sanctuaire, ce modeste édifice dont la façade principale est en pierre de taille de calcaire mérite une attention particulière. S´y exprime tout le répertoire décoratif de l´art roman ; le portail percé dans un massif saillant de maçonnerie est orné de voussures finement sculptées. Quelques sculptures chimériques dont deux lions ailés accompagnent cet ensemble occidental.

Marque de foi et de piété, les croix sont nombreuses au Pertre puisqu´une cinquantaine d´entre elles sont toujours visibles aux abords des chemins. Certaines remplacent des croix plus anciennes en bois, d´autres sont élevées par les familles du Pertre en reconnaissance d´un voeu, comme la croix de la Blenluère ou tout simplement en marque de dévotion. L´abbé Rossignol, vicaire de la paroisse à la fin du 19e siècle, a contribué à cette évangélisation et un bon nombre de croix sont bénites sous son vicariat, telles les croix de la Levrie, de la Championnière, de la Goderie, de la Chevrotinière, de la Foucherie, de l´Archerie, de la Blanchardière et du Bas Clermont. D´autres croix servent de station aux processions le jour de l´Assomption à la Croix Moreau ou les jours de Rogations à la Croix de bois, au Poirier et au village des Quatre Croix. Ces cérémonies qui se déroulent pendant les trois jours précédant l´Ascencion ont pour but d´attirer les bénédictions divines sur les récoltes et les travaux des champs.

Aires d'étudesIlle-et-Vilaine
Dénominationséglise, chapelle, croix de chemin
AdresseCommune : Pertre (Le)
Période(s)Principale : 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 57
étudiées 0

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAPELLE, Léon. Bulletin paroissial du Pertre, février à juillet 1914, avril à août 1919, janvier à décembre 1920, février à décembre 1921, février à décembre 1922, février 1923, réimpression non datée, t. 1.